Menu

Santé Publié

Coronavirus : Les Marocains de Corée du Sud, deuxième foyer du virus, racontent leur quotidien

Contactés par Yabiladi, des ressortissants marocains installés en Corée du Sud racontent leur quotidien dans les villes de Séoul et d’Incheon. Ils disent recevoir régulièrement des instructions du gouvernement sud-coréen.

Temps de lecture: 3'
Des agents vaporisent du désinfectant par mesure de précaution contre le coronavirus dans une station de métro de Séoul, Corée du Sud, vendredi 21 février 2020. / Ph. Ahn Young-joon – AP

Une cellule de crise a été mise en place par l’ambassade du Maroc en Corée du Sud au profit de la communauté marocaine établie dans ce pays, touché par le coronavirus, indique l’agence MAP.

Dans un communiqué publié lundi 24 février, l’ambassade du Maroc à Séoul annonce avoir mis à la disposition de la communauté marocaine un numéro ouvert fixe : +82 2 792 7097, ainsi qu’un numéro mobile : +82 10 9055 1021, pour tout besoin d’accompagnement ou dans le cas où une personne ressentirait les symptômes du virus. Les personnes concernées peuvent également contacter la cellule à travers cette adresse mail : [email protected].

La Corée du Sud a annoncé, lundi, 70 nouveaux cas du coronavirus, portant le total des personnes contaminées à plus de 900. Ainsi, le pays constitue largement le plus grand foyer de l’épidémie en dehors de la Chine. Ce nouveau bilan, publié par le site internet du Centre coréen pour le contrôle et la prévention des maladies, porte à 231 le nombre de personnes contaminées au cours des dernières 24 heures, le chiffre le plus élevé à ce jour. La même source avait fait état de 161 nouvelles contaminations et de deux morts, élevant le bilan des personnes décédées à plus de dix.

La Corée du Sud a connu une augmentation rapide du nombre de cas avec plus de 700 nouvelles contaminations en moins d'une semaine.

Des instructions au quotidien

Contacté par Yabiladi, Zakaria, un ressortissant marocain installé à Séoul, décrit une «situation plus ou moins stable concernant les fournitures et la nourriture, mais pour les masques, il est difficile d’en trouver dans les magasins et les pharmacies». «Nous devons les commander sur Internet», indique-t-il. Et d’ajouter : «Un quartier de Séoul est considéré comme dangereux. Tous ceux qui s’y sont rendus au cours des trois derniers jours doivent se rendre à l’hôpital et se soumettre à des tests. Nous avons en effet été informés qu’un habitant de ce quartier avait contracté le virus.»

Le restaurant dans lequel travaille Zakaria a été fermé pour une courte période en raison du coronavirus. D’après ce ressortissant, d’autres personnes ont également été invitées à rester chez elles et à ne pas venir travailler. «Je dirais que la vie à l’extérieur est normale, mais les gens commencent à avoir peur et portent tous des masques», ajoute Zakaria, qui dit préférer «rester en Corée du Sud plutôt que de rentrer au Maroc», et estimant que les autorités sud-coréennes sont aptes à faire face à cette épidémie.

Issam, un autre ressortissant marocain installé dans la capitale sud-coréenne, indique de son côté recevoir «quotidiennement des messages et des instructions du gouvernement coréen, qui [les invite à être prudents et [leur] donne des conseils préventifs, tels que le lavage des mains et le port d’un masque facial, entre autres». Comme Zakaria, Issam souligne la difficulté de trouver des masques faciaux, plus disponibles sur Internet que dans les pharmacies.

Enfin, Youssef, installé dans la ville d’Incheon, à 50 km à l’ouest de Séoul, décrit une situation plus compliquée.

«Nous ne sommes pas autorisés à mener nos activités quotidiennes comme nous le faisions auparavant. Nous suivons les consignes de précaution et ne mettons des masques que si c’est vraiment suffisant. Les écoles et les entreprises ont été fermées, mais les moyens de transport sont toujours opérationnels, sinon sans eux nous ne pouvons rien faire.»

Youssef, MRE installé en Corée du Sud

Ce Marocain dit en revanche «[n’avoir] reçu aucune communication de l’ambassade marocaine». «J’y suis allé il y a une semaine pour obtenir des papiers administratifs mais ils ne m’ont rien dit», déplore-t-il. D’après Youssef, le gouvernement sud-coréen envoie des messages «quotidiens» pour donner des instructions aux habitants, leur conseillant d’être prudents et d’éviter les endroits bondés tels que les marchés notamment.

L’agence MAP rappelle que la plupart des porteurs du virus en Corée du Sud ont un lien avec l’Eglise Shincheonji de Jésus, située dans la ville de Daegu (sud du pays), selon les autorités sud-coréennes.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate