Menu

Grand Angle

Panique en Algérie liée aux projets d’industrie d’armement du Maroc

Le 1er juin, le Maroc a franchi un nouveau pas dans l’émergence d’une industrie militaire. Un développement qui irrite l’Algérie. En témoigne le lancement par un média officiel d’une campagne de fausses informations destinée à décrédibiliser l’ambition marocaine, en prétendant qu'Israël allait installer une base militaire dans le royaume.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le conseil des ministres du 1er juin, présidé par le roi Mohammed VI, a donné son feu vert à un projet de décret portant création de deux zones d’accélération industrielle de défense devant abriter les industries de défense relatives au matériel et aux équipements de défense et de sécurité, aux armes et munitions.

En Algérie, cette décision très attendue notamment après l’adoption en août 2020, du cadre juridique relatif à l’émergence d’une industrie locale d’armement, a été accueillie par le montage d’une campagne de fausses informations, à laquelle ont participé le représentant autoproclamé du Polisario en Suisse, Oubi Bachir, le représentant à Alger du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), Nader Al-Kaissi, et un opposant marocain installé en Espagne, Badr El Aidoudi, un habitué des médias algériens. Radio Algérie (officiel) a ouvert son espace aux participants pour répandre leurs allégations.

Aucun Algérien n’a participé au montage de l’intox

Jouant la même partition, les trois intervenants ont ignoré le contenu du projet de décret du 1er juin, pour annoncer sans preuves, que le Maroc «a donné son feu vert à l’installation d’une base militaire sioniste». Oubi Bachir du Polisario a même avancé le lieu de l’installation militaire israélienne. «Ce sera entre Melilla l’espagnole et l’Algérie», a-t-il précisé. Pour rappel, la distance par route séparant Melilla de Tlemcen en Algérie, à la frontière du Maroc, est d'environ 460 km. Pour appuyer ses dires, ce membre du Polisario a indiqué que «la presse espagnole» a déjà abordé ce sujet. «Le Maroc construit, avec l’aide d’Israël, une base de drones à 20 km de Melilla pour contrôler la ville espagnole» avait en effet annoncé, le 12 mai, El Economista.

Dans son passage à Radio Algérie, le Palestinien Al-Kaissi a fait mieux que le représentant du Polisario, alléguant que «le Maroc a accordé deux bases militaires à l’entité sioniste». Et d’enchainer en condamnant «l’occupation du régime marocain des territoires sahraouis. Nous soutenons la lutte du peuple sahraoui pour l’indépendance de son pays et nous approuvons son droit à l’autodétermination». Il a également appelé à «retirer la présidence du Comité Al-Qods au régime marocain».

Quant à l'intervention du Marocain, Badr El Aidoudi, elle a été reprise par Echoroukonline. Pour le Marocain vivant en Espagne, l'installation d'une «base militaire israélienne entre Melilla et l'Algérie est une provocation contre Alger». «Les médias espagnols ont considéré que l'annonce de la construction de cette base militaire sioniste près de Melilla constitue également une menace directe pour la sécurité nationale espagnole», a-t-il ajouté.

Le montage de cette opération de fausses informations n’a connu la participation d’aucun intervenant algérien.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com