Menu

Politique Publié

Sahara occidental : Le projet de résolution sur la MINURSO inquiète le Polisario

Alors que les négociations se poursuivent entre membres du Conseil de sécurité sur le projet de résolution concernant le dossier du Sahara occidental, le Polisario s’agite pour fustiger les informations révélées par la presse marocaine. Ses sources à New York démentent toute intention de revoir la première mouture présentée par les Etats-Unis.

Temps de lecture: 2'
Le Conseil de sécurité de l'ONU. / Ph. DR

Face aux informations de négociations en coulisses pour contourner le mécanisme des droits de l’Homme réclamé par Washington et confirmé dans le rapport du secrétaire général de l’ONU, le Front Polisario et l’Algérie ne restent pas les bras croisés.

Dimanche soir, l’agence Algérie Presse service (APS) a publié des extraits de la première mouture du projet de résolution sur la MINURSO, rédigée par les Etats-Unis. L’occasion d’énumérer les passages qui seraient hostiles au Maroc. Ainsi, l’agence algérienne a rapporté que la première mouture, tout en suggérant de proroger le mandat de la mission onusienne de six mois, «insiste sur la nécessité de conforter Horst Kohler dans sa mission de médiation» et reconnait le «rôle important de la MINURSO dans l’accompagnement du médiateur onusien». Un «rappel au Maroc qui continue d’entraver la liberté de mouvement de Horst Kohler», commente l’agence de presse.

«Le projet de résolution demande des mesures concrètes pour permettre au personnel onusien d’accéder immédiatement à tous les interlocuteurs sahraouis conformément aux accords existants», poursuit-on de même source.

Citant une source diplomatique à New York pour aborder les violations des accords de cessez-le-feu dans la nouvelle résolution, l’APS note que le Conseil de sécurité «s’adresse exclusivement aux autorités marocaines, désignées par le nouveau rapport du secrétaire général comme étant la partie qui a commis une violation majeure de l’accord militaire n° 1».

L’agence algérienne de presse conclut par rappeler que le groupe des amis du Sahara occidental (Etats-Unis, Russie, Royaume Uni, Espagne et la France) devrait se réunir ce lundi pour une première discussion du projet américain puis mercredi lors d’une deuxième séance avant la reconduction du mandat de la Minurso, prévu fin avril.

Le Polisario accuse les médias marocains de relayer des «fake news»

Profitant de l’information relayée par l’APS, les relais médiatiques du Front Polisario ont préféré démentir l’information selon laquelle le Maroc aurait réussi à «contourner le mécanisme des droits de l’Homme réclamé par Washington». Ainsi, Radiomaizirat et Adamir ont relayé dimanche soir le même démenti d’une source aux Nations unies, proche du dossier du Sahara, quant aux discussions actuelles.

Celle-ci «dément toute négociations dans les couloirs des Nations unies pour mettre en place un mécanisme de surveillance des droits de l’Homme au Sahara ou des amendements quant aux missions de la MINURSO». «Tout se dirige vers une prolongation du mandat de six mois sans modification. Il semble qu’il n’y aura pas non plus de modification de taille sur la précédente résolution (n° 2440) du Conseil de sécurité», confie-t-elle.

Les deux médias tirent aussi à boulets rouges sur la presse marocaine, l’accusant de relayer une «fake news» et d’«affirmer que le Maroc a réussi à contourner une décision des Etats-Unis qui voulaient apporter des modifications sur la mouture de la résolution».

De son côté, Futuro Sahara a préféré fustiger indirectement la direction du Front Polisario, déplorant que l’instance onusienne «reste incapable de trouver une issue pacifique à la question du Sahara occidental». Pour lui, le Conseil de sécurité va «se contenter de proroger le mandat de la MINURSO et appeler à nouveau les parties à coopérer pleinement avec l’envoyé onusien Horst Kohler». «Le Maroc restera le premier et le dernier bénéficiaire du processus onusien», conclut-il.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com