Menu

Sport Publié

Athlètes marocains de haut niveau : passeport pour la gloire de l'Espagne

Quand on est citoyen lambda, originaire du Maroc, et que l'on désire obtenir la nationalité espagnole, la procédure peut s'avérer très longue. La donne change, si que le gouvernement espagnol vous juge «susceptibles d’accroître la compétitivité de l’Espagne à l’échelle internationale». C’est notamment le cas pour les athlètes de haut niveau.

Temps de lecture: 2'
Hasna Bohom, athlète hispano-marocaine

Lors du dernier Meeting international d'athlétisme de Barcelone, le 22 juillet dernier, plusieurs sportifs marocains se sont illustrés. Cependant, ils ne défendaient pas tous les couleurs du Maroc. La victoire de Yahya Berrabah en saut en longueur a permis au Royaume de décrocher une victoire à Barcelone. Mais la récolte du Maroc aurait pu être plus fructueuse, en comptant les athlètes marocains qui ont couru pour l'Espagne.

Ainsi, chez les dames, Hasna Bahom s’est imposée dans l’épreuve du 1000 mètres, dans la catégorie des locaux (athlètes affiliés en Espagne). Moins chanceux chez les hommes, Abdelaziz Merzougui, Mechaal Abel, Mohamed Marhoum n'ont pu décrocher de place sur les podiums de leurs disciplines respectives. Malgré leurs fortunes diverses à Barcelone, tous ces athlètes ont la particularité d’être des Marocains naturalisés Espagnols.

Nous parlions récemment de l’aspect discriminatoire du processus d’obtention de la nationalité espagnole, qui se trouve très long pour les Marocains. Si pour certains citoyens d’Amérique latine, la minimale de résidence est fixée à deux ans seulement, les Marocains peuvent y prétendre après 10 ans de résidence continue sur le sol espagnol.

Excepté pour les sportifs de haut niveau : ils peuvent être naturalisés sur décret royal espagnol, si l’on réunit des «circonstances exceptionnelles». Dans le cas de ces athlètes il est question de leur aptitude à remporter des titres au nom de l’Espagne. Marhoum, naturalisé en juin dernier, s'était distingué lors des championnats scolaires de cross-country, alors que Hasna Bahom avait remporté plusieurs semi-marathon en Catalogne.

Notons que l'Espagne n'est pas le seul pays à faciliter la naturalisation des sportifs de haut niveau. En France par exemple, le footballeur Larbi Benbarek né à Casablanca, fera sa carrière internationale sous le maillot français entre 1938 et 1954. De même pour Abdelatif Benazzi : né à Oujda, il fut capitaine de l'équipe de France de Rugby en 1996.

et ?
Auteur : abdo447
Date : le 28 juillet 2011 à 12h06
qui n'est pas "vendu" au MAROC ???????
vendu
Auteur : laviedejoie
Date : le 28 juillet 2011 à 11h30
Tous des vendus, rien ne sert d'en parler !!
intégration jusqu au bout sinon c est de la trahison
Auteur : chevreul
Date : le 28 juillet 2011 à 10h43
quand un athlète est en compétition pour un pays a l étranger, il le fait pour le pays dont il porte les couleurs pas pour son pays d origine, sinon c est de la trahison.
ils doivent choisir, pas avoir tous les avantages d un coté et après revendiquer leur victoire pour le Maroc
Normal
Auteur : abdo447
Date : le 27 juillet 2011 à 18h58
Quand on traite les TALENTS comme des " déchets " au Maroc faut pas s'étonner qu'ils aillent ailleurs
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com