Menu

Breve

Le CCIF notifé de sa dissolution par le gouvernement français

Publié
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. / Ph. Ludovic Marin - AFP
Temps de lecture: 1'

Le ministre français de l’Intérieur a notifié, jeudi, au Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) un courrier l’informant d’un projet de dissolution.

«Conformément aux instructions du Président de la République et du Premier ministre, j’ai notifié aux responsables du CCIF l’intention d’engager la dissolution de leur structure», a indiqué Gérald Darmanin sur son compte Twitter. Le ministre a précisé que les responsables du collectif «ont désormais 8 jours pour faire valoir leurs observations».


Pour le CCIF, le ministère cède ainsi aux «appels de l’extrême droite». «Le CCIF, conformément à ce qui a été annoncé le 29 octobre dernier, a déjà déployé une large partie de ses activités à l’étranger. Le projet de dissolution du CCIF est donc sans objet», estime le communiqué du collectif, publié sur sa page Facebook.

Celui-ci précise que son siège social a été transféré à l’étranger et qu’il «continuera à apporter son assistance juridique aux personnes victimes d’islamophobie et informera les instances internationales de l’état d’avancement de la lutte contre les discriminations et pour l’égalité en France». 

Depuis octobre, le ministre de l’Intérieur affichait déjà sa volonté de dissoudre des ONG musulmanes. Il était passé à l’acte en annonçant le début de la procédure de dissolution visant l'ONG BarakaCity. 

Le CCIF l’avait alors accusé de «signer la fin de l’état de droit», dénonçant la campagne menée contre d’autres associations. «Le pouvoir en place développe une stratégie répressive de persécution, qui cherche à tuer politiquement toute contestation…au nom même de la "liberté d’expression"», avait-t-il affirmé.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/