Menu

Politique Publié

RCD : L’«allié» algérien du PAM renoue avec le Polisario

Mohcine Belabbas, le secrétaire général du RCD en Algérie, a oublié son projet d'«alliance» avec le PAM. L’homme qui était traité avec égards à l’occasion de ses visites au Maroc a fini par se rapprocher du Polisario.

Temps de lecture: 2'
Mohcine Belabbas, secrétaire général du RCD / Ph. RCD

La diplomatie parallèle du PAM a pris un sérieux coup. Le principal «allié» du Tracteur dans la région maghrébine, du moins du temps d’Ilyas El Omari, a renoué avec le Polisario.

Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), la formation la plus proche des sensibilités amazighes au Maroc ainsi que du PAM, a fini par rentrer dans le rang en renouant avec le Polisario.

Son secrétaire général Mohcine Belabbas s’est déplacé, lundi au siège de l’«ambassade de la RASD» dans la capitale algérienne pour rencontrer l’ «ambassadeur» Abdelkader Taleb Oumar et lui réitérer son «soutien inconditionnel au peuple sahraoui et sa juste cause, conformément aux principes et positions de l’Etat algérien», rapporte avec euphorie plusieurs médias du Front.

Le tapis rouge déroulé à Belabbas au Maroc

Cette proximité a de quoi surprendre. En mars 2018, Mohcine Belabbas (RCD), Ilyas El Omari, alors secrétaire général du PAM, et des représentants du Parti national libyen (PNL) et d’Al Joumhouri-Tunisie, avaient signé une déclaration appelant à l’édification d’un nouveau Grand Maghreb.

Le texte invitait en effet les acteurs politiques des cinq Etats de la région à «dépasser les fragmentations de leurs potentiels politiques et économiques qui figent le sous-continent nord-africain dans l’immobilisme et les menaces de régression voire de déstabilisation».

Dans une interview accordée au site TSA, Belabbas regrettait que «depuis plusieurs années, les relations bilatérales et multilatérales entre les pays qui constituent cette région sont en panne». Aucune mention à la «RASD» dans ses propos.

Par ailleurs, ce revirement du n°1 du RCD ne cadre pas avec ses critiques du refus du pouvoir algérien de rouvrir les frontières avec le Maroc, fermées depuis août 1994. «L’ouverture des frontières algéro-marocaines dépend en grande partie du gouvernement algérien», avait-il souligné dans des déclarations à la même publication en ligne.

Grâce à sa «relation» avec le PAM d’El Omari, Mohcine Belabbas bénéficiait d’un accueil chaleureux au Maroc. En février 2016, il avait même prononcé un discours à l’occasion du congrès du Tracteur.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate