En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 17/02/2017 à 19h30

Affaire des fonctionnaires de la Jamaa : Arsalane évoque un «message adressé à l’étranger»

Fathallah Arsalane du Mouvement Al Adl wal Ihsane. / Ph. DR

Apparemment, Al Adl wal Ihssane évite l’escalade avec l’Etat suite aux décisions prises par le gouvernement d’expédition des affaires courantes de mettre fin aux missions de plus de 105 de ses cadres. Jeudi, lors d’un point de presse, le numéro 2 de la Jamaa, Fathallah Arsalane a promis une «réponse» de son mouvement mais sans révéler sa nature. C’est d’ailleurs la même position adoptée par le bras syndical d’AWI.

Fathallah Arsalane a indiqué que les mesures prises à l’encontre de ses «frères» sont un «message adressé à une partie à l’étranger». Est-ce une allusion à l’administration Trump, connue pour sa phobie des forces islamistes, ou à la Turquie ?

Le pays d’Erdogan ne voit pas d’un bon œil la proximité entre Al Adl wal Ihssane et le «Mouvement Hizmet» de Fethullah Gülen. En janvier 2016, Ankara avait refoulé sans management le n°2 d’AWI et interdit la tenue d’un congrès de la Fondation Abdeslam Yassine.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com