Menu

Religion Publié

Ramadan et coronavirus : Jeûner ou pas ?

Le Ramadan et la séquence du Coronavirus vont-ils faire bon ménage ?  Des autorités religieuses musulmanes sunnites et chiites ont émis des Fatwas. Au Maroc le Conseil supérieur des oulémas ne s’est pas encore prononcé sur le sujet.

Temps de lecture: 2'
DR

Faut-il observer le jeûne du Ramadan en pleine propagation de la pandémie du nouveau coronavirus ? Différentes sommités de l’islam ont apporté des réponses aux questions qui taraudent des millions de musulmans alors que les médecins conseillent une alimentation et une hydratation régulière face à ce virus qui peut terrasser un organisme affaibli.

L’Union internationale des ouléma musulmans, très proche du Qatar et des Frères musulmans, présidée par le Marocain Ahmed Raissouni membre du conseil exécutif du Mouvement Unicité et Réforme, a confié à son secrétaire général, Ali Mohyi Eddine Al Korra, l´émission d'une fatwa, diffusée via un site marocain.

Après une longue analyse, basée sur des versets du Coran et d’études scientifiques, le religieux donne son verdict. «Il n'est pas permis aux musulmans de rompre le jeûne à cause de la pandémie du Coronavirus, sauf lorsqu’ils en sont infectés (…) La peur de l’infection par le virus n’autorise pas son inobservance à moins que la personne n’appuie sa demande par un rapport médical indiquant qu’elle risque de tomber malade si elle jeûne».

Prudence en Algérie et silence au Maroc  

De son côté «Dar Al Iftaa» en Egypte, une autre référence dans le monde musulman sunnite, a annoncé que «sa commission médicale a statué que le Coronavirus n’a aucune incidence sur le jeûne». Mieux, «il renforce le système immunitaire contre le Covid-19», rapporte un média local.

En Turquie, la présidence des Affaires religieuses a précisé, dans un communiqué publié le lundi 13 avril et relayé par l’agence Anadolu, qu’accomplir le 3e pilier de l’islam n’affecte en aucun cas l’immunité des individus en bonne santé. Et du coup, l’instance ne se prononce pas pour la suspension du jeûne durant le Ramadan. En revanche les patients et les personnes souffrant de problèmes de santé sont exemptés d'observer ce rite.

En Irak, le cheikh Ali Sistani, une sommité pour les chiites de ce pays, a invité ses fidèles à jeûner à moins qu’ils ne soient infectés par le virus létal ou souffrant d’autres graves maladies.

Force est de constater qu’en Algérie le Haut conseil islamique (HCI) a préféré jouer la prudence. Dans un communiqué, l’autorité religieuse officielle a invité les oulémas à soumettre leurs avis sur ce sujet auprès de sa commission chargée des fatwas. Un appel destiné à occuper l’espace médiatique, notamment après les sorties de quelques intellectuels algériens  plaidant l’inobservance du mois du Ramadan à cause du coronavirus.

Au Maroc, le Conseil supérieur des oulémas ne s’est pas encore prononcé sur cette question.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate