Menu

Politique Publié

Après la grâce royale, Nasser Zefzafi dit qu’il est «un homme de dialogue»

Temps de lecture: 1'
Nasser Zefzafi / Archive - DR

Le roi Mohammed VI a accordé, à l’occasion de la fête du trône, sa grâce au profit d’un groupe de détenus du mouvement populaire de contestation du Rif. Une fois de plus Nasser Zefzafi, le leader du Hirak, n’était pas sur la liste des libérés.

Ce mardi 11 août, lors d’une conversation téléphonique avec ses parents rapportée par son père sur sa page Facebook, il a affirmé qu’il «est un homme de dialogue». «A tous ceux qui ignorent mon adresse la voici : je croupis moi, et mon camarade Nabil Ahamjik, à la prison de Ras El Ma. Mon matricule est 8.803», a-t-il indiqué.

Nasser a tenu à préciser qu’il reste déterminé à réclamer la «libération de tous les détenus du Hirak et du détenu politique El Bachir Ben Chouaib (un activiste du Mouvement du 20 février, condamné à 12 ans de prison en 2012, ndlr) et l’abandon de toutes les poursuites contre nos frères à l’étranger ainsi que la réalisation des revendications» du Hirak.

Dans sa lettre datant de mars 2019, intitulée «non aux babouches politiques placées sous la bannière des officines politiciennes», il avait exigé sur un ton moins conciliant : «la libération de tous les détenus du Hirak ; mettre un terme aux poursuites judiciaires contre tous les rifains et les rifaines aussi bien au Maroc qu’à l’étranger ; répondre aux demandes des habitants du Rif et juger toute personne impliquée dans les violations, les irrégularités et les crimes qu’a subis le Rif».

Dans ce même message, Nasser Zefzafi avait affirmé qu’il rejetait tout «dialogue avec des parties suspectes (…) Si l’Etat a l’intention et la volonté de résoudre le dossier du Rif, le dialogue et les initiatives ne seront qu’avec les activistes convaincus des fondements du Hirak populaire. (...) Tout dialogue en dehors de ce cadre-là ne l’engage pas».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/