Menu

Politique Publié

Chambre des conseillers : Dix associations fustigent l’éviction de Neila Tazi

Temps de lecture: 1'
Neila Tazi / DR

L’éviction de Neila Tazi de la Chambre des conseillers continue de susciter la polémique. Dix associations, principalement dans la défense des droits des femmes, expriment dans un communiqué, en date de jeudi 25 octobre, «leur vif étonnement vis-à-vis de la décision prise par le groupe de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), au sein de la deuxième chambre, d’écarter l’unique représentante de la Femme au sein de cette instance (…) prétextant un souci d’alternance durant l’actuelle législature».

L’Union de l’action féministe, la section de Casablanca de l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) et la Fédération de la Ligue des droits des femmes, entre autres, «fustigent, de toute leur force, le silence radio des autres groupes parlementaires, et du Bureau de la deuxième chambre, dont la représentante du groupe CGEM a été la vice-présidente».

«Nous considérons que la discrimination et l’injustice envers les femmes touchent même les instances élues alors qu’elles sont censées servir de modèle et être les premières à pousser vers le changement des mentalités et la fin des préjugés discriminatoires.»

Les dix associations lancent un appel à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) «à surseoir à sa décision arbitraire et réviser sa position qui constitue à nos yeux un recul et un reniement des acquis constitutionnels et démocratiques de notre pays, et notamment un programme de renouveau contre la discrimination de la femme.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com