Menu

Société Publié

Détenus PJDistes accusés d’apologie au terrorisme : Polémique autour des conditions de détention

Temps de lecture: 1'
Le siège du PJD à Rabat. / DR

Les versions divergent concernant les conditions de détention de six personnes, majoritairement issus de la Jeunesse du Parti de la justice et du développement (PJD), accusés d’apologie au terrorisme suite à l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie en décembre.

Dans un statut partagé mercredi sur sa page Facebook, l’avocat des accusés, Abdessamad Idrissi a indiqué que les six détenus ont été transférés de la prison Salé 2, dédiée aux prévenus incarcérés dans le cadre des affaires liées au terrorisme, à la prison locale Salé 1, le tout sans avertir leur avocat. Le président de l'Association des avocats du PJD a ajouté que leurs conditions de détention étaient «déplorables» et qu’ils étaient «maintenus dans des cellules individuelles». «Deux d’entre eux ont été privés à deux reprises du repas du déjeuner les 16 et le 17 janvier, d’autant que les repas ne remplissent pas les conditions sanitaires. Certains se contentent désormais de pain et d’eau», a-t-il écrit.

Lors de leur transfert, les six individus auraient également été «maltraités». «On leur a même demandé d’enlever leurs pantalons pour un contrôle avant d’intégrer la prison Salé 1», poursuit Abdessamad Idrissi.

Propos avérés ou volonté d’exercer des pressions sur les autorités compétentes ? En tout cas, ses propos n’ont pas laissé indifférente la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR). «Contrairement à ce qui a été relayé par les médias, ces informations ne sont destinées qu’à tromper l’opinion publique», a ainsi démenti la DGAPR dans un communiqué.

L’administration dirigée par Mohamed Salah Tamek précise que «les détenus en question résident dans des cellules répondant à toutes les normes sanitaires et de détention, bénéficient quotidiennement de leur repas et jouissent pleinement de leurs droits comme tous les autres détenus de la prison». La DGAPR de conclure : «Ce genre de sortie médiatique est destiné à faire pression pour leur accorder des traitements de faveur.»

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com