Menu

Article

La Tariqa Tijaniyya, nouvelle carte de l’Algérie dans son différend avec le Maroc ?

Après ses tentatives des années 1980, de 2006 et de 2014, l’Algérie a organisé cette semaine un «colloque international» de la Tariqa Tijaniyya. Un rendez-vous ayant pour objectif de «confirmer Ain Madhi comme la référence de l'ordre de Tidjani» à la place de Fès.

Publié
Le forum de la Tariqa Tijaniyya organisé cette semaine à Aïn Madhi, en Algérie. / DR
Temps de lecture: 3'

En Algérie, toutes les armes sont bonnes pour s’en prendre au Maroc et le champ religieux n’échappe à cette règle. Cette semaine, alors que le monde commémorait l’Aïd Al Mawlid Annabawi, les autorités algériennes ont convoité plusieurs adeptes de la Tariqa Tijaniyya, à un «colloque international», organisé à Aïn Madhi. Selon la presse algérienne, l’événement organisé par le «Calife général de la confrérie de la Tariqa Tidjania», sous la présidence du président algérien Abdelmadjid Tebboune, a été marqué par la participation de «délégation venant des pays du Tchad, du Nigeria, du Niger, ainsi que de la Mauritanie, du Sénégal, du Mali et de la France».
 
Dans son discours au forum, Aissa Belakhdar, conseiller du président chargé des zaouïas et associations religieuses a assuré que la Tijaniyya «est algérienne», ajoutant que cette «Tariqa à Aïn Madhi a une grande influence à travers différentes parties du monde, comme en témoigne le présence de ce grand nombre d'érudits, de cheikhs et de fidèles de différents pays du monde au berceau du calife général». Le ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi a pour sa part noté que «la zaouia Tidjania est considérée comme pionnière localement, nationalement et internationalement, notamment en Afrique».

L’événement, qualifié de «manifestation scientifique, culturelle et religieuse», vise, selon la presse algérienne à «confirmer Ain Madhi en Algérie comme la référence de l'ordre de Tidjani». «Ce qui implique que le reste des coins à travers le monde ne sont que des branches d'origine algérienne», affirme explicitement le journal Echorouk, avant de tirer sur le Maroc, l’accusant de «tenter, en vain de s’approprier la Tariqa» et de «transférer» son siège à Fès.
 
Un vieux différend sur lequel le Maroc a toujours eu une longueur d’avance
 
C’est depuis des décennies que l’Algérie et le Maroc mènent une guerre d’influence pour séduire les millions d’adeptes de la Tijaniyya, considérée comme la confrérie musulmane est la plus répandue d'Afrique de l'Ouest. En effet, si son fondateur d’origine marocaine, est né en Algérie en 1782, Ahmed Tijani meurt à Fès en 1815.

Par le passé, l'Algérie a tenté d'organiser un important forum pour cette Zaouia depuis des années. Toutefois, le défunt ministre marocain des Habous et des affaires islamiques, Abdelkbir M'Daghri Alaoui a réussi à persuader les cheikhs africains et les dirigeants de cette confrérie à boycotter l’événement. C’est à Fès, en 1986, que la grande messe religieuse aura finalement lieu, durant laquelle les participants exprimeront même leur soutien à la marocanité du Sahara.

Vingt-ans plus tard, l'Algérie tente à nouveau, en 2006, d’organiser un autre forum pour les Tijans, boycotté par le Maroc et un certain nombre de cheikhs de cet ordre soufi. En 2014, la ville de Fès a accueilli à nouveau un forum international, qui a vu la participation de plus de 1 000 représentants de cet ordre soufi, issus de 47 pays à travers le monde. L’Algérie, qui a boycotté le rendez-vous, avait alors tenté de dissuader des centaines d'adeptes du Sénégal, de la Gambie, de la Mauritanie, du Bénin, de la Guinée et du Mali de se rendre dans le royaume.

A l’époque, des membres de la Zaouia Tidjania en Algérie avaient expliqué avoir boudé l’événement pour protester contre l’invitation adressée par l'ambassade du Maroc à Cheikh Ali Tidjani. Ce dernier est devenu, en 2010, le «douzième calife général» de la branche algérienne de cette Tariqa. Les Algériens avaient alors reprochés aux Marocains d’avoir invité Ali Tidjani «en son nom personnel et non pas en sa qualité» de «calife général de la Tariqa dans le monde». Celui-ci avait alors déclaré être «le cheikh de l'ordre», ajoutant que «s'il avait demandé aux adeptes marocains de la zawiya d'y assister, ils seraient venus».

Ali Tidjani avait aussi demandé à tous les fidèles de l'ordre Tijani à travers le monde de «s'associer au califat général de l'Ordre Tijani à Ain Madhi». Toutefois, Fès demeure, depuis plusieurs siècles, le lieu de pèlerinage le plus visité dans le monde des adeptes de la Tijaniyya.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com