Menu

Politique Publié

Sahara : Le Polisario intensifie ses activités au Brésil après la proposition soutenant l’autonomie

Temps de lecture: 1'
Brahim Ghali, secrétaire général du Front Polisario. / Ph. Issouf Sanogo (AFP)

La représentation du Front Polisario au Brésil en état d’alerte au lendemain de l’adoption, par les sénateurs brésiliens, d’une motion de soutien au plan d’autonomie proposé par le Maroc dans la résolution du conflit du Sahara occidental.

En réaction à cette initiative et en moins d'une semaine, le représentant du mouvement séparatiste, Ahmed Ambirek a tenu deux réunions avec des responsables non gouvernementaux brésiliens. Le 5 septembre, il a rencontré Miguel Torres, qui dirige un syndicat brésilien. Dans une déclaration à l’agence de presse du Polisario, Ahmed Ambirek a rapporté avoir abordé avec ce responsables les moyens de renforcer leurs relations bilatérales.

Lundi, le même responsable a rencontré à Sao Paolo le responsable des relations extérieures du centre national brésilien des formations en industrie. L’occasion d’aborder «la politique d’enseignement et de formation» du mouvement séparatiste et les domaines dans lesquels le centre brésilien peut intervenir pour soutenir cette politique. Au cours de la réunion, «Roberto Monteiro Espada a exprimé la disposition du centre à former des techniciens issus des camps de Tindouf», conclut l’agence SPS.

Cette tentative du mouvement séparatiste de promouvoir des «relations fortes» avec le Brésil intervient après l’adoption, la semaine dernière et par une large majorité du sénat, d’une motion de soutien à l’initiative marocaine d’autonomie au Sahara, dans le cadre d’un «respect de l’intégrité territoriale» du Maroc. Une victoire diplomatique pour le Maroc qui intervient trois mois après le déplacement à Brasilia du chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita.

Au Brésil, le changement de position quant au différend du Sahara occidental s’opère depuis l’élection, en janvier dernier, du président conservateur Jair Bolsonaro. Sa prédécesseur, Dilma Rousseff, était plutôt proche des positions pro-Polisario.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com