Menu

Société Publié

Immigrés en Belgique : Les Marocains représentent moins de 2% des retours volontaires

La crise économique en Europe et le nombre de Marocains résidant en Belgique aurait pu laisser croire qu’ils seraient nombreux à vouloir bénéficier des programmes d’aide au retour en Belgique. Au contraire, ils ne représentent pas plus de 2% du nombre du total des retours volontaires organisés, selon Fedasil.

Temps de lecture: 2'
(AVR: Assistance au retour volontaire) /DR:IPPR2013

Depuis le début de l’année, 530 immigrés en Belgique ont demandé de l’aide au «guichet retour» de Fedasil, agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile, pour rentrer dans leur pays d’origine, a révélé l’agence, mardi 2 juillet, en présence de la secrétaire d'Etat belge à l'Asile et la Migration, Maggie De Block. Alors que les Marocains représentent la première communauté étrangère hors Union européenne en Belgique, ils ne sont que 14 à être retournés volontairement au Maroc, loin derrière les ressortissants des Balkans.

«La communauté marocaine installée en Belgique est essentiellement composée d'immigrés arrivés en Belgique dans les années 70 et des générations ultérieures, et qui ont depuis acquis la nationalité belge. Dès lors, le retour volontaire concerne très peu les Marocains, puisque le programme vise les demandeurs d'asile (récemment) déboutés et les personnes en séjour irrégulier», explique Axel Delers, responsable communication à Fedasil. Les demandeurs d’asile marocains en Belgique sont rares : ils étaient 113 en 2012.

Prime au retour

En 2012, seuls 64 Marocains - 8 demandeurs d’asile déboutés et 56 en séjour irrégulier - ont donc compté parmi les 5656 retours organisés par Fedasil et tous ses partenaires. Ils ont tous bénéficié de la prime de retour, 250 euros par adulte, et 125 euros par mineur, donnée en cash à l'aéroport de départ. Une aide à la réinstallation varie ensuite en fonction du statut. «Un demandeur d'asile qui souhaite retourner pendant la durée de sa procédure ou dans les 30 jours de validité de l'ordre de quitter le territoire peut bénéficier d'une aide allant de 700 à 1500 euros (également valable pour les mineurs d'âge non accompagnés). Par contre, après cette période, ils sont en séjour irrégulier et l'aide diminue (700 euros maximum)», explique Axel Delers.

Aujourd’hui, les Marocains amenés à quitter l’Union européenne font encore l’objet d’expulsions dans leur immense majorité. Selon les données Eurostat de 2012, 14 160 Marocains ont été expulsés de l’Union européenne, tandis que le nombre de retours volontaires vers le Maroc suivant une procédure d’aide est resté comparativement très faible. Le nombre de Marocains qui en ont bénéficié entre 2000 à 2011 est de 821, révèle l’étude «Retour des migrants irréguliers au Maroc : quelles politiques de réintégration » du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) et de l'Institut de Recherche sur les Politiques Publiques (IPPR), présentées le 1er juillet, dans le cadre du projet «Beyond Irregularity».

Pas plus facile à vivre

Cette étude révèle que «le retour volontaire ne fut pas toujours plus facile à vivre que les expulsions, en particulier si le migrant se sentait obligé de rentrer dans son pays.» Les auteurs ont écouté 50 hommes qui avaient choisi d’aller en Europe de façon illégale et qui sont revenus expulsés ou de façon «volontaire», mais aucun n’avait bénéficié d’un programme d’aide au retour. Au final, «seule une petite minorité (environ un cinquième) des personnes interviewées a exprimé une certaine satisfaction par rapport à leur réintégration», révèle l’étude. Leur point commun : «la nature volontaire de leur retour. Ces personnes étaient revenues par choix, sans s’être senties forcées de revenir par elles-mêmes et sans avoir été expulsées par les autorités européennes.»

Le droit de circulation des citoyens au sein de l'Union Européenne
Auteur : BelBruxelles
Date : le 03 décembre 2013 à 22h20
Ce droit est reconnu par toutes les institutions de l'Union Européenne : Le Parlement, la Commission, la Conseil, La Cours de Justice de Luxembourg, la Cour Européenne des Droits de l'Homme, etc.
Pour des Belges d'adoption, je vous trouve plus catholiques que le Pape, face aux droits des autres citoyens Européens à circuler, et à aller et venir en Belgique, à leur guise
????????????????
Auteur : coleredu59
Date : le 22 novembre 2013 à 18h56
chibani
qu est ce qui peut bien attirer autant de mon
de a brabant? :
dicktracy
Auteur : malikaoujdia
Date : le 11 juillet 2013 à 15h17
Tes source tu peux te les mettre ou je pence moi je dit ce que je vois points bar
Belgique terre d'acceuil :)
Auteur : ibn_batouta
Date : le 08 juillet 2013 à 09h57
Effectivement il y'a pas mal de français en Belgique, principalement des étudiants (ça va changer l'année prochaine avec le système des quotas) du fait de l'accès direct aux études supérieurs sans concours (optique, kine, logopédie ...) et les riches Et oui la Belgique est un paradis fiscal pour les riches Mais reste un enfer fiscal pour les travailleurs de la classe moyenne.
On trouve aussi pas mal de Belges en France : des artistes, des étudiants en ingénierie, et des travailleurs qui ne veulent plus voir leur salaire ponctionner de moitié.
Globalement c'est normale, c'est ça l'europe, il y'a forcement plus de mobilité.

Personnellement ça ne me dérangerais absolument pas de travailler avec des Français ou autres nationalités, j'ai juste du mal avec les Parisiens ...

Un collègue allemand m'a dit une fois que pour faire fortune, il suffit d'acheter un parisien au prix qu'il vaut et le revendre au prix qu'il croit valoir. :)
Dernière modification le 08/07/2013 10:06
Encore une fois, malikaoujdia, où sont vos sources car...
Auteur : dicktracy
Date : le 08 juillet 2013 à 08h31
Encore une fois, malikaoujdia, où sont vos sources car cela tourne à la discussion de bistrot (le "moi j'ai vu, moi j'ai entendu.."). Ce qui perd toute crédibilité.

Et dites-moi, pourquoi est-ce qu'il y a plus de belges qui travaillent en france que de français qui travaillent en belgique (proportionellement à la population)?...si je suis votre raisonnement.

La vérité c'est que le niveau de développement de la Belgique et de la France est très proche, ce qui fait que les belges trouveront des avantages en France, et vis versa les Français trouveront des avantages en belgique qui leur seront propres.
Mais il n'y aura pas un écart de développement qui fait qu'il y a un déséquilibre migratoire unilatéral.

Et svp, ne parlons pas de formation, car les belges pullulent également dans l'enseignement supérieur français (grandes écoles, écoles d'ingénieur, fac..).
Les meilleures universités/grandes écoles sont américaines et britanniques en général, voire suisses.
Les grandes écoles françaises (ENS, polytechnique, INSEAD..) réussissent à se hisser dans les 30 premières de leur domaine et parfois dans les 10 premières.
Par contre, les écoles belges on les retrouve souvent dans les catacombes des mêmes classements.

Je vous invite à faire un tour là pour les écoles d'ingé:
http://www.topuniversities.com/university-rankings/world-university-rankings/2012

ou bien là pour les écoles de co:
http://rankings.ft.com/businessschoolrankings/global-mba-ranking-2013

Pour être honnête il y a deux pays pour lesquels on peut dire que les français partent de manière assez massive : la Suisse (pour les frontaliers ca leur permet de doubler le salaire tout en vivant en france) et le Canada. Il y a 10 ans il y avait le RoyaumeUni, mais depuis que la livre (et l'économie britannique), s'est cassée la geulle, ce phénomène s'est estompé.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com