Menu


Maroc : Gouvernement, députés et institutions saisis de la situation des salariés de Medi1 TV

Publié
Photo d'illustration / DR.
Temps de lecture: 2'

La Fédération nationale de la presse, des médias et de la communication a interpellé, récemment, plusieurs institutions au sujet de la situation des salariés de Medi1 TV, face à un dialogue resté au point mort après le licenciement du délégué syndical, le journaliste Youssef Belhaissi. Ainsi, le syndicat a transmis un courrier au Chef du gouvernement, aux ministres de l’Intérieur, de la Culture, de la jeunesse et des sports, ainsi que du Travail. La lettre a été adressée également aux présidents des deux Chambres, à deux des groupes parlementaires, au Conseil national de la presse (CNP) et au Conseil national des droits de l’Homme (CNDH).

Cette démarche intervient «suite aux décisions injustes prises par la chaîne», malgré «plusieurs tentatives de la Fédération et de la direction de l’Union marocaine du travail (UMT)». «Nous notons malheureusement une absence de réactivité de la part de la direction de la chaîne, qui s’obstine à maintenir ses décisions contraires à la Constitution et qui refuse de recevoir les représentants syndicaux en son sein, depuis près de deux ans», indique un communiqué, parvenu à Yabiladi.

Par conséquent, le syndicat appelle les destinataires de son récent courrier à «une intervention urgente», pour faire respecter les termes de la Constitution, des disposition du Code du travail ainsi que les engagement internationaux du Maroc auprès de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Dans ce sens, la Fédération affiliée à l’UMT rappelle que contrairement aux raisons invoquées par Medi1 TV, le journaliste et animateur Youssef Belhaissi n’a pas été licencié pour faute grave, mais pour «son engagement syndical, en sa qualité de délégué du personnel». Par ailleurs, la structure se réfère à une lettre de la Direction générale de l’inspection du travail à Tanger, qui a précédemment notifié à Medi1 TV l’irrecevabilité du licenciement du concerné, «faute d’élément établissant la faute grave».

La Fédération rappelle les circonstances dans lesquelles cette mesure a été prise, lorsque le bureau syndical a exigé des mesures sanitaires pour le personnel, dans le contexte de la pandémie du nouveau coronavirus. En réponse, Medi1 TV a procédé à la fermeture de ses locaux à Rabat et à la centralisation de toutes ses équipes à Tanger.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/