Menu

Economie Publié

Maroc : La croissance économique reprendra progressivement dans les prochaines années

Le Fonds monétaire international (FMI) a confirmé que le Maroc avait fait de grands progrès vers le renforcement de son économie ces dernières années. Dans ses prévisions de croissance économique pour les prochaines années, l’agence onusienne indique même une reprise progressive.

Temps de lecture: 2'
Photo d'illustration / DR.

Un nouvel examen du Fonds monétaire international (FMI) a confirmé que le Maroc avait «fait de grands progrès vers le renforcement de son économie ces dernières années» et que sa croissance «devrait s’accélérer progressivement à moyen terme, malgré les risques négatifs».

Dans sa note informative au sujet du deuxième examen de l’économie nationale, l’institution onusienne précise que l’année dernière, un soutien financier accordé au Maroc avait atteint les 2,1508 milliards de dollars, permettant de réduire le déficit budgétaire et d’atténuer le risque de chocs externes.

«Le Maroc a fait de grands progrès dans l’amélioration de la résilience de son économie ces dernières années. En 2019, l’activité économique a souffert d’un ralentissement dû à la baisse de la production agricole, tandis que l’inflation est restée faible», a déclaré Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du Fonds monétaire international.

Une reprise de l’activité économique tributaire de réformes

Par ailleurs, le Fonds a souligné qu’à l’avenir, la croissance augmenterait progressivement. Cependant, cette prévision est confrontée à la possibilité d’exposer l’économie marocaine à des risques négatifs, en raison du retard possible dans la mise en œuvre des réformes économiques et de l’environnement extérieur.

Dans ce registre, le rapport a souligné que le programme économique du gouvernement restait conforme aux principales réformes convenues dans le cadre de la ligne d’assurance et de liquidité convenue, mais a insisté sur la nécessité pour les autorités marocaines de s’engager à maintenir des politiques saines.

«Compte tenu du ralentissement des contrôles budgétaires, d’importantes réformes fiscales sont nécessaires et la masse salariale est réduite pour réduire la proportion de la dette publique par rapport au PIB, tout en garantissant des investissements et des dépenses sociales prioritaires à moyen terme», a ajouté le Fonds.

Contrairement aux craintes d’économistes sur le manque de prédispositions de l’équilibre économique marocain à d’adapter au flot du dirham, le FMI voit d’un bon œil le passage du Maroc à un système de change flexible. Il estime que cette mesure «est un moyen de prévenir des chocs, depuis l’adoption en janvier 2018 de ce système». Il note par ailleurs que «l’environnement économique favorable actuel a contribué à fournir ouvrir des opportunités» en lien avec la mise en œuvre de cette mesure.

Le rapport ajoute que, sur la base des progrès récents au niveau du climat des affaires, des réformes durables sont nécessaires pour accroître la croissance potentielle et réduire le chômage élevé, en particulier chez les jeunes.

Confirmant de précédents constats d’institutions nationales sur l’accès des femmes au marché du travail, comme le Haut-Commissariat au plan (HCP), le FMI appelle notamment à une participation féminine accrue dans les différents secteurs.

Les secteurs clés du développement étant liés les uns aux autres, le FMI souligne également l’importance d’une réforme éducative efficace.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com