Menu

Société   Publié

Imider : Les habitants ont clôturé 2014 en organisant « le plus long sit-in écologique » au monde

Après un appel lancé au roi Mohammed VI en janvier dernier resté sans suite, les habitants d’Imider ont bouclé 2014 en organisant ce que France 24 a appelé «le plus long sit-in écologique» au monde. Leurs revendications restent les mêmes : moins de pollution de la part de la société des mines et plus de travail pour la population.

Temps de lecture: 3'
DR

Les années passent, mais les habitants d’Imider ne se découragent pas. Ils ont clôturé l’année 2014 avec un sit-écologique, et pas n’importe lequel, le plus long du genre au monde. C’est Moha Tawja, Observateur de France 24 qui l’a révélé.

La marche a été organisée le 30 novembre dernier pour protester contre la répression de leur mouvement de la part des autorités. Pour mémoire, les habitants d’Imider campent en permanence depuis août 2011 sur le mont Alebban où ils ont fermé le réservoir d’eau qui alimentait la mine d’argent du village pour protester contre la Société métallurgique d’Imider (SMI) - une filiale du groupe Managem, indirectement contrôlée par SNI – exploitante depuis 45 ans au grand dam de la population. Celle-ci dénonce l’assèchement de la nappe phréatique due à l’utilisation excessive de l’eau par la société minière, la pollution des eaux par les produits chimiques tels que le cyanure et le mercure, selon les dernières précisions de Moha Tawja. Ce qui freine l’agriculture, principale gagne-pain des villageois. Chaque année, le collectif de manifestants réitère ses revendications pour que la population profite de l’exploitation de la mine, réclamant également l’emploi d’un plus grand nombre de jeunes d’Imider.

Pour la libération des manifestants emprisonnés

Au mois de mars, trois manifestants de 21 à 25 ans ont été arrêtés pour «constitution d'une bande criminelle», «vol d'argent et commercialisation», «rassemblement sans autorisation», «perturbation de la voie publique» et «coups et blessure prémédités». Après une première condamnation, ils ont fait appel, mais la Cour d’appel d’Ouarzazate les a condamnés à trois de prison ferme, assortie de 180 000 dirhams de dommages et intérêts. Le mouvement aujourd’hui réclame la libération de ces jeunes.

Depuis que le conflit est médiatisé, la SMI ne cesse de rejeter en bloc toutes les accusations des habitants. En mars 2012, l'un des directeurs du groupe Managem Youssef El Hajjam affirmait à Yabiladi que leur niveau de revendications est «irréaliste».

En janvier 2014, les villageois se sont indignés face à l’indifférence des autorités marocaines, et notamment le monarque. «Le roi nous a oubliés. Il parcourt le pays aidant les gens, mais il ne vient jamais dans cette région. Il est notre père, et il a oublié ses enfants», se plaignaient-ils. Malgré ce SOS, les douze mois de l’année se sont écoulés sous leurs yeux sans qu’ils ne voient aucune intervention officielle qui aille dans le sens de leurs doléances.

Bien qu’avec une lenteur certaine, les actions semblent porter du fruit

Selon l’Observateur de France 24, Moha Tawja, la SMI «a creusé des puits dans d’autres zones» pour s’approvisionner en eau depuis que les habitants ont fermé la source d’approvisionnement du mont Alebban. Mais même si cela prend du temps, le résultat de leurs actions les encourage à poursuivre le combat. La SMI «a dû réduire sa consommation d’eau. Sa productivité a donc baissé d’environ de 40 %. Notre action a porté ses fruits, d’autant que les puits des habitants commencent de nouveau à se remplir», confie-t-il.

Par contre, la Société n’emploie toujours pas autant de jeunes locaux que voulu par les habitants. «De 2004 à 2013, l’entreprise n’a donc octroyé aucun poste aux habitants d’Imider. En 2013, elle a donné 40 postes à des locaux, mais cela s’est fait après des négociations avec des élus, sans que les habitants soient impliqués. À ce jour, 14 % seulement des travailleurs de cette entreprise, qui emploie environ 10 000 personnes, sont originaires d’Imider», explique Moha Tawja. Ils veulent donc plus. Mais l’entreprise a toujours fait valoir que 40% de ses ouvriers sont issus des villages environnants.

Scanne moi ta CIN
Auteur : MusulmanGéo
Date : le 07 janvier 2015 à 16h30
Dans ce cas ne mélange pas tout quand tu daut des tentatives d'analyse.
Univers impitoyable
Auteur : Amazigh-rocain
Date : le 07 janvier 2015 à 16h26
Vraiment les plus démunis vivent dans un univers impitoyable . Ces malheureux ont demandé de l aide a notre Amir El Mouminine depuis un an , hélas ( bouche cousue ) de sa part .Cette justice sans justiciers = la justice du plus fort pour pas dire ( la loi du plus fort )qui règne sur nous depuis X temps .
Ces gens ne devraient pas perdrent espoir car
Allah est la et c est le seul qui pourrait les aider .
ALLAH YAKHODE EL HAK FI LMOUNAFIKINES.
La panse est devant toi et tu es pêt à mettre bas!!!!!!
Auteur : Chibani2
Date : le 07 janvier 2015 à 14h07



Je suis un citoyen Marocain comme toi je suppose et je m'indigne......

Je soutiens mes concitoyens et je revendique les liens citoyens qui m'unissent à ce peuple laissé-pour-compte à la limite méprisé, oublié et sans DIGNITE.....

Pour info personnel ma chienne et mon lapin sont sur le point de mettre bas,reste calme!!!!!
Dernière modification le 07/01/2015 14:32
Que t'arrive t-il Chibani2 ?
Auteur : MusulmanGéo
Date : le 07 janvier 2015 à 12h50
Tu t'explose la panse à éjecter ton venin sur les marocains. Les marocains savent défendre leurs intérêts. Et ils n'ont pas besoins des conseils d'algériens pour cla.
Occupe toi de ce qui se passe à Aïn Saleh ou les méfait de l'exploitation du Gaz de schiste sont mille fois plus dangereux.

Sur ce, j'appuie avec toutes mes forces les revendications de ces villageois et s'il y'a vraiment une volonté politique à ce que régionalisation politique et économique soient au Maroc, il faut commencer par donner à ces villageois leurs droits. Une vrai régionalisation doit leur donner aussi le droit de gérer comme il le veulent leurs entreprises. C'est cela le prix de la démocratie.
Première réaction...
Auteur : Bodler
Date : le 07 janvier 2015 à 11h01
... à "chaud", si je puis dire, du royaliste convaincu que j'ai toujours été : des larmes amères !
Je ressens du mépris dans la façon dont ce dossier (ultrasensible) a et est toujours traité... et, en plus de me chagriner, cela ne me plait pas du tout !
Me viennent à l'esprit deux des quatre ou cinq de nos héros nationaux : Abdelkrim et Moha ou Saïd Ezzayani...
Je suis de la même région que le premier mais, parce qu'il s'est rendu (après avoir failli causer la disparition du peuple de sa région), je lui préfèrerais toujours le second qui est mort les armes à la main...
Cela me revient-il par esprit "révolutionnaire" ?
Non, je suis un homme pondéré qui met l'intérêt de sa Nation au-dessus de toute autre considération, mais il n'empêche, je le redis comme je le ressens : je sens un mépris (que je n'aime vraiment pas du tout) de la part des responsables de la mine et du Pays envers ce qui devrait (et doit) rester une simple réclamation (justifiée, me semble-t-il) qui aurait du être traitée (dans les règles de l'art diplomatique et non pas par la zerouata) par les responsables de la mine avant l'Intérieur ou la Justice...
Parce que cela n'a pas été fait, nous voilà, là, dans tout à fait autre chose (de bien plus compliqué) et, autant le redire : je n'aime pas du tout "cela" !!
Dernière modification le 07/01/2015 11:01
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com