Menu

Média Publié

Crime Index : Le Maroc plus sûr que les pays européens ? [Désintox]

Même si un département gouvernemental, relayé par la MAP, avait affirmé que les conclusions de Numbeo «manquent de rigueur, de crédibilité et de méthodologie scientifiques», cela n’a pas empêché des médias marocains à reprendre un nouveau classement de la plateforme américaine sur l’indice de criminalité.

Temps de lecture: 3'
Photo d'illustration. / DR

L’étrange passion de certains médias marocains et arabes pour des sondages bidon de la plateforme américaine Numbeo se poursuit. Hier, plusieurs d’entre eux ont relayé deux «classements» établis par la plateforme, et reflétant en réalité les avis d’une centaine de personnes pour le cas du Maroc.

Ainsi, Hespress a rapporté, dans un article, que «le Maroc dispose de tous les facteurs de stabilité», citant ainsi une «conclusion du sondage mondial de Numbeo sur la criminalité et la sécurité». Tout en assurant que «le Maroc figure aux côtés de plusieurs pays européens comme étant l’un des Etats les plus sûrs», le média arabophone s’attarde sur les classements de Casablanca et Rabat et les scores attribués par Numbeo aux deux villes marocaines.

Et d’ajouter que «ce classement international repose sur des critères précis qui mesurent l'étendue du sentiment de sécurité des citoyens et des touristes, le pourcentage de sécurité à marcher seul dans la rue, de jour comme de nuit, les vols de voitures et cambriolages à domicile ainsi que les crimes violents».

Des médias au Maroc mais aussi au Qatar

Une heure plus tard, d’autres médias ont repris en chœur la même information, à l’instar d’Almaghrib Today qui a assuré que «le Maroc est comparé aux pays européens en termes de sécurité et sûreté». Et de préciser que «la criminalité passe de 35,8 points pour Rabat à 60,09 à Casablanca».

D’autres encore ont préféré relayer le classement de Numbeo sur l’indice de criminalité à l’instar de Barlamane. Ainsi, le média marocain a affirmé que le royaume «se place à la 45e place mondiale sur 133 pays dans le classement annuel du taux de criminalité pour la première moitié de 2020». Et d’affirmer que le Maroc arrive à la 15e place en Afrique», en récoltant «48,97 points pour l’étendue de la criminalité et 51,03 points pour la sûreté».

«La plateforme Numbeo est l’une des plus grandes et plus célèbres bases de données sur Internet dans le monde, qui s’intéresse à l’évaluation du taux de criminalité et du degré de sûreté dans le monde», conclut avec emphase le média.

Les médias marocains et arabes ne sont pas les seuls à abimer leur crédibilité dans le piège des classements faciles de Numbeo. En effet, à en croire l’agence turque Anadolu, le ministère qatari de l’Intérieur a lui aussi publié, dimanche 12 juillet, un tweet dans lequel il chante des louanges à la plateforme américaine. Celle-ci a en effet classé le Qatar comme le pays le plus sûr et avec moins de criminalité pour la première moitié de l’année en cours. L’information, poursuit Anadolu, a même fait l’objet d’une dépêche de l’agence qatarie de presse (QNA).

Un classement basé sur la perception et sans aucune méthodologie

En réalité, l’ensemble des classements de Numbeo pour le cas du Maroc émanent des avis exprimés par 387 internautes. De plus, pour le cas de Casablanca et Rabat, les médias omettent de mentionner qu’il s’agit de la perception exprimée respectivement par 177 et 38 votants.

Les classements de Numbeo sont régulièreent épinglés pour leur approximations et leur déphasage avec des faits réels ou des constats d’organisations internationales et d’institutions reconnues. En effet, et contrairement à la plateforme américaine, le Global Peace Index 2020 édité par l’Institut pour l’économie et la paix classe le Maroc à la 83e place pour l’année en cours. Un rapport qui met l’Islande à la première place mondiale et non le Qatar.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que les médias marocains relayent, sans vérification aucune, les avis de la centaine d’internautes sur Numbeo. En 2016, ce dernier a même été qualifié de «centre américain de renommé, spécialisé dans l’étude du niveau de vie, de la sécurité, de la pollution et de l’environnement» par un quotidien marocain qui a relayé l’information selon laquelle Casablanca était la cinquième ville la plus polluée au monde.

Après ce hoax sur Casablanca, un Global Crime Index, qui évoque la sécurité et la criminalité dans les pays du monde et notamment au Maroc, un troisième sur l’eau potable, un quatrième sur la criminalité internationale, et un récent classement de systèmes de soins de Santé, tous issus de la même plateforme, ont été repris en chœur par plusieurs organes médiatiques.

Le dernier a même fait réagir le ministère de la Santé qui a réfuté son contenu, affirmant dans un communiqué relayé par la MAP que les conclusions de ladite plateforme «manquent de rigueur, de crédibilité et de méthodologie scientifiques».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com