Politique Publié

Balles perdues sur un poste frontière : Réactions en chaîne des diplomaties marocaines et algériennes

Le ministère de l’Intérieur marocain a annoncé, dans un communiqué relayé par la MAP, que des éléments de l’armée nationale populaire algérienne auraient procédé, lundi vers 13h45, à des tirs en direction du poste de surveillance marocain Ait Jormane longeant le tracé frontalier entre le Maroc et l’Algérie, dans la province de Figuig. Deux impacts de balles auraient atteint le mur de ce poste frontalier, indique la même source.

Temps de lecture: 2'
DR

Quelques heures après la publication d’un communiqué du ministère de l’Intérieur annonçant des tirs de l’armée algérienne sur un poste marocain de surveillance à Figuig, l’ambassadeur du Maroc à Alger a pris contact avec les autorités algériennes compétentes. M. Belkzize «a exprimé ses regrets et demander des explications sur les circonstances des tirs d’hier», indique mardi un texte du ministère des Affaires étrangères.

Selon la MAP, le diplomate «n’a pas manqué de rappeler aux autorités algériennes la nécessité d’assumer leur responsabilité conformément aux lois et conventions internationales et aux règles de bon voisinage, afin que ce genre d’incident ne se reproduise pas à l’avenir», ajoute la même source.

Réaction d'Alger

La réaction des autorités algériennes ne s'est pas faite attendre non plus. «Les frontières sont fermées, donc nous sommes tenus d’appliquer les lois de notre pays qu’il s’agisse des incursions de personnes, de trafiquants de drogues, de contrebandiers ou des immigrés clandestins», a déclaré le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, cité par le journal en ligne Algerie1.com, ce mardi en conférence de presse. «Nous ne faisons qu’appliquer les lois de la république», a-t-il ajouté.

Un nouvel épisode de tension entre les deux pays voisins après l'épisode du message du président Bouteflika lu à Abuja, jugé hostile au Maroc par Rabat qui avait rappelé son ambassadeur pour consultation. Dans ce climat houleux, l'arrachage du drapeau algérien du consulat à Casablanca par un militant avait envennimé la situation. Après une courte période d'accalmie, le dossier des réfugiés syriens expulsés illégalement vers le Maroc a fait de la frontière terrestre entre les deux pays, le nouveau terrain de la bataille diplomatique. 

tir a la frontiere
Auteur : ralidou34
Date : le 22 février 2014 à 22h30
si les militaires algeriens s'amusent a faire des cartons sur les postes frontieres c tout simplement parcequ'ils sont plein de psychotropes(karkoubi) qu'ils avalent toute la journée.
no comment
Auteur : delfa11
Date : le 22 février 2014 à 20h10
Mali : Un commando de 6 ‘algériens’ ont tenté de saboter la visite du Roi Mohammed VI. Bamako : Six individus, portant des passeports algériens, sont arrivés au Mali, il y a une semaine de cela. Ils sont descendus dans un hôtel trois étoiles à Bamako en se faisant présentés comme membres d’une ONG s’appelant ‘Entraide’, spécialisée dans l’aide aux personnes démunies. Les six individus ont loué deux véhicules privés. Ils sont allés rencontrer un responsable malien de l’association des droits de l’homme, le chef de ce groupe ‘algérien’, s’est informé sur les couches les plus défavorisées au Mali, et sur la situation des droits de l’homme, dans le pays. Selon le site d’information, maliweb.net, les six individus éveillant, par leur comportement les soupçons des services de sécurité locaux, ont été mis sous étroite surveillance, surtout que leurs mouvements dans la capitale malienne, survenaient à quelques jours de l’arrivée du Roi Mohammed VI. Ces ‘algériens’ de cette ONG ‘Entraide’, ont entre-temps changé de costume, pour se présenter comme une ONG chargée de ‘‘renforcer les relations entre le Mali et l’entité autoproclamée par le Polisario la ‘rasd’’’. Ils ont été jusqu’à demander un rendez-vous avec un conseiller du ministre malien des Affaires étrangères, dans le but d’annoncer qu’à la veille de l’arrivée du Roi, le gouvernement malien recevait une délégation du Polisario, espérant ainsi, provoquer une colère marocaine et une annulation de la visite royale. Selon la même source, le conseiller du ministre malien, détectant le piège, s’est dépêché de prévenir sa hiérarchie, laquelle a tout de suite, ordonné l’expulsion, manu militari, de ces saboteurs ‘algéro-polisariens’. Le Mag
Precis
Auteur : alfa4102
Date : le 21 février 2014 à 20h08
Ne noie pas le poisson et ne saute pas du coq à l'âne.
J'ai posé une kestion précise à laquelle tu n'as pas répondu et cela est la règle chez vous vous répondez tjrs par des accusations
Vous avez été protéger les saharaouis et vous avez reçu une déculottée sans ke ces sahraouis i ne soient massacrés
Tu explique ça comment
Dernière modification le 21/02/2014 20:13
Sans l Algerie les sahraouis n existerait plus
Auteur : colonel amirouche
Date : le 20 février 2014 à 23h11
ton roi hassan 2 les aurait exterminer.la voila la vérité.Tient vous qui jouer les offusquer , je viens de regarder l Emissions sur France 2 sur le cannabis et on voit clairement l implications de votre police dans les trafics, vôtres polices et vos douanes sont des officine de la mafia , si des tirs ont eu lieu allez demandez a vos corrompus la raison
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com