Menu

Politique Publié

Bilan du gouvernement El Othmani : Raissouni pointe la responsabilité de l’Intérieur et du Palais royal

En novembre 2018, Ahmed Raissouni attribuait le mauvais bilan du gouvernement El Othmani par la présence dans ses rangs d’hommes d’affaires. AUjours’hui, le religieux pointe le ministère de l’Intérieur et les larges prérogatives royales.

Temps de lecture: 2'
Ahmed Raïssouni / DR

Ahmed Raissouni se fait l’avocat du cabinet El Othmani. Fort de sa casquette de religieux, il absout l’équipe dirigée par son «frère» Saâd-Eddine El Othmani, de toute responsabilité dans les problèmes et les crises que connait le Maroc, jetant cette fois la balle dans les camps du Palais et du ministère de l’Intérieur.

«Les prérogatives du gouvernement sont limitées. Il n’a pas créé Al Hoceima et n’est même pas capable de traiter le dossier d’Al Hoceima. Il n’est pas autorisé à le faire», a indiqué le président de l’Union Internationale des Oulémas musulmans (sunnites) dans une interview accordée au site arabe Ida2at.

Et d’enchainer en justifiant qu’au Maroc, «il y a les prérogatives royales et il y a le ministère de l’Intérieur. Celui-ci est un Etat établi qui n’est soumis ni au pouvoir du gouvernement ni à son chef. Ceci doit être connu.»

Raissouni, toujours prêt à défendre son «frère»

Dans son plaidoyer, le religieux a appelé à prendre en considération cette réalité avant de porter un jugement sur le bilan de l’expérience des islamistes au Maroc. «On doit être réaliste et connaitre les compétences du gouvernement (…) et les juger en fonction de leurs pouvoirs limités», a-t-il plaidé.

«Constitutionnellement, le gouvernement ne contrôle pas toutes les affaires du pays, notamment la politique étrangère, la politique de sécurité (le ministère de l'Intérieur), le ministère des Affaires islamiques et un certain nombre de ministères et institutions, car la constitution actuelle a mis en place des institutions constitutionnelles indépendantes telles que le Conseil supérieur de l'Education.»

Ahmed Raïssouni

Ce n’est pas la première fois qu’Ahmed Raissouni prend la défense du cabinet El Othmani au point d'accuser d’autres parties d’être la cause du mauvais bilan. En novembre 2018, dans une interview accordée à un média arabe, le religieux pointait la présence d’entrepreneurs au sein du gouvernement.

«Il est désormais enchaîné par ces hommes d’affaires possédant des sociétés (…) tous les ministères sont enchaînés par ces personnes qui possèdent des sociétés et des partis. Leurs partis sont des entreprises et leurs entreprises sont des partis.»

Ahmed Raïssouni

Raissouni a joué un rôle déterminant dans l'échec du projet de 3e mandat pour Abdelilah Benkirane à la tête du PJD. En sabordant l’initiative de son éternel rival, le religieux a contribué à la victoire d'El Othmani au 8e congrès de la Lampe en décembre 2017.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com