Menu

Article

Les immigrés, de bons entrepreneurs selon l’OCDE

Ils étaient partis chercher du travail mais en sont finalement devenus des pourvoyeurs aux ressortissants des pays de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques). Selon un rapport de l’organisation qui vient de paraître, les immigrés emploieraient en moyenne 2,4% de la population active dans les 34 pays membres de l’Organisation.

Publié
Les asiatiques, plus entrepreuneurs parmi les immigrés
Temps de lecture: 2'

Les immigrés ne sont pas que des demandeurs d’emploi, ce sont aussi des créateurs d’emploi. Telle est en substance l’un des constats du 35 ème rapport  «Perspectives sur les migrations internationales de l'OCDE», que vient de publier l’organisation, à l’occasion de son cinquantenaire. En effet, selon cette étude, 12,6% des immigrés établis dans les pays de l’OCDE sont des entrepreneurs, contre 12% des citoyens nés dans ces Etats.

Ces immigrés créateurs d’emploi embaucheraient 2,4% de la population active dans cet ensemble économique qui regroupe principalement des pays de l’Europe, les Etats-Unis, ou encore l’Australie et la Nouvelle Zélande. Ainsi, en 2007 et 2008, indique le rapport, environ 750 mille emplois en Allemagne ont été créés par des travailleurs étrangers indépendants, 500 mille au Royaume-Uni et en Espagne, 400 mille en France et près de 300 mille en Italie. Ceci dit, 25 à 50% des entrepreneurs étrangers n’emploient pas plus de 10 personnes car ils détiennent en majorité des PME. D’autre part, au moins 50% des entrepreneurs immigrés travaillent seuls.

Ces immigrés entrepreneurs sont le plus souvent originaires des pays asiatiques, en raison de leur niveau d’instruction et parfois des moyens dont ils disposent, ajoute le rapport. Ceux en provenance d’Amérique latine et des pays africains tardent encore à s’engager massivement dans le monde de l’entreprenariat. Deux tiers des entrepreneurs résident dans leurs pays d’accueil depuis plus de dix ans et sont le plus souvent des hommes, d’âge moyen (3/4 ont plus de 35 ans) et qualifiés. Le rapport souligne également un détail intéressant : dans de nombreux cas, les immigrés préfèrent s’établir à leur propre compte pour échapper soit à un salaire trop faible, soit à la discrimination dans un emploi salarié ou pour surmonter les difficultés dans la recherche d'un emploi.

Ces observations de l’OCDE vont dans le même sens que les résultats révélés récemment par une étude de l’Association pour la défense et l’orientation des consommateurs en Italie, selon laquelle 11% du PIB italien (2 055 milliards de dollars en 2010) sont produits par les immigrés. Parmi eux, environ 432 mille Marocains à la tête de 1600 PME. Des MRE qui, en 2009, constituaient 2,4% du total des étrangers dans les pays de l’OCDE, classant ainsi le Maroc à la onzième position parmi les 25 premiers pays dont sont orginaires les immigrés résidant dans cet ensemble économique.

On peut toujours rêver
Auteur : momo12369
Date : le 15 juillet 2011 à 10h20
Ce commentaire à mis le doigt sur un problème qui touche la communauté Marocaine en particulier : L’incompétence de certains responsables calés dans leurs fauteuils et s’en foutent des autres.
Pourquoi les immigrés, des bons entrepreneurs chez les autres et pas chez eux.
Auteur : Le vrai de vrai
Date : le 15 juillet 2011 à 00h50
Si nos ambassades et nos consulats marocains à l'étranger sont bien équipés juridiquement avec des bons conseillers juridiques spécialisé dans les lois marocaines et du pays d’accueil et des bons conseillers commerciaux capables, toujours présent à leurs postes et répondent à toutes les correspondances, il y aura beaucoup d'immigrés, et qui investiront dans leur pays d'origine et créer de l'emploi chez nous, à condition que les MRE soient guidés, conseillés économiquement et protégés juridiquement dans les pays hôtes et au Maroc, malheureusement , le marocain n'est pas protégé par nos ambassades à l'étranger dans tous les domaines faute d’incompétence et d'indifférence envers leurs compatriotes, et je ne comprends pas pourquoi les affaires étrangères marocaines ne prennent pas l'exemple des autres ambassades pour s'organiser dans cette voix, d'aider leurs citoyen à l'étranger et arrêter la corruption de certains employés de chez nous, qui doivent travailler pour leurs pays, et pas pour s'enrichir sur son dos.

LES MRE veulent avoir dans chaque Ambassade:
1) Un conseiller juridique "un vrai avocat" spécialisé dans les affaires judiciaires de tous les domaines juridiques du pays hôte (familiale, commerciale etc..) qui a déjà pratiqué dans ce pays et qui connait bien ses lois, et qui peut diriger les MRE vers la bonne voix ou vers ses collègues avocats sur place avec le quel, il restera en contact pour tous les problèmes soumis à lui par les victimes.
2) Un conseiller juridique "un vrai avocat" spécialisé dans les affaires judiciaires de tous les domaines juridiques du Maroc, qui n’abandonnera pas les plaignants, et fera disparaitre par la suite leurs dossiers quand il rentre définitivement au Maroc., comme c'est dans la plupart ds cas.
3) Un BON conseiller dans le domaine économique et d'investissement au Maroc.
4) Un conseiller du tourisme dans chaque consulat.
Il faut savoir que beaucoup de MRE ne savent plus où loger au Maroc pendant leurs séjours.
etc...
Avec mon commentaire, j'espère avoir quelques lecteurs, responsables ou pas, qui donneront leurs avis sur ce sujet très important pour tous.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com