Menu

 

Le roi Mohammed VI entre dans les eaux de Ceuta, polémique chez la classe politique espagnole

Après l'incident de 2014, une vidéo du roi Mohammed VI à bord de son yacht et à proximité de Ceuta, a déclenché une polémique au sein de la classe politique espagnole.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le roi Mohammed VI, à bord de son yacht Lalla Khaddouj et escorté par des jets ski, serait entré brièvement dans l’après-midi du dimanche 9 août dans les eaux de Ceuta. Une courte vidéo diffusée par la version en ligne du quotidien El Faro de Ceuta montre en effet le souverain saluer des baigneurs qui lui ont répondu par des applaudissements et des «vive le roi».

La déléguée du gouvernement à Ceuta, Salvadora Mateos, a déclaré ce lundi 10 août que la police nationale «examine les images» en question, indiquant que ses services ont des «doutes quant à leur authenticité : sont-elles récentes ou remontent-elles à des années auparavant, et est-ce que le roi était réellement à bord du yacht ?», rapporte la publication en ligne El Pueblo de Ceuta.

Des sources affirment au même média que la «vidéo n’a pas été enregistrée à Ceuta, car l’examen des reliefs montagneux (orographie) ne correspond pas à celle de la zone du Recinto, où elle est beaucoup plus raide, avec de plus grandes falaises et le rivage est une zone rocheuse. Ce qui n'est le cas dans les images».

Vox veut en faire une question de souveraineté

Dans la foulée, la formation d’extrême droite Vox, par la voie de sa députée Teresa López, s’est saisie de cette affaire. La parlementaire a déploré que le gouvernement de coalition de gauche ait «autorisé l’entrée du roi Mohammed VI dans les eaux de la ville alors qu’il a empêché les rois d’Espagne de se rendre à Ceuta». La parlementaire se demande si l’exécutif Sanchez réagira en cas de confirmation de l’authenticité des images diffusée sur les réseaux sociaux ?

Cette affaire devrait alimenter le débat politique en Espagne entre la droite et la gauche au pouvoir. Le PP de Pablo Casado devrait également réagir pour ne pas laisser le terrain de la défense des symboles de «souveraineté espagnole» aux mains de Vox.

Pour rappel, le 7 août 2014, le même yacht royal avait été intercepté dans les mêmes eaux de Ceuta par une patrouille des services maritimes de la Garde civile. Une interception qui, malgré les excuses présentées par le roi Felipe VI et du commandant de la Garde civile de Ceuta, avait jeté un froid entre Rabat et Madrid.

Article modifié le 2020/08/10 à 19h11

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/