Menu

Politique Publié

Le transfert des détenus du Hirak déplait à la CODESA d'Amintou Haidar

Temps de lecture: 1'
Aminatou Haidar, présidente de la CODESA

La CODESA d’Aminatou Haidar est vent debout contre le transfèrement du groupe de Nasser Zefzafi et des des détenus du Hirak du Rif à des prisons plus proches de leurs familles.

L’ONG a pointé, dans un communiqué relayé par le média pro-Polisario Radio Maizirat, «deux poids deux mesures» prôné par la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), rappelant que les «21 sahraouis du procès Gdim Izik sont incarcérés à des centaines de kilomètres de leurs proches». Le Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l'Homme souligne aussi «d'autres cas de prisonniers» du Sahara.

La CODESA demande ainsi à l’Etat marocain de «rapprocher les détenus sahraouis du lieu de résidence de leurs familles». Elle sollicite également aux Nations unies pour «œuvrer à l'opérationnalisation, dans les brefs délais, des mesures d’échanges de confiance» entre le Maroc et le Front Polisario et à «libérer les défenseurs des droits de l’Homme et l’ensemble des détenus sahraouis».

Pour rappel, la DGAPR a annoncé jeudi sa décision de transférer des détenus du Hirak du Rif de la prison d’Oukacha à des établissements pénitentiaires du nord du Maroc, «dans le souci de les rapprocher de leurs familles, tout en préservant les liens familiaux et sociaux».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com