Menu

Article

Human Rights Watch demande la libération de Rachid Nini

L’affaire Nini refait surface. Human Rights Watch (HRW) demande sa libération. Dans un communiqué publié aujourd’hui, l’ONG internationale condamne les lois qui criminalisent la diffamation envers les agents de l’état, ainsi que celle d’ «outrage» d’un fonctionnaire qui entravent la liberté d’expression.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Rachid Nini verrait-il bientôt le bout du tunnel ? Human rights Watch prend aujourd’hui sa défense en condamnant son incarcération. «Le chroniqueur populaire» du quotidien arabophone Al Massae, sous les barreaux depuis avril dernier, est condamné à un an de prison ferme pour «outrage à des fonctionnaires publics» et «jeté le discrédit sur les tribunaux». Si l’opinion publique marocaine a dénoncé la machination dès l’arrestation de Nini, Human Rights Watch (HCP) dénonce aujourd’hui la contradiction entre la peine prononcée à l’encontre du journaliste marocain et les nouvelles résolutions prises par le Maroc depuis l’adoption de la nouvelle constitution.

Contradiction avec la constitution

«L’emprisonnement de Rachid Nini contredit l’engagement des autorités marocaines à respecter la liberté d’expression, tel que proclamé dans la nouvelle constitution du pays» déclare HRW, mettant l’accent sur l’écart entre les dispositions du nouveau texte et les poursuites à l’encontre de journalistes. «Pour mettre à niveau ses lois avec la nouvelle constitution, le Maroc devrait également abolir celles qui criminalisent l’«outrage» à l’encontre de fonctionnaires ainsi que celles qui criminalisent la diffamation, notamment d’agents de l’État», poursuit plus loin le texte publié par l’ONG internationale en appelant les autorités à annuler la condamnation du chroniqueur le plus célèbre au Maroc, mais le plus controversé aussi.

HRW demande la libération de Nini

Pour la directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du nord, Sarah Leah Whitson, la condamnation de Nini est «tout simplement injuste– quoi qu’on pense de ses chroniques.».  En effet, convoqué le 26 avril dernier pour un interrogatoire de la police judiciaire, Rachid Nini a été mis en garde à vue dès le 28 avril. Toutes les demandes de liberté provisoire avancées par ses avocats ont été rejetées. Une liste avec une dizaine de chroniques de Rachid Nini, «Chouf tchouf» ont été examinées lors de son procès, et le journaliste a été entendu en détail sur la provenance de leur contenu. Placé derrière les barreaux suite à sa condamnation, le journaliste a été privé, au début de sa détention à la prison d’Oukacha, de stylos et de feuilles et fouillé plusieurs fois par jour, d’après son témoignage rapporté par ses avocats. Human rights watch demande la libération immédiate du journaliste arguant que dans la nouvelle constitution «La liberté de la presse est garantie et ne peut être limitée par aucune forme de censure préalable. Tous ont le droit d'exprimer et de diffuser librement et dans les seules limites expressément prévues par la loi, les informations, les idées et les opinions». 

nini le brave journaliste
Auteur : kami1977
Date : le 07 décembre 2011 à 21h16
liberez nini ,plus de liberté ,mois de despotisisme
CE MR. EST INNOCENT !!!!
Auteur : Agor
Date : le 07 décembre 2011 à 01h06
Ce brave journalist devait jamais etre accuse de quoique se soit , il a seulement fait son travail et son devoir envers la societe...!!! Dans les pays de L'occident, on donne une medaille a ce brave journalist.....!!!!

On peut pas s'attendre a ca dans les pays moins developpes et civilises comme le MAROC, qui exerce toujours LA DICTATURE...!!!

Mais le MAROC doit faire attention, car les MAROCAINS et les autres pays ARABES ET MUSULMANS, commencent a se reveiller, de L'HYPNOSE QUI ONT SUBI Y'A DES SIECLES MAINTENANT......!!!!! ET HEUREUSEMENT...............!!!!

Je l'ai dit avant et je le redis encore: L'ISLAM ET LA DEMOCRATIE SE REUNIT PAS.......ON EST PAS ASSEZ INTELLIGENT POUR L'ADOPTER.

ON EST SAUVAGES ET BARBARES, ON A CA DANS LE SANG........

Dernière modification le 07/12/2011 01:10
pas de grace...
Auteur : amir
Date : le 06 décembre 2011 à 21h29
maintenant que rachid nini a presque passé la moitier de cette peine injuste en prison il ne doit pas accepter la grace car seul les coupables sont graciés.lui n'est "coupable" que de dénonciation de corrompus et de crouches lahrame.

il doit porter sa cause devant un vrai tribunal qui a des vrais juges et pas des juges marionettes .

on verra aussi si benkirane est vraiment le patron du ministre de l'injustice marocaine ou si il est comme juste un premier ministre de vitrine. .

galik tba3 lkaddab hatta lbabe addar.
Dernière modification le 06/12/2011 21:34
nini
Auteur : nabil922
Date : le 06 décembre 2011 à 18h26
liberez nini,liberez nini,liberez nini .allez répéter après moi
sérieusement il doit etre libéré.
Dernière modification le 06/12/2011 18:28
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com