En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Société Publié

Halal en France : Un marché juteux mais sans règlement

Le marché du halal, en France, particulièrement celui de la viande ne bénéficie pas d’une réglementation unique reconnue par l'ensemble de la communauté musulmane. De même, il est inquiétant de voir que les organismes de certification se multiplient. Face à cette situation, l’Association de sensibilisation, d'information et de défense de consommateurs musulmans (ASIDCOM), créée en 2006, et qui cherche à informer les consommateurs, a réalisé sa deuxième enquête sur les organismes de contrôles de la viande halal.

source:.halalmagazine.com

Même si le halal n’est pas un nouveau phénomène en France, son marché a connu un développement rapide. Sa croissance a été estimée récemment à 15% par an, selon une étude du cabinet Solis, spécialisée dans le marketing ethnique. De 4,5 milliards d'euros en 2009, son chiffre d'affaires devrait atteindre les 5,5 milliards d'euros en 2010. De quoi donner des idées non seulement à des groupes alimentaires, mais aussi à des organismes de contrôle en certification halal.

Forte de quelque 5 millions de personnes, la communauté musulmane de France est la plus importante d'Europe. Etant consciente des conséquences de l’absence d’une norme unique et d’une multiplication des organismes de certification, des musulmans ont essayé de s’organiser à plusieurs reprises, en vain. D’après l’ASIDCOM, la dernière en date, est intervenue après la création du Conseil français du culte musulman (CFCM) en 2003. Une commission a été créée pour le dossier de la viande halal. Mais elle a échoué dans sa mission, face à de nombreux intérêts financiers des différents acteurs. Elle a seulement réussi à trouver un accord sur l'orthographe du mot "halal" avec un seul "l".

L’ASIDCOM précise que les organismes de certification, se présentent sous forme d’association ou de sociétés de certification. Ils n’ont toujours pas de cahier des charges commun sur la définition  du terme halal, ni sur les procédures de contrôle et de traçabilité. Dans son enquête, l’ASIDCOM recommande vivement de ne pas acheter les produits "auto-certifiés". Il s’agit de ceux qui n’ont pas été contrôlés par un organisme tiers ; l’industriel se certifiant lui-même "halal" ou "selon le rite musulman". Elle a conseillé au contraire, les produits "certifiés", c'est-à-dire ceux ayant à côté de la mention halal, le logo d’un organisme tiers qui certifie que le produit est bien "halal".

Aujourd’hui, d’après l’association, il existerait une cinquantaine d'entreprises de certification halal. Toutefois, l’ASIDCOM rappelle également qu’il existe une différence entre sacrificateur (celui qui effectue l'acte de  la saignée  rituelle) et certificateur  (celui qui va contrôler que  la procédure du sacrifice est bien conforme au cahier des charges). Or, certains contrôleurs sont eux-mêmes employés par les abattoirs, alors que l’ASIDCOM prône une réelle indépendance entre  le  sacrificateur  et  le  certificateur.

Ce manque d’indépendance dans le contrôle est l’un des grands problèmes du marché du halal. D’autant plus que peu d’entreprises certificatrices ont développé  des outils de communication destinés aux consommateurs qui permettrait de garantir une certaine transparence. Tout en recommandant des organismes  sérieux  et  indépendants des abattoirs, l’ASIDCOM a appelé à la vigilance de tous les consommateurs.

Consulter l'enquête complète

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com