Menu

Politique Publié

Dimanche 20 février, « Journée de la dignité » au Maroc [Conférence de presse]

Des revendications unifiées, des comités d'organisation, et un soutien de plus en plus ample de la part d'associations de droits humains et de partis politiques : le mouvement appelant à manifester le 20 février prend forme. Lors d'une conférence de presse, les organisateurs ont demandé à ce que l'expression des revendications soit respectée dimanche prochain, et à ce que les attaques personnelles à leur encontre cessent.

Temps de lecture: 2'
Conférence de presse au siège de l'AMDH le 17 février 2011. Photo : Yabiladi.com

Les manifestations du 20 février seront placés sous le signe de la dignité, explique Tahani Madmad, étudiante de 19 ans et une des organisatrices du mouvement des jeunes du 20 février. Lors d'une conférence de presse le 17 février au siège de l'Association marocaine de droits humains (AMDH) à Rabat, elle a énuméré les principales revendications du mouvement.

Première revendication, l'élaboration et le vote d'une nouvelle constitution. Sans demander expressément une diminution des prérogatives royales ou l'instauration d'une monarchie parlementaire, Tahani Madmad explique que dans cette constitution, «chaque article doit correspondre au principe démocratique».

Le mouvement appelle par ailleurs à une dissolution du gouvernement, du parlement et à la mise en place d'un gouvernement transitoire. Une justice indépendante, des procès pour dilapidation de biens publics, la reconnaissance de l'amazigh comme langue officielle au Maroc, la libération des détenus politiques, l'intégration des diplômés chômeurs dans la fonction publique et l'augmentation du SMIG sont les autres revendications clés du mouvement. Formulées de telle manière, ces revendications sont le fruit de discussions entre les différents éléments du mouvement, un effort pour trouver le plus grand dénominateur commun, affirme Tahani Madmad.

Conditions opportunes pour des avancées des droits humains

Le mouvement, qui se structure d'ailleurs en dehors du réseau Facebook et a mis en place différentes commissions sur le contenu et les aspects pratiques de l'organisation de la manifestations, a obtenu le soutien de plusieurs associations des droits humains au Maroc. Un débat ouvert avec les jeunes du mouvement a eu lieu vendredi dernier, une autre le 14 février entre organismes des droits humains au Maroc. Selon Khadija Ryadi, présidente de l'AMDH, les militants auraient compris qu'aujourd'hui, «des conditions opportunes pour réaliser des avancées dans les droits humains» seraient réunies.

En dehors des signataires de la déclaration commune, d'autres associations soutiennent individuellement l'appel à la manifestation, comme par exemple Attac Maroc. Certains partis politiques ont également lancé l'appel à soutenir le mouvement ou à manifester le 20 février prochain, comme le PSU et La Voix démocratique (Annahj Addimocrati).

Condamnation des attaques subies

Durant la conférence de presse, les deux représentants du mouvement de jeunes, Tahani Madmad et Oussama El Khlifi, ont condamné les attaques qu'ont subies certains organisateurs des manifestations du 20 février, attaques qui ne se sont pas limitées à des commentaires sur Facebook. Eux-mêmes en auraient été victimes. Le compte de Tahani Madmad aurait ainsi été piraté et sa photo de profil changée. Oussama El Khlifi a expliqué que son père aurait été convoqué chez le préfet de police de Salé qui lui auraient demandé de convaincre son fils d'abandonner le mouvement, «sinon ils trouveraient des moyens de le faire à leur manière». El Khlifi a par ailleurs déploré l'attitude de certains médias marocains qui ferait écho aux attaques contre les jeunes du mouvement.

MERCI bemazigh - Ton Amazighité t'honneur.
Auteur : cosysteme
Date : le 24 février 2011 à 03h05
Je tiens à remercier AMAZIGHEMENT notre compatriote bemazigh qui apporte des éléments nouveaux au débat qui intéresse tous les Amazighs dans le monde. J'ai lu avec intérêt tes deux textes sur nos frères Amazighs de la LIBYE qui souffrent énormément depuis 40 ans à cause de ce déchet de l'humanité, Kadhafi. J'espère que le vent de la liberté souffle actuellement sur eux.. Nous devons suivre de plus près les événements et le sort réservé à ce qui reste de ces Imazighens Libyens oubliés et pratiquement exterminés par ce chien de Kadhafi, la honte de tous les Arabes, sans que personne dans le monde entier ne lève le petit doigts pour les protéger. Leur seule faute parce qu’ils sont des IMAZIGHENS AUTHENTIQUES DE L'AFRIQUE DU NORD dont la langue maternelle n'est pas guidée par une religion comme c'est le cas de l’Islam pour l'Arabe. Voilà toute la question qui déchire le cœur de toute être humain et digne. Que le vent du jasmin souffle aussi sur tous les Imazighens du monde.
J'ai aussi téléchargé sur : http://www.berberi.org/Documenti/tawalt_fr2.pdf
les textes dont tu as fait références et je t'en remercie.
un référendum
Auteur : al farji
Date : le 23 février 2011 à 15h42
pourquoi ne pas enseigner aux enfants issus des villages illettrés des montagnes et du sud, la lecture et l'écriture d'une langue qu'ils peuvent utiliser........plutôt que qu'une langue qui ne les emmène pas plus loin qu'ils sont déjà????

c'est un “complot” pour laisser les communautés berbères déjà exténuées dans l'état où elles sont????

ce sont que des questions,

l avenir de ces petits est en jeux (dans un monde qui se mondialise), alors pourquoi ne pas faire un un référendum dans les régions berberes pour demander au gens leurs avis? au lieu de faire plaisir aux extrémistes nationalistes.
Comme au Maroc
Auteur : bemazigh
Date : le 23 février 2011 à 14h03
Le Régime interdit les prénoms amazighs, et les enfants qui les portent sont écartés des systèmes éducatifs si leurs parents ne leur changent pas de prénoms. La répression est systématique et souvent les parents sont condamnés à payer des amendes car en Libye, donner un prénom amazigh à son propre enfant est considéré comme un délit. De nombreux enfants en Libye demeurent aujourd’hui sans fiche d’Etat civil ou de documents d’identité pour la simple raison de leur prénom ne correspondent pas aux normes « arabes » du pays.
La Libye Amazigh enfin libérée
Auteur : bemazigh
Date : le 23 février 2011 à 13h51
«en Libye on peut parler de tout sauf de 2 choses : Kadhafi et sa famille d’une part, l’Amazighité d’autre part.» Reporters sans frontière

Et bien, cà va changer, n’en déplaise à tous les panarabistes qui tiennent exactement le même discours au Maroc et ailleurs.
C'est un fait: Saddam avec les Kurdes, Kadhafi avec les Amazighs, vous êtes voué à l’échec le plus cuisant. Imazighen seront toujours là, quelques soient vos efforts pour les anéantir.

Le bedouin fou a dit, entre autre :

«Les Amazighs ont disparu depuis l’époque des royaumes de Numidie. Les spécialistes de l’archéologie et de l’astronomie disent qu’une période d’un siècle de sécheresse a fait complètement disparaître la civilisation amazighe en Afrique du Nord. Ensuite sont venus les Arabes du Yemen, appelés «Ber-Ber» et ont peuplé l’Afrique du Nord. D’autres arabes sont venus après, avec l’islam. Et lorsque les colonisateurs sont arrivés, ils nous ont dit : Vous êtes des Berbères, une nation différente des arabes. Ils ont ensuite inventé le mot Amazigh, uniquement pour nous diviser afin de mieux régner sur nous. La Libye est pour les libyens et nous n’accepterons pas que quelqu’un dise qu’il a telle ou telle identité. Celui qui dira cela, sera considéré comme un traître au service du colonialisme». Mars 2007

« Les vrais arabes sont les Berbères […] La défense de Tamazight est une conspiration des colonisations! Ceux qui défendent la cause amazighe sont des collaborateurs des colons. Collaborateurs de la France, de l’Amérique et d’Israël, ils reçoivent leurs salaires des services secrets de ces pays. […] Combien de ces sales collaborateurs ont vendu leur âme au diable au nom de Tamazight, Berbères ou Touaregs». 1997

« Même ce langage, laissez le mourir, laissez le s’éteindre. Une langue qui ne nous est utile en rien […] nous n’en avons pas besoin […]. Si votre mère vous transmet cette langue, elle vous nourrit du lait du colonisateur, elle vous nourrit de son poison » 1985
« Le langage des grands-mères ; le mythe des vieux : Finissons-en ! […] Bèrbère ? Qu’est-ce que le berbère ? Une langue ancienne ? Qu’est-ce qu’une langue ancienne ? » 1983

http://www.berberi.org/Documenti/tawalt_fr2.pdf
Un FRANCAIS musulman m'a dit une fois tu as de la chance
Auteur : al farji
Date : le 23 février 2011 à 12h29
Un FRANCAIS musulman m' a dit une fois tu as de la chance d étre née arabe (ou arabophone si tu veux)

j ai lui dit pourquoi

il m'a dit nous les musulmans francais meme si on fait des doctorats en arabe nous n arriveront jamais à comprendre l islam comme vous.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com