En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Société Publié

Affaire Saad Lamjarred : Le chanteur n’a pas été innocenté, affirme Me Jean-Marc Fedida

Temps de lecture: 1'
En février 2010, Saad Lamjarred aurait fui les Etats-Unis où il avait été accusé de viol pour la première fois. / DR

Près d’un an après son arrestation pour «viol aggravé» et «violence volontaire», l’affaire Saad Lamjarred refait surface. Cette semaine, plusieurs médias nationaux évoquent la possibilité que le chanteur marocain soit innocenté par la justice française. Ce à quoi son avocat, Jean-Marc Fedida, n’a pas manqué de réagir.

Dans une déclaration accordée à nos confrères d’Atlas Info, l’avocat a précisé mardi que «tout ce qui a été dit est faux». «Tout ce qui a été dit ou écrit sur l'affaire est faux», confie-t-il au média basé en France, «en laissant entendre que l'affaire n'est pas encore jugée et que la date du procès n'est pas fixée».

«Comment voulez-vous que la justice se prononce alors que l’instruction judiciaire n'est pas terminée et que le juge d’instruction n’a pas encore ordonné le renvoi de l’affaire devant un tribunal ?»

Atlas Info rappelle que l’interprète de «Maalem» avait bénéficié d'une libération conditionnelle en avril dernier et a quitté la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis avec un bracelet électronique en attendant son jugement. Il avait été mis examen le 28 octobre 2016 à Paris, quelques heures après qu’une jeune femme de 20 ans l’eut accusé de l’avoir agressée dans une chambre du Paris Marriott, un hôtel parisien situé sur les Champs Elysées.

Atlas Info rappelle aussi qu’en février 2017, «le chanteur a été à nouveau entendu par un juge d’instruction parisien dans une nouvelle affaire de viol présumé» d’une jeune franco-marocaine de 28 ans. Cette dernière accuse le chanteur «d’avoir abusé d’elle au printemps 2015 alors qu’elle se trouvait en vacances à Casablanca».

1 commentaire
DR IDRISSI MY AHMED
Date : le 06 octobre 2017 à 01h23
RIDICULE cette instruction qui n'en finit pas ! Et ces plaintes de filles qui sortent de l'oubli à ce moment. Question de dépits ravalés, de rencarts ratés, de vengeance, de justice ou de simple exploitation d'argent ?
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com