En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié

Le «Hirak» à l’origine d’une «colère royale» contre El Himma ?

Un média marocain avance que Fouad Ali El Himma ferait l’objet d’une «colère royale». Apparemment, le «Hirak» en serait la cause.

Un média marocain avance que Fouad Ali El Himma ferait l’objet d’une «colère royale». / Ph. Rachid Tniouni, Telquel

Visiblement, l’entourage royal n’aurait pas été épargné par le «Hirak» qui secoue la province d’Al Hoceima depuis des mois. C’est du moins ce que laisse entendre un article du site d’information Alayam 24 annonçant une probable «colère» du roi Mohammed VI à l’encontre de Fouad Ali El Himma. Les «sources» citées par la publication l’attribuent à sa présumée mauvaise gestion du dossier des marches de protestation dans le Rif.

Et d’avancer que le conseiller royal aurait soufflé le fameux rapport présenté le 14 mai par le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftite aux six partis de la majorité gouvernementale, sanctionné par un chapelet de déclarations accusant les manifestants de vouloir «semer la zizanie», et de «porter atteinte aux constantes et aux valeurs sacrées de la nation et à la cohésion et à l’unité de la patrie».

Les plus farouches opposants d’El Himma évitent habituellement de l’attaquer directement

En vue d’appuyer leurs dires, les «sources» d’Alayam 24 indiquent que Fouad Ali El Himma n’aurait pas été invité à un ftour organisé pendant ce Ramadan par le roi, auquel des proches du souverain auraient pris part. La dernière sortie médiatique du conseiller royal pour répliquer à Abdelilah Benkirane aurait aggravé la supposée «colère royale», ajoute le site d’information.

La publication de ces informations a certainement dû faire l’objet au préalable d’une vérification avant leur diffusion. L’influence d’El Himma est telle que même ses plus farouches adversaires, et à leur tête Abdelilah Benkirane, évitent de citer son nom publiquement, préférant user d’allusions, de sous-entendus ou de métaphores pour parler du conseiller royal.

Lorsque le secrétaire général du PPS Nabil Benabdellah a osé franchir le Rubicon en critiquant le «fondateur du PAM» dans une interview accordée en septembre dernier à l’hebdomadaire Al Ayam, il a rapidement été recadré par le cabinet royal dans un communiqué qui restera dans les annales.

Contrairement à la vive réaction d’El Himma contre Benkirane, le conseiller royal n’a pas commenté les informations de la «colère royale» à son encontre. Néanmoins, il a laissé le soin à une «source digne de foi» de démentir la nouvelle sur un autre média en ligne.

1 commentaire
thor2017
Date : le 17 juin 2017 à 16h38
Nous avons plus confiance au gouvernement,et je ne vois pas quelqu'un défendre les intérêts des marocains,toute l'appareil du makhzen est la ,pour pomper la richesse des marocains et les envoyer dans des comptes étrangers, pauvre nous,nous avons été fait rouler plusieurs année pas des gens qui ne sont pas marocains encore moins religieux ou juste un peut d'humanité par crainte de dieu,rien en tout ça,je me demande c'est quoi que vous méritez comme chatiment corporel, Avis tout les corrompus: Je vous souhaite une maladie longue et difficile qui vous cloueras au lit a vie, inchaallah dans ce ramadan mobarek, jusqu'à demander au dieu la mort pour en finir avec la souffrance.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com