Menu

Politique Publié

Moulay Hicham : « En tant que Marocain, je suis fier de voir des jeunes formuler un discours politique aussi intelligent »

Invité sur le plateau de France 24, Moulay Hicham, le cousin du roi Mohammed VI, a dit soutenir le mouvement des jeunes du 20 février comme tout mouvement démocratique non-violent et tolérant. A terme, une transition vers une monarchie parlementaire sera nécessaire au Maroc, selon le prince, qui nie cependant toute ambition politique personnelle.

Temps de lecture: 3'
Jeudi 18 février, Moulay Hicham était l'invité de France24.

Ce 18 février, le prince Moulay Hicham a fait une nouvelle sortie médiatique, après l'entretien accordé au quotidien espagnol El País le 31 janvier et son intervention dans l'émission Mots Croisés sur France 2 du 7 février dernier. Cette fois, il a été l'invité de Marc Perelman sur France 24.

Selon le cousin du roi, un changement de paradigme a lieu dans le monde arabe. Les révoltes et manifestations signifient que «les peuples arabes disent : Nous ne voulons plus de cette exception arabe qui fait de nous des peuples soumis». Une rupture qu'«il y a 6 mois, personne n'aurait imaginé», affirme le chercheur à l'université de Stanford.

Les atouts du Maroc...

Interrogé sur le Maroc, Moulay Hicham a approfondi son analyse de l'actualité et du système politique du Royaume par rapport aux interventions antérieures. Sur une exception marocaine, le prince reste sceptique. «Ce n'est pas parce-que rien n'est arrivé jusqu'ici que rien n'arrivera.» Le pays aurait, certes, des atouts par rapports aux autres pays touchés par les révoltes : « la tolérance, un champ politique où il y a des structures d'inter-médiation, et un centre. Ce centre s'appelle la monarchie. Elle est légitime, elle est culturellement ancrée.»

Cependant, Moulay Hicham est clair quant à l'appréciation de cette monarchie. Une monarchie absolue ? «Sur le plan juridique et constitutionnel, oui. C'est à dire qu'elle a des vastes pouvoirs constitutionnels et légaux. Mais cela ne veut pas dire que c'est un système politique fermé, totalitaire. C'est un système autoritaire souple.»

… qui n'empêchent la nécessité de réformes politiques

C'est dans ce contexte que les Marocains voudraient des réformes politiques. Il n'y a pas aujourd'hui de forte revendication contre la monarchie, estime le prince. «Cela peut changer demain, cela peut changer dans 5 ans, mais aujourd'hui, la majorité des Marocains s'accorde à dire que la présence de la monarchie est un facteur optimal», affirmait-il.

Selon Moulay Hicham, la meilleure manière de pérenniser la monarchie est d'en arriver à un système semblable à celui de l'Espagne et du Royaume-Uni. Et à terme, pense-t-il, «c'est inévitable».

Un soutien au mouvement du 20 février

Même si une monarchie parlementaire n'apparaît pas clairement dans les principales revendications des jeunes appelant à manifester le 20 février, le prince a exprimé son soutien à ce mouvement.

«Personnellement j'adhère à toute initiative, à toute démarche qui appelle à la démocratisation de notre système politique. A condition que la démarche soit pacifique et tolérant. En l'occurrence, il semblerait que ce mouvement réunit toutes ces conditions et donc, j'y adhère.»

Sur le plateau de France 24, Moulay Hicham a invité les téléspectateurs à visionner le message vidéo lancé par le mouvement. C'est un «exemple d'éloquence, de sophistication politique et de dignité», estime-t-il, pour affirmer qu'«en tant que Marocain, je suis fier de voir des jeunes formuler un discours politique aussi intelligent».

Quid de la réaction de l'Etat marocain ?

Quant aux réactions de l'Etat marocain face aux revendications de ces jeunes, le prince a tenu à nuancer ses propos. «Le régime n'est pas un bloc monolithique, il y a plusieurs courants», expliquait-il. Une manière de dire qu'il sera important de veiller à ces différents courants. Une peur de la déstabilisation fait face à la «direction à prendre», celle de la monarchie parlementaire. Un voie à prendre «dans la sérénité, dans le débat, pour éviter que les choses ne basculent dans une logique radicale», ajoute Moulay Hicham.

Interrogé sur ses propres ambitions politique dans une éventuelle phase de transition démocratique, le chercheur affirme vouloir garder ses distances, son autonomie intellectuelle et son indépendance critique. «Le Maroc a besoin de clarté, ce n'est pas en rajoutant une couche qu'on verra plus clair».

Aiguillonner les politiques oui, mais «le pilotage, cela ne me concerne pas», affirme le prince.

idem
Auteur : DR IDRISSI MY AHMED
Date : le 22 février 2011 à 10h47
bravo loulou
Sui sème le CHAOS dans notre pays ?
Auteur : desseins
Date : le 22 février 2011 à 01h16
Alors ? quelle est la réaction de Moulay Hicham? est-il content de la manif qu'il a soutenu ?

on attend !
Dans quel monde vous vivez
Auteur : BestLife
Date : le 19 février 2011 à 13h07
Quand j'ai vu le niveau de comparaison que vous avez faite avec la France, je n'ai pas cru mes yeux tellement c'est grossier.

Je suis très attaché à ma patrie et à ma religion mais la différence aujourd'hui entre le Maroc et la France est minimum : 1 siècle.

En même temps, je vous demande juste de regarder ce qui se passe dans le monde, autour de vous pour vous rendre compte de votre naïveté !

Je vous souhaite un réveil rapide de votre profond sommeil.

Sans rancune
يا قوم
Auteur : loulou35500
Date : le 19 février 2011 à 12h14
réfléchissez avant de vous lancer

je vais vous faire une comparaison avec ce qu’il se passe en France.

ici, pas d’indemnité de chômage si tu ne cotise pas!
...
ici, même avec les indemnités de chômage tu peut pas vivre!

ici, tu es obligé d’aller mendié l’assistante social ou les resto du cœur et le secours catholique pour manger un peu.

ici, même avec bac+5 tu peut travailler dans les champs dans le Sud de la France tellement ya pas de boulot!

ici, tes parents te mettent a la porte a 18 ans!

ici, t’a le droit d’avoir ton opinion, mais tous le monde s’en fout, et c’est leur opinion

ici, tu travail 40H/semaine pour 900 euros/mois, juste de quoi manger et payer un loyer, aucune économie possible.

ici, les jeunes boivent et fument de la drogue pour s’évader.

ici, il y a 15,5 millions de mal loger, ca veut dire vivant dans des foyers a 6 dans 25M², ou, sans toilettes, sans eau chaude, ou sans toit.

ici, tu peut te faire agresser ou violer dans un train sans que personne ne viennent te défendre.

ici, c’est la crise économique.

et j’en passe…

Tout ca pour vous dire que c’est partout pareil, aucun pays ne fait exception.

ca sert a rien d’appeler a une « révolution » si c’est pour détruire le peu qu’il y a, et se retrouver avec un pays en faillite.

surtout quand l’on sais que ceux qui appellent a tout casser, le font pour asseoir leur pourvoir, ce sont souvent des gens sans éducations, sans amour pour leur pays, sans vision, si ce n’est de faire d’un des plus beau pays du monde, une terre sans avenir.

réfléchissez avant de vous lancer
Confusion
Auteur : melghoma
Date : le 19 février 2011 à 11h05
C'est vive le peuple d'abord, puis vive le Roi. C'est le dernier vers de notre hymme national.
Pourquoi confondre , manif. et Roi, le but de la manif. et juste de denoncer les inegalites sociales, la corruption a tout les niveaux, l'injustice, l'impunite, la soumission, la hougra... ou zid ou zid.

Pour la monarchie et pour la manif.
Ali

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com