Menu

Politique Publié

Polisario VS Maroc : Après les «déclarations de guerre», Brahim Ghali appelle à la paix

Le même Brahim Ghali qui appelait les membres du secrétariat général du Polisario a se «préparer à une guerre inéluctable contre le Maroc», s'est fait le chantre de la paix à l’université d’été de Boumerdès.

Temps de lecture: 2'
Brahim Ghali à Boumerdès / Ph. APS

Bien que les nomades ont un sens de l’orientation aigüe, les Sahraouis de Tindouf risquent de perdre le nord avec les signaux contradictoire du chef du Polisario. Dans son allocution prononcée à l’occasion de la cérémonie de clôture de la 10e édition de l’université d’été des cadres du Front, Brahim Ghali a essayé de gommer l'image d'un va-t-en-guerre, se présentant comme «pacifiste».

«De l’Algérie, pays de l’amitié et de la fraternité, nous disons à nos frères du royaume marocain que nous leur tendons la main de la paix, de l’entente, de la coopération et du bon voisinage», a déclaré le secrétaire général du Polisario devant plus de 400 personnes.

«Nous sommes convaincus que si le Maroc se comporte comme un Etat voisin et se conforme aux exigences vis-à-vis de la population sahraouie, la région connaîtra la paix.»

Brahim Ghali

Girouette ?

Qu’est-ce qui a changé pour que le chef du Polisario adopte un discours aussi apaisé en direction du Maroc ? Pourtant, «le déplacement de Ghali à l’université d’été de Boumerdès n’était même pas prévu», nous confie un spécialiste du dossier.

«D’habitude, Ghali assiste uniquement aux séances inaugurales qui connaissent une forte médiatisation et la participation de représentants de pays étrangers, notamment d’Amérique latine et de pays de l'Union africaine qui reconnaissent la ‘RASD’», remarque notre source. C’est ce qui s’était d’ailleurs passé lors de la 9e édition de 2018. La cérémonie de clôture avait connu la présence du «premier ministre» El Ouali El Akik. «Cette année il y a eu un changement des rôles dans un contexte régional mouvementé», explique-t-elle encore.

Qu’est ce qui a pu motiver ce changement de programme et surtout ce changement de ton vis à vis du Maroc ? «Il s’est déplacé à Boumerdès à contrecœur et sur injonction du pouvoir algérien pour tendre la main au Maroc et tenter de faire oublier son discours de fin juillet consacré à la préparation de la guerre», assure notre interlocuteur.

«D’ailleurs, aucun officiel algérien n’a assisté au discours de Brahim Ghali. Une absence qui n’a pas échappé à certains médias dans les camps de Tindouf (Futuro Sahara en particulier, ndlr). L’année dernière en pareille circonstance, le pouvoir à Alger avait envoyé Djamel Ould Abbès, alors secrétaire général du Front de Libération Nationale en sa qualité de ‘représentant du président Abdelaziz Bouteflika’.»

Si aucun responsable algérien n’a fait honneur au discours de Brahim Ghali, le nouveau président de la Chambre des représentants, l’islamiste Slimane Chenine, était présent à la cérémonie d’ouverture de la 10e édition de l’université d’été de Boumerdès. 

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com