Menu

Article

Dialogue inter-malien: Le Maroc dénonce l’ « opportunisme » de l’Algérie

Le royaume est solidaire avec les revendications autonomistes des Touaregs du nord du Mali. Par le biais du ministère des Affaires étrangères, Rabat appelle à une solution de compromis qui tient compte des aspirations des mouvements de l’Azawad.

Publié
Round du dialogie inter-malien (Photo AFP)
Temps de lecture: 2'

Après une période de silence, le Maroc dénonce la manière unilatérale et «opportuniste» avec laquelle l’Algérie a conduit le dialogue inter-malien. Le royaume «note avec une grande déception le recul préoccupant que connaît le processus de paix au nord du Mali», indiquait hier soir un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Pour le Maroc, la solution à la crise malienne «ne peut pas être obtenue, à coups de menaces, de manœuvres d’intimidation ou de chantage, surtout de la part de parties qui n’ont aucune légitimité pour le faire et qui ont toujours agi pour la déstabilisation de la région».

Le Mali n’est pas une «arrière-cour privée» de quiconque

Rabat se montre, ainsi, très solidaire avec le refus de la Coordination des mouvements de l’Azawad de parapher l’accord d’Alger du 1er mars. La Maroc apporte ainsi un précieux soutien aux revendications autonomistes des trois composantes de la Coordination, créée le 28 octobre 2014.

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut-conseil de l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA) font face, en effet, à des pressions algériennes pour signer l’accord d’Alger. De son côté, Rabat appelle à une solution de compromis qui «préserve l’intégrité territoriale, l’unité nationale du Mali et répond aux aspirations de ses populations, y compris celles du nord du pays».

Le royaume se prononce pour une solution négociée et nullement imposée aux Touaregs. Le texte du département de Salaheddine Mezouar est nostalgique du temps où la CEDEAO (Communauté des Etats d’Afrique de l’ouest) menait les pourparlers de paix entre le gouvernement de Bamako et les factions armées de l’Azawad.

La fuite de l’ancien président Burkinabais, Blaise Compaoré, en octobre dernier, avait largement bénéficié au voisin de l’Est en s’autoproclamant comme le seul et unique parrain du dialogue inter-malien même s’il est loin de remplir la condition de la neutralité exigée des médiateurs de conflits. Sa proximité avec le gouvernement du président Ibrahim Boubacar Keita est pointée du doigt par les Touaregs et rend les négociations difficiles. Le 17 mars à Kidal, la Coordination des mouvements de l’Azawad avait jugé l’accord d’Alger «fondamentalement insuffisant».

C'est normal que ce MAE soit aux abois
Auteur : moden
Date : le 06 avril 2015 à 22h41
Salam

Je veux juste dire que la diplomatie de bazar ne dure qu'un temps, car cette diplomatie mené par ce MAE Ramtane Lamra est basée sur le chéquier, le chantage,la corruption, les conflits d'intérêts, le clientélisme et les mensonges.

De toute façon le Maroc n'a aucun compte à rendre à l'Algérie pour exprimer son point de vue et il a au moins le mérite de ne pas donner des coups de poignard dans le dos comme son voisin
a moden
Auteur : samquebec
Date : le 06 avril 2015 à 20h44
salam,

autant parler dans le vide...

pour avoir un dialogue il faut etre au moins deux et converser avec des personnes sensees qui acceptent l auto critique ...

le regime algerien est une machine a propagande..directement dirige par le ministre des AE francais..pour entretenir cette division entre le maroc et l algerie..

delfa11 com est sans ambiguites sur l implication direct de la france dans le dossier du sahara marocain...bref la france ne veut pas perdre sa station d essence!!

a ulysse.
Auteur : samquebec
Date : le 06 avril 2015 à 20h29

extrait d un article le 360.ma
(merci de ne pas le qualifier de propagande de #makhzen#)..tres interressant..

Après le succès des pourparlers de Skhirate, organisés par le Maroc, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé qu'Alger devrait abriter, dès la semaine prochaine, un nouveau round de dialogue inter-libyen.
Parallèlement à la sortie du SG de l’ONU, Ban Ki-Moon, qui a remercié le Maroc pour le «soutien important» apporté à la facilitation des pourparlers inter-libyens, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé, hier lundi, qu’un nouveau round de pourparlers entre rivaux libyens aura lieu à Alger la semaine prochaine. «Les frères en Libye reprendront les rounds du dialogue à Alger la semaine prochaine en coordination avec les Nations Unies», a-t-il claironné, sans toutefois avancer de date précise ni les noms des parties rivales libyennes censées prendre part à ces pourparlers. «Ce sont les mêmes parties qui avaient pris part au précédent round, qui seront présentes la semaine prochaine, à savoir, des chefs de partis et des activistes politiques», a-t-il lancé, sans donner plus de détails.
Or, rien n’est ressorti du «précédent round d’Alger», tenu le 10 mars, si ce n'est un formidable échec diplomatique ! Mais le ministre Lamamra ne veut rien entendre à ce fiasco, ni à celui d’ailleurs du présumé «Accord d’Alger» (25 février dernier) entre les parties maliennes, vivement décrié par la Coordination des mouvements de l’Azawad.

Une succession d’échecs dont le ministre Lamamra, hélas, ne semble tirer aucune leçon. Pas même celle que vient de lui administrer cette militante politique malienne, Fatoumata Sako, sur les tribunes du journal «L’Aube» : «De nombreux maliens sont convaincus aujourd’hui que l’Algérie n’est ni un pays ami du Mali, ni un voisin qui lui veut du bien». Dans un réquisitoire caustique contre les agissements algériens, Fatoumata Sako, chargée des Relations extérieures au PDSE (Parti démocratique social et économique), s’est élevée contre cette longue «succession de coups bas, de chantage et de fourberie» assénés par l’Algérie au Mali.
 

Le succès du Maroc dérange Alger
Alors, pourquoi Alger sort aujourd’hui pour annoncer un nouveau round de dialogue inter-libyen ? Remarquons au passage que la sortie du ministre Lamamra est intervenue juste après la fin des pourparlers de Skhirat, dont le succès n’est pas à démontrer. Pour preuve, les félicitations exprimées au Maroc, pas plus tard que dimanche dernier, par le SG de l’ONU, pour le «soutien important» apporté par le royaume aux pourparlers inter-libyens. Un soutien qui, comme l’avait souligné l’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour la Libye, Bernardino Leon, était à la fois «logistique et politique». Est-ce donc un hasard si, à Skhirat et nulle part ailleurs, les parties rivales libyennes sont parvenues à se mettre d’accord sur la nécessité de formation d’un «gouvernement d’union nationale», d'une présidence collégiale formée de personnalités indépendantes ... entre autres acquis hautement politiques ?
Ce sont, justement, ces acquis qu’Alger veut récupérer pour une raison que tout le monde connaît : faire de l’ombre au Maroc qui est en train d’émerger en tant que grande puissance régionale.
Le Maroc a raison, il ne doit pas accepter cette supercherie
Auteur : moden
Date : le 06 avril 2015 à 19h49
Je te réitère ma pensée:
le gouvernement algérien a peur que les Mzabes, Touaregs, autochtones du sud de l'Algérie francaise, qui n'ont aucun lien historique, culturel ou traditionnel avec l'Algérie actuelle, s'unissent comme leurs cousins a Azawad au Mali et réclament eux aussi leur autonomie ou fédération, voire indépendance pour mieux gérer enfin leurs richesse et sous sol, et garantir ainsi leurs développement, c'est la raison pour laquelle, et paradoxalement, cette même Algérie qui prétend défendre les droits des peuples à l'indépendance et la liberté, essaie de tuer le bébé dans l'oeuf en imposant le fait accompli et la signature de cet accord bidon qui n'arrange que ces propres intérêts, au pauvre MNLA qui ne réclament que ces droits.
des racontards
Auteur : ulyss72
Date : le 06 avril 2015 à 19h09
ce que tu dis sont des racontars, que n’importe qui peut relater,
mais la, ya boureb, on parle d'un communiqué de votre gouvernement ,
officiel,
signé et fait au détriment de tout autre réflexion qui pourrait être bénéfique pour le quotidien des marocains.
je pense comme toi que ça a été pendu en sirotant du thé après un Tajine bien gras mais surtout en fumant n'importe quoi!:!
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com