Menu

Grand Angle

Les problèmes économiques de la presse ne sont pas nés avec l’arrivée du coronavirus au Maroc

La presse marocaine est aux abois. Le covid-19 a infecté un secteur déjà immunodéprimé avec de nombreuses maladies chroniques. L’occasion de revoir tout l’archaïque système de subventions publiques qui entretient l’immobilisme.

Publié
Caricature de Mix et remix paru dans l’Hebdo de Lausanne / DR
Temps de lecture: 4'

En moins d’un mois de crise sanitaire, tout le monde libéral qui ne jurait que par les marchés financiers, la concurrence libre et parfaite, la dérégulation, appelle au secours l’Etat, dans la plus pure tradition keynésienne. Après les demandes de l’organisation représentant les écoles privées du Maroc, puis l’ordre des médecins, qui voulaient bénéficier du Fonds spécial covid-19, c’est au tour de la presse d’appeler l’Etat à l’aide. Au-delà, c’est tout le secteur de la communication qui est en crise : des agences de communication, agences médias, régies publicitaires, agences de relations publiques et d’événementiel...

Mais c’est la presse qu’on entend le plus, car elle a en main le micro, qu’elle peut allumer et éteindre à sa guise. Malgré les critiques des internautes sur l’indécence des appels à l’aide venant de médias tenus par de grands patrons et autres milliardaires, ils invoqueront le rôle de la presse comme «pilier du pluralisme et de la construction démocratique de notre pays». Un argument qui ressemble à s’y méprendre à celui du représentant des cliniques privées, lors des Assises de la fiscalité, et qui réclamait une imposition plus souple pour les médecins privés eu égard à leur rôle social. Ce à quoi Zouhair Chorfi, secrétaire général au ministre de l’Economie et des finances, a répondu que tout était social. De la même manière, on pourrait répondre aux grands patrons de presse que tout est pilier de la construction démocratique : de l’association de quartier à «Mohamed moul piceri».

Ce que les patrons de presse omettent de dire, c’est que contrairement aux agences de communication, plusieurs d’entre eux sont déjà subventionnés par l’Etat. L’argent public n’a pas attendu le covid-19 pour couler dans les veines financières d’une soixantaine de publications. Un système de subvention qui, au départ, devait permettre de restructurer les entreprises de presse et réduire la précarité des journalistes, mais qui deviendra très vite une rente qui ne ruisselle que très peu. Ainsi, les médias électroniques n’ont que très tardivement et très peu bénéficié de cette subvention. Plus grave encore, la situation des journalistes dans certains médias subventionnés est aussi précaire qu’avant.

Et c’est aux journalistes qu’on fait payer cette crise sanitaire, dès le premier mois ! Chômage partiel, chômage technique, réduction allant jusqu’à 50% du salaire... sont les principales mesures d’économie prises. Il est assez étonnant qu’aucune autre mesure de frugalité financière n’ait été décidée, ou encore qu’aucune proposition n’ait été émises pour sauvegarder les emplois, assurer la viabilité des entreprises de presse et ainsi maintenir un secteur essentiel à la vie publique du pays. Je voudrais lister trois propositions simples, qui éviteraient aux salariés de se sacrifier, aux entreprises de presse de fermer, et à l’Etat d’avoir recours massivement à l’argent public pour aider le secteur privé.

Faire ruisseler la trésorerie

Rappelons, en premier lieu, que la tension sur la trésorerie des entreprises de presse provient des retards de paiement. Le gouvernement, qui a toujours joué à cache-cache avec la loi sur les délais de paiements, pourrait faire preuve du même volontarisme exprimé en cette crise, en exigeant de toutes les entreprises le paiement des arriérés, sous peine de sanctions financières. Ainsi, toutes les entités qui ne rencontrent pas de difficultés de trésorerie irrigueront les trésoreries des agences de communication, et l’argent ruissèlera jusqu’aux médias et aux salariés. Il est tout de même anormale que des entreprises jouent aux bienfaitrices en contribuant au Fonds de solidarité covid-19, et accuse 6 à 18 mois de retard de paiement de ses prestataires, ou demandent à ses salariés de sacrifier une partie de leurs rémunérations.

Du nudge pour réorienter les budgets pub 

J’avais déjà émis cette suggestion pour une réorientation structurelle du marché publicitaire marocain, mais l’urgence mérite un virage beaucoup plus radical. Le gouvernement qui se plaignait de l’évasion fiscale générée par la publicité sur Facebook, Google, Youtube... a toutes les raisons aujourd’hui de serrer la vis. Ainsi, on estime à 65% sur un total de 361 millions de dirhams de budget de publicité digitale en 2019 qui «fuit» vers les plateformes internationales, qui ne payent aucun impôt au Maroc et n’emploient aucun Marocain sur le territoire national. Si les grandes entreprises marocaines, dont certaines n’hésitent pas à invoquer la préférence nationale quand leur business en dépend, ne veulent toujours pas comprendre l’étendue du danger pour les médias nationaux, n’est-ce pas le rôle de l’Etat de redéfinir le cadre fiscal qui ne lui bénéficie ni à courte terme, ni à long terme ? Si le petit gâteau publicitaire marocain était déjà dévoré par les plus gros, aujourd’hui où il ne reste plus que quelques miettes, les pouvoirs publics devraient interdire toute sortie de devises pour financer de la publicité sur les GAFA alors même que les médias nationaux battent des records d’audience.

Redonner du sens au système de subvention à la presse écrite

Comment se fait-il que l’argent public (90 millions de dirhams en 2019), censé soutenir l’emploi dans les entreprises de presse, ne bénéficie qu’à une minorité de médias ? Quelle équité il y a-t-il de voir que des journaux papier employant une dizaine de personnes touchent 1 million de dirhams par an, alors qu’un site d’information avec le même effectif ne peut toucher plus de 60 000 dirhams ? Et comment justifier que d’autres médias, comme Yabiladi.com (premier site marocain francophone avec 8 millions de visites mensuelles), ayant le même nombre de salariés, respectant la convention collective, et s’acquittant des cotisations et impôts, ne bénéficient d’aucune subvention ?

Plutôt que d’alimenter un système qui est devenu, au fil des années, une rente de situation, il est temps de revenir à l’essence même de l’initiative royale visant le soutien à la presse. Si l’intérêt de départ est bien la restructuration des entreprises de presse pour l’amélioration de la situation des journalistes et même la création d’emplois, les subventions doivent être réorientées en ce sens. Pour bénéficier à tous les supports et surtout à tous les journalistes, cet argent public doit prendre la forme d’une aide permettant de compenser une partie des impôts sur le revenu et des cotisations sociales, payées par l’entreprise pour des postes de journalistes à temps plein, et dont le salaire n’est pas inférieur à celui défini dans la convention collective. L’entreprise qui souhaite bénéficier d’1 million de dirhams de subvention (qui pourrait être fixé comme un plafond) devra embaucher et/ou augmenter ses journalistes. Un juste retour à la normale. Et tous les médias justifiant du paiement de l’IR et de la CNSS sur 2019, pourront bénéficier de la subvention sans passer par un long processus opaque et clientéliste.

Ces trois propositions sont simples à mettre en place et ne demandent pas beaucoup d’efforts à l’Etat. Le plus compliqué sera de passer outre les blocages des rentiers des médias qui, en période de crise, veulent faire payer leurs errances entrepreunariales aux contribuables et aux salariés.

Coronavirus cases
551 272 722
Confirmed Covid-19 cases
6 342 280
total deaths
531 621 842
total recovered
66.7%
de la population mondiale vaccinée
 
Cases
Deaths
États-Unis
88 066 096
1 018 349
Inde
43 547 809
525 270
Brésil
32 610 514
672 429
France
31 861 391
150 840
Allemagne
28 673 212
141 519
Royaume-uni
22 942 394
181 094
Italie
18 938 771
168 698
Corée du sud
18 433 359
24 583
Russie
18 176 132
373 640
Turquie
15 180 444
99 057
Espagne
12 890 002
108 259
Vietnam
10 750 313
43 089
Japon
9 441 171
31 348
Argentine
9 394 326
129 109
Australie
8 334 802
10 130
Pays-Bas
8 317 175
23 016
Iran
7 241 648
141 408
Colombie
6 175 181
140 070
Mexique
6 121 808
325 868
Indonésie
6 097 928
156 766
Pologne
6 017 601
116 437
Portugal
5 214 701
24 236
Ukraine
5 040 518
112 459
Malaisie
4 578 741
35 787
Thailande
4 536 445
30 758
Autriche
4 506 979
20 070
Israel
4 404 214
10 984
Belgique
4 265 296
31 952
Chili
4 035 379
58 631
Afrique du sud
3 995 784
101 847
Canada
3 963 521
42 037
Tchéquie
3 937 410
40 324
Taiwan*
3 929 627
7 128
Suisse
3 805 774
13 835
Grèce
3 755 074
30 349
Philippines
3 710 145
60 610
Pérou
3 644 199
213 593
Danemark
3 227 021
6 543
Roumanie
2 927 187
65 755
Slovaquie
2 551 116
20 147
Suède
2 519 199
19 124
Irak
2 364 453
25 247
Chine
2 147 330
14 633
Serbie
2 034 544
16 135
Bangladesh
1 982 972
29 181
Hongrie
1 928 125
46 647
Jordanie
1 700 526
14 068
Georgie
1 662 299
16 844
Irlande
1 600 614
7 499
Pakistan
1 539 275
30 403
Singapoure
1 485 964
1 421
Norvège
1 449 207
3 337
Kazakhstan
1 396 584
19 018
Nouvelle-Zélande
1 380 325
1 535
Maroc
1 230 095
16 131
Bulgarie
1 175 082
37 261
Lituanie
1 162 831
9 176
Croatie
1 152 335
16 089
Finlande
1 145 610
4 875
Liban
1 117 540
10 470
Cuba
1 106 203
8 529
Tunisie
1 052 180
28 691
Slovénie
1 043 268
6 657
Biélorussie
994 037
7 118
Népal
979 908
11 952
Uruguay
962 251
7 351
Emirats Arabes Unis
954 692
2 319
Bolivie
931 955
21 958
Mongolia
928 981
2 179
Panama
925 254
8 373
Guatemala
922 340
18 628
Equateur
915 679
35 747
Costa Rica
904 934
8 525
Lettonie
837 872
5 862
Arabie Saoudite
797 940
9 212
Azerbaidjan
793 388
9 717
Sri Lanka
664 194
16 523
Gaza
662 490
5 662
Paraguay
660 841
18 994
Koweit
646 098
2 556
Bahreïn
633 348
1 498
Birmanie
613 672
19 434
République Dominicaine
612 548
4 383
Estonie
581 560
2 591
Vénézuela
527 074
5 735
Moldavie
520 321
11 567
Egypte
515 645
24 724
Chypre
515 596
1 075
Libye
502 189
6 430
Ethiopie
489 656
7 544
Honduras
427 718
10 906
Arménie
423 417
8 629
Oman
391 641
4 628
Qatar
385 830
679
Bosnie/Herzégovine
379 132
15 808
Kenya
334 800
5 657
Zambie
326 259
4 007
Botswana
322 769
2 750
Macédonie
314 794
9 327
Albanie
282 690
3 502
Luxembourg
266 904
1 094
Algérie
266 173
6 875
Nigeria
257 637
3 144
Zimbabwe
255 755
5 558
Montenegro
241 623
2 729
Ouzbekistan
241 196
1 637
Maurice (Ile)
231 036
1 004
Kosovo
230 054
3 140
Mozambique
228 317
2 213
Laos
210 324
757
Kirghizistan
201 101
2 991
Islande
196 527
179
Afghanistan
182 793
7 725
Maldives
182 720
306
El Salvador
169 646
4 152
Namibie
169 253
4 065
Brunei Darussalam
168 760
225
Ouganda
167 979
3 621
Trinité-et-Tobago
167 585
4 016
Ghana
166 546
1 452
Jamaique
143 408
3 145
Cambodge
136 301
3 056
Rwanda
131 347
1 461
Cameroun
120 068
1 931
Malta
106 068
751
Angola
101 320
1 900
Congo (Kinshasa)
91 393
1 375
Malawi
86 626
2 646
Sénégal
86 399
1 968
Barbade
85 121
477
Cote d'Ivoire
83 729
805
Suriname
80 890
1 376
Eswatini
73 155
1 416
Guyane
67 699
1 256
Fidji
65 889
866
Madagascar
65 787
1 401
Belize
64 581
680
Soudan
62 704
4 952
Cabo Verde
61 105
405
Mauritanie
60 489
984
Bhutan
59 824
21
Syrie
55 937
3 150
Gabon
47 939
305
Seychelles
44 932
167
Papua New Guinea
44 732
662
Andorre
44 177
153
Burundi
42 794
38
Togo
37 493
275
Guinée-Bissau
37 123
443
Bahamas
36 114
820
Tanzanie
35 768
841
Lesotho
33 938
699
Haiti
31 677
837
Mali
31 176
737
Benin
27 216
163
Sainte-Lucie
27 133
385
Somalie
26 803
1 361
Congo (Brazzaville)
24 128
385
Timor-Leste
22 961
133
Iles Salomon
21 544
153
Burkina Faso
21 044
387
Grenada
18 475
232
Saint-Marin
18 361
115
Liechtenstein
18 032
85
Tajikistan
17 786
125
Sud Soudan
17 733
138
Guinée équatoriale
16 191
183
Djibouti
15 690
189
Samoa
14 995
29
République Dominicaine
14 852
68
Nicaragua
14 690
242
République Centrafricaine
14 675
113
Monaco
13 197
59
Tonga
12 301
12
Gambia
12 002
365
Yémen
11 832
2 149
Vanuatu
11 447
14
Erithrée
9 810
103
Saint Vincent and the Grenadines
9 060
114
Niger
9 031
310
Antigue et Barbuda
8 665
141
Guinée-Bissau
8 369
171
Comores
8 161
160
Sierra Leone
7 704
125
Liberia
7 500
294
Tchad
7 426
193
Saint Kitts and Nevis
6 193
43
Sao Tome and Principe
6 064
74
Palau
5 269
6
Kiribati
3 236
13
Summer Olympics 2020
865
0
Diamond Princess
712
13
Winter Olympics 2022
535
0
Micronésie
38
0
Iles Marshall
32
0
Holy See
29
0
Antarctica
11
0
MS Zaandam
9
2
Korea, North
1
6
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com