Menu

Sport Publié

Football : Les chercheurs s’intéressent aux stéréotypes et aux discriminations sur la pelouse

Véhiculés par les médias, cautionnés par les dirigeants et affectant le grand public, les stéréotypes gangrenant le monde du football s’invitent dans les laboratoires. De grands chercheurs d’universités européennes s’étaient intéressé, par le passé, à cette problématique, qui revient en avant ces dernières années.

Temps de lecture: 2'
Photo d'illustration. / Ph.DR

Le chercheur néerlandais Jacco van Sterkenburg de l’Université de Erasmus de Rotterdam mènera une vaste étude internationale sur le traitement médiatique et la perception du grand public sur les stéréotypes qui gangrènent le monde du football.

Cette étude du professeur et également chercheur au Centre de recherche néerlandais pour l’étude du sport tend à démontrer que «certains stéréotypes sont en train de revenir». En cause, les médias eux-mêmes, qui véhiculent des stéréotypes raciaux ou ethniques lorsqu’ils parlent de football, explique-t-il à la chaîne de télévision locale RTV Rinjmond.

Outre l’élitisme des rédactions sportives, qui sont «encore largement peuplées de journalistes blancs», le professeur adjoint au département Media & Communication, étudiera l’influence sur le grand public, concrètement sur une «société multiethnique», comme la définit Jacco van Sterkenburg.

En effet, le chercheur souligne que «les footballeurs marocains sont décrits comme techniquement forts, parce qu’ils ont souvent joué dans la rue ; les footballeurs noirs sont naturellement sportifs et les blancs sont forts tactiquement». Ces stéréotypes sont souvent véhiculés inconsciemment, tempère-t-il.

Des stéréotypes bien ancrés

Mais ce n’est pas qu’aux Pays-Bas que des études scientifiques se portent sur la discrimination et les stéréotypes dans le domaine des sport et plus particulièrement le football. En Angleterre, en Espagne et en Pologne des travaux similaires ont été engagés.

Au pays de Zidane, Patrick Simon, spécialiste des discriminations et directeur de recherche à l’Institut national des études démographiques, s’était penché sur la fameuse équipe «Black-Blanc-Beur», telle que proférée par le philosophe souverainiste et droitiste Alain Finkelkraut.

Publiée dans la revue Mouvements en 2014, la contribution de Simon intitulée «Le foot français, les noirs et les arabes» revient sur l’enquête de Mediapart, consacrée à l’étiquetage des joueurs par la Fédération française de football. Ces derniers étaient affectés à des postes automatiquement et ce selon leurs origines. Des quotas avaient même été établis concernant le taux de leur présence dans ces équipes.

De l’autre côté de la Manche, les stéréotypes semblent aussi bien ancrés. Dans ce sens, l’attaquant du Manchester City, Raheem Sterling, a accusé récemment les médias d’entretenir et d’alimenter le racisme et la discrimination. Une sortie médiatique qui a exhumé la discrimination et les stéréotypes véhiculés par les médias, cautionnés par les dirigeants et qui sont insufflés au sein du grand public depuis des décennies. Une raison ultime pour engager actuellement des travaux dans ce sens, martèle le chercheur néerlandais.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com