Menu


Maroc : Des femmes pêcheuses créent leur première coopérative féminine

Publié
Fatiha Naji (d), Fatima Mekhnas (centre) et Saida Fetouh (g), membres de la première coopérative féminine marocaine de pêche. / Ph. Mosa'ab Elshamy - AP
Temps de lecture: 1'

La pêche artisanale n’est plus un métier réservé aux hommes. A Belyounech, des femmes ont mis en place la première coopérative de pêche artisanale du Maroc, rapporte l’agence Associated Press (AP), dans un reportage.

«Nous vivons dans la mer et si nous nous séparons d'elle, nous mourrons comme des poissons», a déclaré Fatima Mekhnas, présidente de la coopérative Belyounech. «La mer est toute ma vie, celle de mes enfants et des gens du village», a-t-elle ajouté.

L’AP raconte que les habitants de Belyounech travaillant auparavant à Ceuta ont été contraints de reprendre la tradition de leurs grands-pères. «J'étais femme de ménage et nourrice à Ceuta. Je travaillais chez des familles pour 20 euros par jour et gagnais bien ma vie. Mais quand la frontière a été fermée, je suis restée à la maison (...) en regardant la mer depuis ma fenêtre», confie Khedouj Ghazil, âgée de 60 ans.

C’est ainsi que ces femmes ont d’abord commencé à réparer les filets et à nettoyer les bateaux, l’accès des femmes à des emplois rémunérés dans le secteur de la pêche indépendante ayant été restreint en partie, en raison du manque de formation. Pour changer cette situation, la coopérative est née en mars 2018 pour «donner aux femmes toute la formation nécessaire pour qu'elles puissent pêcher en toute sécurité, de manière professionnelle, et savoir comment se protéger des dangers», confie Thami Mechati, du Centre national de vulgarisation maritime à Larache.

Fatiha Naji dit être «forcée de devenir pêcheuse» et avoir «subi des insultes» après que son mari ait perdu son emploi de vendeur de rue, à la fermeture de la frontière. «Les hommes n'aimaient pas le fait qu'une femme pêche en mer», explique-t-elle.

«Travailler dans la mer n'est pas facile, mais c'est ce que mes sœurs et moi aimons. C'est enfin devenu réalité», ajoute Fatima Mekhnas.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/