Menu

Société Publié

Islam et femmes : l’éternel débat

Il est évident que la thématique des «femmes et islam» est devenue une thématique centrale dans les débats contemporains. De ce fait, il devient difficile d’en faire une approche objective puisque cette thématique reste trop souvent perçue à travers un double prisme : celui de l’actualité médiatique - avec son corollaire de stéréotypes et d’islamophobie - et celui de l’idéologie politique des sociétés majoritairement musulmanes.

Temps de lecture: 4'
DR

Tout se passe comme si, conjonctures politiques internationales aidant, l’islam est devenue La Religion de l’oppression des femmes par excellence, ce qui a pour effet d’atténuer voire de complètement évacuer la culture de discrimination propre aux autres sociétés, traditions ou religions.

Il y a donc un acharnement dramatique à vouloir faire des femmes musulmanes - toutes les femmes musulmanes - les principales victimes, d’un Islam forcément tyrannique, inégalitaire et aux relents barbares que seules les voies d’une émancipation occidentale idéalisée et universalisée à outrance, sont à même de libérer.

Cette nécessité symbolique de «libération» des femmes musulmanes, induite par un ethnocentrisme intellectuel profondément ancré dans une certaine idéologie occidentale fait donc toujours partie des préalables requis du discours politiquement correct. «Libérer les pauvres femmes musulmanes victimes de l’islam» est une formule politique qui se «vend» donc toujours très bien et qui témoigne, tant que faire se peut, d’une indubitable appartenance au monde «civilisé» ; celui - là même qui délimite les frontières culturelles du «Eux» et «Nous».

Or, il serait peut être utile de rappeler ici, deux évidences. La première concerne l’extrême diversité des femmes musulmanes. Il y a autant de sociétés musulmanes différentes, que de modèles de femmes musulmanes, qui, de l’Indonésie au Maroc, en passant par l’Arabie saoudite ou l’Europe centrale et l’Afrique subsaharienne, sont, représentantes d’une hétérogénéité socioculturelle importante.

La seconde évidence à rappeler et que l’on oublie trop souvent est celle de «l’universalité» de la culture de discrimination envers les femmes. L’inégalité des droits entre femmes et hommes a été la règle pendant des millénaires et, malgré des acquis incontestables, la situation subalterne des femmes est un phénomène qui perdure aujourd’hui et transcende, à des degrés variables, toutes les cultures et toutes les civilisations.

Dans notre monde post-moderne et hypermondialisé, c’est l’imbrication du patriarcat et de l’ultralibéralisme qui induit de nouvelles formes d’exploitation et de domination des femmes et ces dernières aussi bien au Sud qu’au Nord, se retrouvent dans les mêmes situations de précarité «mondialisée». Aujourd’hui, il faudrait savoir reconnaître, malgré des avancées certaines, que l’égalité, ce principe fondateur des systèmes démocratiques universalistes, reste l’une des promesses les plus inaccomplies de la modernité.

Ceci dit, il ne s’agit pas ici de refuser toute critique portant sur la réelle discrimination dont sont sujettes les femmes musulmanes, notamment quand elle vient de l’Occident, comme le fait un certain discours islamique complètement obnubilé par un «fantasmatique complot occidental» contre l’islam. Ce qui doit être refusé, ce n’est pas tant la critique, qui peut être juste, mais le fait que cette critique n’est généralement dirigée que contre l’islam en particulier ce qui tourne à la véritable dérive obsessionnelle.

Les femmes musulmanes à l’instar des autres femmes dans le monde, vivent, selon le degré de développement de leur société respective, leur lot de discriminations, comme partout ailleurs. Et il reste malheureusement triste de constater, effectivement, la présence d’une «donnée religieuse» commune qui est à l’origine d’une culture de discrimination réelle envers les femmes musulmanes.

Or, et on ne le dira jamais assez, ce n’est pas l’islam en tant que message spirituel qui opprime les femmes mais bien les différentes interprétations et dispositions juridiques entérinées depuis des siècles par des idéologies savantes, qui, faute d’avoir été réformées, ont fini par supplanter le texte sacré et se transformer en des lois religieuses immuables.

Il faudrait aussi noter qu’au-delà d’une rhétorique occidentale, qui frise parfois l’indécence et dont l’objectif est loin d’être innocent, cette question des femmes - avec ses dérivés de droits juridiques comme l’égalité hommes femmes - touche d’abord à l’un des problèmes majeurs des sociétés arabo-musulmanes, à savoir celui de l’absence d’un véritable espace de liberté démocratique.

Débattre et promouvoir la question de l’égalité des droits entre femmes et hommes au sein d’une société c’est promouvoir et accepter les fondements de la démocratisation politique et c’est bien, sur ce déficit en démocratie que se cristallisent les échecs de la grande majorité des réformes entreprises depuis bien longtemps au sein du monde arabo – musulman.

Dans la plupart des sociétés musulmanes - et de façon caricaturale - le débat oscille entre deux discours qui convergent sur le fond. L’un, officiel, légitimant une politique de tolérance et d’action «minimaliste» envers les femmes comme une caution de sa politique de modernisation tout en pérennisant sur le fond une lecture religieuse rigoriste, tandis que l’autre, représentatif d’une réalité collective musulmane, érige le «statu quo» sur la question des femmes dans les débats sur la religion, comme un étendard de sa résistance culturelle à l’occidentalisation.

C’est que la notion d’égalité entre hommes et femmes dans le monde musulman reste toujours perçue comme étant une donnée complètement étrangère à la tradition islamique et imposée par un Occident structurellement hégémonique !

Or et c’est bien là que le bât blesse, l’égalité entre hommes et femmes est un principe fondamental du message spirituel de l’islam et ce sont les lectures culturalistes accumulées avec le temps qui ont fini par forger cette dimension inégalitaire présupposée islamique.

Les dynamiques de changement vécues actuellement dans une grande partie des pays arabo - musulmans confirment le fait que le réformisme musulman ne peut avancer sans l’instauration de véritables espaces de liberté. La question des réformes religieuses, notamment celles concernant la thématique des femmes, reste fortement liée à l’exercice d’un véritable pouvoir démocratique qui respecterait tous ses citoyens, les femmes comme les hommes. Cela en soi rejoint les grandes finalités de la spiritualité musulmane dont les principes comme la raison (el a’ql), la justice (el adl) et la liberté (man châa fal you’mine wa man chaa fal yakfour) constituent le socle du message coranique.

C’est en travaillant sur ces deux volets, démocratie et réformisme religieux, que les transformations socioculturelles peuvent avoir des chances de véritablement se concrétiser dans la réalité du terrain et notamment, aujourd’hui plus qu’hier, dans le contexte des révolutions arabes.

C’est à cette condition que l’on pourra enfin sortir de cet eternel débat sur femmes et islam… 

Visiter le site de l'auteur: http://www.asma-lamrabet.com

islam-femmes : l'éternel débat
Auteur : alkahina
Date : le 28 novembre 2011 à 11h58
l'héritage le mariage, le divorce les châtiment corporels etc, tout cela n'existe pas apparemment dans les textes sacrés. Il est temps que je change mes lunettes !
lol
Auteur : MDR007
Date : le 28 novembre 2011 à 03h32
Les oulémas?

Lesquels?

Ceux des talibans qui interdisent aux femmes d'aller à l'école et qui s'étonnent qu'il n' y ait pas de médecins de sexe féminin pour soigner les patientes....

Ceux qui autorisent des attentats aveugles ou ceux qui légalisent les rapports sexuels entre une jeune et frêle adolescente et un énorme adulte qui a dépassé la cinquantaine ?

Pour les salafs, tout ceux qui ne sont pas avec eux sont contre eux. Idem chez les autres avec quelques variantes.

Tous invoquent le hadith des 73 sectes pour édicter des fatwas en vue d'épancher uniquement leur soif de pouvoir et de domination et cela sous le sceau de Dieu.

Qu'ils arrêtent de délirer et qu'ils se soignent car ils donnent l'impression de se comporter comme de réels refoulés...

Chacun a droit à sa liberté de conscience et celle de gérer sa vie comme il l'entend et cela, dans le respect des autres individus.

A défaut, nous vivrons régulièrement sous des régimes dictatoriaux et faudra pas venir vous plaindre.

Mes meilleurs vœux quand-même :)






L'inégalité entre femme et homme existe partout
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 24 novembre 2011 à 14h46
"l’égalité entre hommes et femmes est un principe fondamental du message spirituel de l’islam et ce sont les lectures culturalistes accumulées avec le temps qui ont fini par forger cette dimension inégalitaire présupposée islamique." Quand on lit ce passage, on voit clairement que cet inégalité est le fruit de l'amalgame entre ce qui est religieux et ce qui est norme et tradition. Donc, l'ISLAM n'a rien a voir dans cette discrimination entre la gent féminine et la gent masculine. Au contraire, l'ISALM a toujours lutté pour la liberté de l'être humain contre toutes formes d'esclavage et de discrimination. Quand on regarde ce qui se passe dans le monde soi-disant civilisé, la situation de la femme n'a pas beaucoup changé. Les exigences du capitailsme imposent cette forme de liberté de la femme qui est pour moi une sorte d'esclavage version moderne. La femme occidentale est exploitée dans tous les domaines. On parle de la liberté sexuelle de la femme, chose bénéfique pour ceux qui veulent exploiter le corps de la femme sans contraintes et dans plusieurs domaines ( cinématographique, clubs de strip-tease, pages publicitaires,....etc). Dans ce monde de consommation excessive, chaque jour on essaie de trouver de nouveaux arguments de vente au détriment du bien être du citoyen. La femme est libre de fumer, de boire de l'alcool (produits concerogènes), de vivre sa sexualité ( homo, hétero ou avec sex toys), de changer son corps avec des implants ( on parle aujourd'hui du décès d'une femme en France à cause des implants mammaires et 30000 autres femmes sont menacées En Hexagone), ...........etc. On constate alors que cette liberté a été choisie pour servir le capitalisme et favoriser la consommation pour le bien être de l'économie au détriment du bien être du citoyen. D'une manière ou d'une autre, on essaie de priver la femme de sa liberté de choix ce qui preuve qu'il y a une culture universelle de discrimination envers la femme.
phantasme
Auteur : MOHAMMED
Date : le 24 novembre 2011 à 14h05
tu confonds tes phantasmes islamophobes avec la réalité.
La situation de la femme est une chose, la religion en est une autre. tu aurais peut être du lire l'article, tu aurais au moins appris quelque chose...
la laicite pour les droits et egalite pour les femmes
Auteur : ichiadmia
Date : le 24 novembre 2011 à 05h06
Juste le titre m'a suffit pour reaffirmer que les femmes sont pour l'Islam ce que la nouriture represente pour les juifs. Sans les femmes, l'Islam n'est rien.
Le monotheisme en general rescticte les droits de femme les plus pires etant les musulmans puis les juifs
Les femmes ont plus de droit et de protection dans les regimes laics qui appilique le droit civil.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com