Menu

Article

Maroc – Algérie : Tebboune aborde à nouveau le projet de caserne militaire à Jerada

Dans une interview publiée ce lundi par le journal français L’Opinion, Abdelmadjid Tebboune a qualifié «d’escalade qui doit s’arrêter», le projet marocain de caserne militaire à 38km de sa frontière avec l’Algérie. Une sortie qui confirme les préoccupations du voisin de l’Est malgré les précisions émises par le Maroc.

Publié
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune. / Ph. Ryad Kramdi - AFP
Temps de lecture: 2'

Moins de deux semaines après avoir exprimé sur France24, les préoccupations de son pays quant au projet marocain de construire une caserne militaire à Jerada, le président algérien Abdelmadjid Tebboune est revenu ce lundi sur ce même sujet.

«Il y a toujours eu une surenchère verbale et politique entre nos pays. Mais nos peuples sont frères et se ressemblent», a-t-il déclaré dans une nouvelle interview accordée au journal français L’Opinion.

Interrogé sur les «nouveaux signes de crispation entre l’Algérie et le Maroc», il a assuré que les deux pays ont «une longue histoire commune» et sont «voisins». «Nous sommes condamnés à vivre ensemble», a-il ajouté avant d’accuser les «frères marocains» d’avoir des problèmes avec l’Algérie et de ne pas être concentrés sur le développement du royaume.

Revenant au sujet principal, Abdelmadjid Tebboune a estimé que «la construction de bases militaires [aux] frontières (de l’Algérie, ndlr) est une forme d’escalade qui doit s’arrêter».

Le président algérien a également abordé la question du Sahara occidental, affirmant que pour le Maroc, «la République arabe sahraouie est de trop sur l’échiquier international». «C’est à eux d’engager le dialogue avec le Polisario. Si les Sahraouis acceptent leurs propositions, nous applaudirons», a-t-il ajouté, avant de dépeindre une Algérie engagée et soutenant «les mouvements indépendantistes» et «les peuples à exprimer leurs revendications».

L’occasion pour lui de citer des exemples qui ne manqueront pas de susciter des grincements de dents à Rabat, comme le Timor Est, le Sud Soudan, Sao-Tomé-et-Principe ou encore l’ANC dans sa «lutte contre l’apartheid».

Une sortie qui confirme les préoccupations de l’Algérie

Cette nouvelle interview est accordée, moins de deux semaines après un entretien télévisé avec France 24 durant lequel le président algérien a dit constater une «autre forme d’escalade», jusque-là «verbale», avec le Maroc, en référence au projet de caserne militaire que le royaume compte construire près de Jerada, à 38km de sa frontière avec l’Algérie.

Abdelmadjid Tebboune avait également refusé de «confirmer ou infirmer» l’intention de son pays de construire à son tour une base militaire au niveau de cette même frontière. Une information pourtant soufflée aux médias algériens proches des services militaires et de renseignement qui évoquaient ainsi le «principe de réciprocité» après l’annonce faite par le royaume.

Dans son édition du 21 mai, le Bulletin officiel du Royaume publiait un décret d'expropriation, au motif de l’«intérêt public», d’un lot de terrain de plus de 23 hectares, situé dans la forêt Ben Ali, relevant de la commune de Laaouinate à Jerada, au profit de l’Administration de défense nationale.

Une source militaire avait précisé à Yabiladi que l’armée compte construire une caserne militaire à cet endroit, de taille modeste, dans le cadre du projet global de délocalisation des casernes militaires ayant pour objectif la libération du foncier urbain partout au Maroc.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com