Menu

Article

Polisario : Bachir Mustapha Sayed fait un retour en force

La crise entre Ban Ki-moon et le Maroc a eu ses conséquences dans le camp Rabouni et à Alger. La confrontation avec le secrétaire général et la maladie de Mohamed Abdelaziz ont permis à Bachir Mustapha Sayed de briser les carcans de la disgrâce dans lesquels il était enchainé depuis 14 ans. Très connu des responsables marocains avec lesquels il avait négocié pendant des années une solution politique, le voilà qui effectue un retour en force.

 

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Bachir Mustapha Sayed, le frère du fondateur du Polisario, effectue un retour en force sur la scène politique. L’ancien chef de la diplomatie du Front profite de la maladie de Mohamed Abdelaziz, pour renouer avec ses premières occupations : les négociations dans les coulisses. En mars, il était en mission en Mauritanie, pays qu'il connait parfaitement surtout qu'il est détenteur d'un passeport mauritanien.

Durant sa visite, il s’est entretenu avec le président Mohamed Ould Abdelaziz. Sayed a également rencontré des chefs de partis politiques et des députés qui appuient les thèses du mouvement séparatistes. Cette semaine, il devra prendre la tête d’une délégation du Polisario en déplacement dans des capitales européennes. Il fera escale à Madrid, Rome, Londres, Berlin et Bruxelles, la capitale de l’UE. Au cours de ses visites, il sera accompagné par Mohamed Salem Salek qui fait office, depuis Alger, de «ministre des Affaires étrangères».

Un potentiel successeur d’Abdelaziz très connu des responsables Marocains

La fin de la longue période de disgrâce de Sayed ne peut être levée ou suspendue sans l’aval de l’Algérie. En 2002, Alger n’avait pas apprécié qu’il ait eu l’audace de négocier avec les Etats-Unis l’avenir du Sahara, sans son autorisation. En sa qualité de chef de la diplomatie, il avait réussi à convaincre les Américains de reconnaitre la «RASD» en échange de l’installation d’une base militaire, une fois le conflit résolu en faveur du Polisario.

Force est de constater que 14 ans plus tard, les Algériens se sont rendus compte de l’importance de l’homme et ont décidé de s’en remettre de nouveau à son jugement. Il faut savoir que Sayed avait négocié à maintes reprises avec les Marocains, et ce dès les premières années du conflit. La première fois ce fut en 1982. A cette époque, Bachir s’était réuni avec l’ancien ministre de l’Intérieur, Driss Basri dans un hôtel de la capitale portugaise, Lisbonne.

Une année plus tard, il prenait contact avec une délégation marocaine conduite par le conseiller et l’ami de Hassan II, Ahmed Réda Guedira. Elle comprenait également l’ex-ministre des Affaires étrangères, M’Hamed Boucetta et Driss Basri. Ces entretiens étaient venus couronner une médiation saoudienne. Ce deux rounds ont balisé le terrain à la réunion, de novembre 1989 à Marrakech, avec le roi Hassan II.

Bachir Mustapha Sayed avait également discuté en secret en 1996 à Genève de la proposition de l’autonomie du Sahara avec les responsables marocains, sous l’égide de l’ancien chef de la MINURSO, le Suédois Erik Jensen (1993-1998). Une seconde rencontre s’était ensuite tenue à Marrakech en septembre 1996.

Ce retour en force de Sayed le met en bonne position pour succéder à Mohamed Abdelaziz à la tête du Polisario. Il pourrait également relancer le processus de négociations en vue de parvenir à un règlement politique au différend territorial.

Soyez le premier à donner votre avis...
Ministre d'Etat ?
Auteur : FATEM95
Date : le 12 avril 2016 à 14h49
Déjà ce niveau de protocole, la république bananière a commencé avant même d'exister et sachant qu'elle n'existera jamais. Le ridicule ne tue pas. Remarque cette photo de Valls à côté de Bouteflika était déjà un summum de ridicule. Le contraste parlait de lui-même.
Mais bien sur
Auteur : unerosedesvents
Date : le 12 avril 2016 à 13h51
Il était en direct hier sur la chaîne canal Algérie sous le titre de "ministre d'état"...a quand la fin de l'ingérence de l'Algérie
C'est édifiant cette fixation sur son frère marocain ne lui fait pas honneur
l’appel lancé en 1989 par feu le Roi Hassan II
Auteur : moden
Date : le 11 avril 2016 à 21h51
8000 Sahraouis ont répondu à l’appel de Hassan II «la patrie est clémente et miséricordieuse» : Les retours massifs à la mère patrie remettent sur le tapis la question de l’intégration des ralliés.

Dans la vie, il faut faire un choix, donc ce monsieur Bachir n'a qu'à faire comme les autres, rentrer chez lui et demander pardon à son Roi ou rester avec les traitres.
Les vendus, les fourbes, on n'en veut pas.

Chose est certaine, le Sahara restera éternellement marocain jusqu'à la fin des temps coute que coute et quels que soient le prix et les sacrifices à payer !!!
Dernière modification le 11/04/2016 22:15
Qui a le pouvoir ?
Auteur : FATEM95
Date : le 11 avril 2016 à 20h20
Indirectement tu poses la question : qui a le vrai pouvoir ? Que ce soit ce type ou Bouteflika, qu'ils soient nés au Maroc ou ailleurs, qu'ils aiment le Maroc ou pas, ça ne change rien au problème. La vraie question: qui décide ? Ce sont les caporaux.
Et ceux-là on sait ce qu'ils veulent, ce qu'ils ressentent envers le Maroc et leur regard baveux sur la côte Atlantique marocaine. Il y a une chose qui va finir par les user: le temps et probablement le peuple algérien. Bientôt, il demandera des comptes car l'heure tourne et les caisses se vident car pas de miracle. Et un jour il leur dira où est le déluge de pétrodollars qu'on a connu ? Qu'en a-t-on fait ? Nos frères algériens on les connais.
Nous On gère notre dossier au jour le jour et on attend. C'est crevant mais on est habitués.
il faut arrêter de rêver!
Auteur : bedji
Date : le 11 avril 2016 à 19h38
soyons sérieux... quand Bouteflika est arrivé à la tête de l'Algérie en 1999 de la même façon les médias marocains s'étaient réjouis que Bouteflika connaisse le Maroc puisqu'il y est né et y a grandi: on a vu le résultat. Bouteflika déteste le Maroc.

Alors Bachir Mustapha Sayed? un type qui a négocié avec les Etats Unis une reconnaissance de la RASD , qui n'a cessé dernièrement de taper sur le Maroc? Non c'est un adversaire du Maroc et tant que le Polisario continuera de s'entêter le conflit ne sera JAMAIS réglé.

Le Maroc ne sortira jamais de son sahara sans une guerre et le POlisario est incapable de reprendre ni politiquement ni militairement une guerre.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com