Menu

Article

Sahara : Le Maroc et le Polisario ont discuté de l’autonomie dès 1996

L’option de l’autonomie comme solution au conflit au Sahara ne date pas de 2007. En 1996, le Maroc et le Polisario la discutaient déjà, en catimini, à Genève. A l’époque, le Front traversait une mauvaise passe. L’Algérie était enlisée dans sa guerre civile et le baril du pétrole ne dépassait pas les 20 dollars.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le Maroc et le Polisario avaient accepté l’option de l’autonomie en 1996. C’est ce que vient de confirmer, dans un entretien accordé au quotidien saoudien Achark Al Awsat, l’ancien chef de la Minurso, Erik Jensen (1993-1998). Le diplomate suédois assure que cet accord était le fruit d’une rencontre «secrète», comme l’avait exigé Rabat, tenue à Genève entre une délégation marocaine conduite par Driss Basri, ex-ministre de l’Intérieur et homme de confiance de Hassan II, et une autre du Polisario menée par Bachir Mustapha Sayed, le frère du fondateur du mouvement et qui avait officié pendant des années comme chef de la diplomatie avant sa mise à l’écart par Mohamed Abdelaziz.

Le Polisario à Rabat

 Erik Jensen a rappelé qu’à Genève, le Polisario avait demandé que la prochaine réunion entre les deux parties se tienne au Maroc en présence du roi Hassan II et sans la participation de dissidents du Front qui avaient rallié le Maroc à cette époque, comme c'était le cas d'Omar Hadrami et Brahim Hakim. La requête du Polisario avait été acceptée, souligne Jensen, donnant lieu à la rencontre de Rabat en septembre 1996. La délégation marocaine était alors présidée par le prince héritier Sidi Mohammed alors que celle du Polisario était toujours menée par Bachir Mustapha Sayed.

 Apparemment, la réunion de Rabat avait été fructueuse, en atteste le lancement de préparatifs pour une troisième rencontre. Elle n’a pas eu lieu suite à l’échec de l’Egyptien Boutros Ghali dans sa tentative de briguer un second mandat à la tête des Nations-Unies. La nouvelle avait chamboulé tous les plans d’Erik Jensen et avait mis un terme à l’option de l’autonomie. Une fois en place, Kofi Annan avait nommé James Baker au Sahara, l’autonomie reléguée au second plan. L’Américain avait remis en selle la solution du Plan cadre : le premier a été rejeté par le Polisario et le second par le Maroc.

 Ces deux échecs ont précipité le départ de James Baker et l’arrivée de Peter Van Walsum. La médiation du diplomate néerlandais a été stoppée net, en 2008, par la décision du Polisario de lui retirer sa confiance. Le même scénario se répète avec Christopher Ross, en 2012, mais cette fois c’est le Maroc qui retire sa confiance. Pour le diplomate suédois, «la confiance des parties constitue, dans la gestion de ce dossier, l’usage, la règle et la condition sina qua non pour tout responsable onusien dont l’unique rôle est celui de facilitateur.

 Le blocage fait le lit de l’intégrisme

L’ancien chef de la Minurso (1993-1998) a assuré que le conflit au Sahara doit être considéré dans «sa globalité» et non pas dans un cadre strictement bilatéral ne concernant que le Maroc et le Polisario soutenu par l’Algérie. Selon Jensen, «le printemps arabe» et «le terrorisme au Sahel» sont deux facteurs extrêmement importants à l’heure de la recherche d’une solution au problème du Sahara. Jensen a également averti des conséquences de la poursuite du blocage que connait ce dossier sur les jeunes des camps de Tindouf. Sans espoir en un avenir meilleur et des conditions de vie très difficiles, ils n’auront «d’autres alternatives que l’intégrisme».

les généraux algériens et jean marie le pen
Auteur : sarafansud
Date : le 14 août 2012 à 17h43
on a proposé a jean marie le pen de virer tous les arabes
de france.furieux ,le pen a répondu :"si vous virez tous les arabes de france que serait mon cheval de bataille?
déconnez pas les gars.il faut les garder."
si le probléme du sahara est réglé,quels arguments auraient les gégéraux d'alger pour enquiquiner le maroc?.
un réglement pacific du conflit ne les arrange pas.
vous verrez
Auteur : sakki
Date : le 14 août 2012 à 00h35
ils finiront tous par une fuite à la masse regagner le Maroc même en tuant la moitié des gens ça certains , on sait très bien que l'armée algérienne sont habituées à tuer comme s'ils tuaient des mouches
A qui profite le conflit du Sahara ???
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 13 août 2012 à 22h37
" Apparemment, la réunion de Rabat avait été fructueuse, en atteste le lancement de préparatifs pour une troisième rencontre. Elle n’a pas eu lieu suite à l’échec de l’Egyptien Boutros Ghali dans sa tentative de briguer un second mandat à la tête des Nations-Unies. La nouvelle avait chamboulé tous les plans d’Erik Jensen et avait mis un terme à l’option de l’autonomie. Une fois en place, Kofi Annan avait nommé James Baker au Sahara, l’autonomie reléguée au second plan. L’Américain avait remis en selle la solution du Plan cadre : le premier a été rejeté par le Polisario et le second par le Maroc."

Quand on lit ce passage, on comprend que le Plan d'autonomie n'arrange pas seulement l'Algérie mais bien d'autre pays soi-disant amis et c'est pour cela que ce Plan a été avorté à la dernière minute.
LA SOLUTION EST DANS LES CAMPS
Auteur : HMIMID69
Date : le 13 août 2012 à 17h57
La solution ne peut venir que des camps de tindouf par un soulèvement général contre leurs (incarserateurs) en exigeant de retourner sur leurre terre sans condition.
En imagine mal comment le Polisario et l'Algerie peuvent couver sur un nid vide.
Zangapauvre et le Polizbel sont un couple parfait de Kouffars.
Auteur : Le vrai de vrai
Date : le 13 août 2012 à 17h46
Le Polizbel est un parti composé d'esclavagistes, de trafiquants, et de terroristes, il utilise les sahraouis marocains pour l'intérêt de leurs chefs et du pays qui l'héberge, à savoir Zangapauvre,.

Le Polizbel et Zangapauvre sont associés pour le trafic de drogues, d' armes, d'êtres humains, et de tout ce qui est illégal comme les détournement des aides internationales destinés aux réfugiés forcés de Tindouf etc..

L'autonomie ne rapportera rien à ces voleurs, et preneurs d'Otages, qui ne sont rien d'autres que Zangapauvre et Le Polizbel, c'est pour cette raison qu'il sont contre! Ils préfèrent exploiter et tuer les sahraouis et les laisser crever de faim et de vie dans la misère, pour enrichir ces criminels preneurs d'otages algériens et autres.

Zangapauvre et le Polizbel sont un couple parfait de Kouffars, de trafiquants, de corrompus de voleurs et de terroristes.
Des "Kaoum Lout"
Dernière modification le 13/08/2012 17:50
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com