Menu

Grand Angle  

«Ousmane», le groupe amazigh dont les cassettes étaient recherchées par Hassan II

Malgré sa courte vie, le groupe «Ousmane», fondé au début des années 1970 a contribué à ouvrir la voie à de nouveaux groupes de musique amazighe. Considérée par ses fans comme les Beatles du Maroc, c'était la première formation amazighe à se produire sur la scène de l’Olympia à Paris.

Publié
Les membres du groupe amazigh Ousmane / DR.
Temps de lecture: 3'

Le groupe amazigh «Ousmane» est apparu au début des années soixante-dix du siècle dernier. Il a joué un rôle majeur dans le développement de la musique amazighe et dans sa diffusion auprès des mélomanes marocains et étrangers. Bien qu’elle n’ait pas eu plus de quatre ans de vie, la formation a eu le mérite d’ouvre la voie à de nombreux groupes amazighs plus tard.

La fin des années 1960 et le début des années 1970 sont marqués par l’apparition du groupe Nass El Ghiwane, qui a marqué l'histoire marocaine avec ses chansons qui ont bercé plusieurs générations. Le groupe a utilisé des instruments de musique traditionnels bien connus comme le guembri, le bendir, en plus du banjo. C'est dans ce contexte particuliers que le groupe Ousmane a vu le jour, hébergé par l’Association marocaine de recherche et d’échange culturel, fondée en 1967 pour promouvoir la culture amazighe.

Un succès dès la première chanson

L’idée de créer le premier groupe lyrique amazigh moderne est venue du regretté poète Ibrahim Akhyat, l’un des fondateurs de l’association, où il a œuvré pour la recherche de talents susceptibles de rejoindre la formation. Son choix s’est finalement porté sur six personnes : feu Amouri M’barek au chant, à la composition et à la guitare, Belaid Elakkaf, également à la guitare, Saïd Bijaâd au violon, feu Saïd Boutroufine à la percussion, Yazid Qarafi à l’accordéon et Tariq Maaroufi à l’orgue.

Intitulée «Taguendaout», la première chanson du groupe a bénéficié d’un succès phénoménal. Elle a été fredonnée par tous les amazighophones. Contrairement à Nass El Ghiwane, la formation a adopté des instruments de musique plus modernes dès le départ, notamment la guitare, le violon, l’accordéon. Elle a chanté des chansons engagées écrites par des poètes de l’Association marocaine de recherche et d’échange culturel.

Belaid Elakkaf a précédemment déclaré avoir eu l’habitude de jouer sa musique «avec des instruments occidentaux, tels que la guitare électrique et le clavier». «Nous interprétions des poèmes créés par de grands poètes tels que feu Ali Sedki Azaigo, Omar Amrier, Mohamed Mastaoui, feu Ibrahim Khayat et feu Mohamed El Jechtimi.

Sur la scène de l’Olympia

En 1976, le groupe surnommé rapidement «les Beatles du Maroc», a été internationalisé, grâce à une tournée artistique en Europe, où il a pu se produire en France et en Belgique, avec Nass El Ghiwane et les frères Mahmoud et Younès Megri.

Belaid Elakkaf se souvient de ces moments-là et particulièrement du concert à l’Olympia de Paris, «où les grands artistes et musiciens du monde se sont produits». «Je me rappelle que je faisais des va-et-vient sur la scène du théâtre, en répétant à moi-même avec émerveillement que Charles Aznavour est passé par ici, de même qu’Oum Kalthoum, Abdel Halim Hafez, Mohammed Abdel Wahab… Ici se sont produits les grands artistes internationaux», a-t-il confié.

«Nous avons été le premier groupe de chant amazigh à monter sur la scène de l’Olympia. Notre soirée avec les groupes Nass El Ghiwane et les Frères Megri a été un succès sur tous les plans, en particulier dans l’interaction avec le public, qui a rejoint massivement le théâtre et a rempli ses sièges.»

Belaid Elakkaf

Après ce succès international, le groupe est repéré par la Radio et télévision nationale. La formation est alors invitée dans le cadre d’émission artistiques, ce qui en fait le premier groupe amazigh à chanter dans les médias audiovisuels du pays. Bien que la formation n’a été active que pendant quatre ans, de 1974 à 1978, elle a laissé un répertoire riche et varié de chansons et de poèmes exceptionnels.

Hassan II et Ousmane

Belaid Elakkaf raconte «l’une des anecdotes inoubliables liée au défunt producteur de cassettes du groupe, Hamid Alaoui, qui, soit dit en passant, a été le premier producteur de deux 45 tours cylindres du groupe Ousmane». «Il nous a raconté qu’un jour dans les années 1970, il était sur le point de sortir de son bureau de la rue Allal Benabdellah à Rabat. Deux membres de la police secrète le surprennent alors et lui demandent son nom, s’il était le producteur du groupe. Il était terrifié». Les deux hommes l’ont rassuré, mais en lui faisant une proposition inattendue. Selon eux, «le roi Hassan II voulait écouter le groupe Ousmane, mais ils n’ont pas trouvé les cassettes car elles étaient épuisées sur le marché».

Ils ont alors demandé au producteur s’il avait encore des copies. «Il a été soulagé d’entendre cela et sa peur s’est dissipée. Il les a alors emmenés dans son bureau, a ouvert une boîte pleine de cassettes pour leur en offrir», confie Belaid. Des échos parviennent ensuite au groupe, «de la part des fonctionnaires», selon qui «le roi Hassan II écoutait les cassettes et aimait les chansons du groupe».

Bien qu’Ousmane en soi n’existe plus, ses membres sont toujours admirés et continuent de recevoir les hommages, en reconnaissance pour leur apport à la promotion de la chanson et la culture amazighes. Début 2020 encore, ils étaient consacrés par l’Association marocaine des propriétaires de cafés et de restaurants de Skhirat-Témara, en coordination avec le réseau des Cafés culturels au Maroc.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com