Menu

Média   Publié

Désintox : Le Maroc à la dernière place du classement de systèmes de soins de Santé ?    

Rebelote. Plusieurs médias marocains continuent de reprendre des sondages bidons de Numbeo, en les présentant comme des résultats d’études sérieuses. Après la pollution de la ville de Casablanca, l’insécurité, au tour du système de santé.

Temps de lecture: 4'
Photo d'illustration. / Ph. DR

Plusieurs médias marocains, mais également arabes, continuent de faire montre de leur étrange passion pour des sondages bidons de la tristement célèbre plateforme américaine Numbeo. Ainsi, après le classement sur la sécurité et la criminalité dans les pays du monde, celui sur l’eau potable ou celui sur la pollution, plusieurs médias ont fait écho, en fin de semaine, sur un nouveau «classement» de Numbeo sur les soins de santé. Un indice qui indique que le Maroc occupe la dernière place du classement (89e), derrière plusieurs pays arabes et étrangers.

Comme à l’accoutumée, l’information a fait les choux gras de la presse marocaine et arabe. Ainsi, le site de la chaîne Al Jazeera, l’un des premiers à relayer cette information, évoque même un classement «élaborée par le site spécialisé dans la recherche et la classification des pays en fonction de leur coût et de leurs conditions de vie», pour présenter Numbeo. Et d’expliquer que les pays sont classés, dans ce «nouvel indice», en fonction de la qualité du système de santé et ce, selon une «base de données combinant de nombreuses sources, statistiques et informations provenant de différents pays du monde» (sic).

Un classement à la merci de 101…contributeurs !

Al Jazeera a ajouté doctement que Numbeo «vérifie toutes les informations et les compare les unes aux autres, de sorte que les résultats et les évaluations fournis soient proche de la réalité». Le média précise que «Taïwan figurait en tête de liste alors que le Maroc se classe en dernière position, derrière le Bangladesh, l'Azerbaïdjan, l'Irak et le Venezuela».

Le même «classement» a été rapporté par plusieurs sites d’information marocains, dont Kifach, Febrayer, Alyaoum24 et Rue20. Tous ont été unanimes à souligner «l’exactitude des données de Numbeo» et de son «usage de plusieurs sous-indicateurs dans sa classification des pays». Les médias ne sont pas les seuls à avoir cédé à la facilité. La section France du Parti socialiste unifié (PSU) s’est ainsi appuyée sur le classement pour démontrer la faillite du système de santé du Maroc.

De même pour le mouvement Al Adl wal Ihsane (AWI) qui a repris ce classement sur sa page Facebook pour fustiger les responsables du secteur de la santé au Maroc. Dans un post sur Facebook, la Jamâa a estimé qu’«outre l'image rose commercialisée par les responsables du développement des secteurs dans le pays, l'accent a été mis sur les mauvais services du système de santé marocain dans le classement réalisé par la base de données mondiale Numbeo».

Al Adl wal Ihsane a ajouté que «le Maroc, classé au dernier rang sur 89 pays étudiés, se positionne même derrière les pays voisins, qui le devancent ainsi par une dizaine de rangs». «Ce classement remet en question le plus important système dans le pays», poursuivent les disciples de Mohamed Abbadi. Pour eux, «il s’agit d’un nouveau témoin international de la fausseté des plans de développement» au Maroc.

Que le système de santé au Maroc soit en souffrance, et que la perception des Marocains soit négative, ne valide pas pour autant le classement fallacieux de Numbeo. Une simple visite de la page dédiée au Maroc permet de constater que la note attribuée au royaume tout comme son classement ne sont basés que sur la contribution de 101 personnes. «Ces données sont basées sur les perceptions des visiteurs de ce site web au cours des 3 dernières années», écrit Numbeo lui-même en bas de cette page. Encore faut-il rappeler, pour la énième fois, que Numbeo n’est qu’une simple plateforme participative où l’ensemble des indices sont basés sur la perception et le ressenti exprimés par un nombre restreint d'internautes sur leurs pays de résidence ou les endroits qu’ils ont visités. 

En réalité, le Maroc fait mieux que plusieurs pays africains et arabes

Quant à la qualité des soins de santé au Maroc, une équipe internationale de chercheurs, financée par la Fondation Bill & Melinda Gates (BMGF) aux Etats-Unis, avait classé les meilleurs et les pires pays en fonction de l'accès aux soins de santé et de sa qualité, en juin 2018. L’équipe avait utilisé le «Global Burden of Disease Study, injuries and risks facorts» de la revue scientifique médicale britannique The Lancet pour évaluer les soins de santé personnels et la qualité des soins (HAQ) pour 195 pays et territoires, de 1990 à 2016.

Le Maroc y occupe la peu enviable 112e place, derrière l’Egypte mais devant plusieurs pays arabes (Iraq à la 125e place, le Soudan à la 136e, le Yémen à la 140e et la Mauritanie à la 146e) et africains (Afrique du Sud à la 127e, Burkina Faso à la 178e, Madagascar à la 180e , la Somalie à la 194e et la République centrafricaine à la 195e place).

Ce n’est malheureusement pas la première fois que les médias marocains relayent, sans vérification aucune, les avis de la centaine d’internautes sur Numbeo. En 2016, ce dernier a même été qualifié de «centre américain de renommé, spécialisé dans l’étude du niveau de vie, de la sécurité, de la pollution et de l’environnement» par un quotidien marocain qui a relayé l’information selon laquelle Casablanca était la cinquième ville la plus polluée au monde. Après ce hoax sur Casablanca, un Global Crime Index, qui évoque la sécurité et la criminalité dans les pays du monde et notamment au Maroc, un troisième sur l’eau potable et un quatrième sur la criminalité internationale, tous issus de la même plateforme, ont été repris en chœur par plusieurs organes médiatiques.

Article modifié le 2019.08.19 à 18h30

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com