Menu

Société Publié

Les Occidentaux surévaluent largement la population de confession musulmane dans leurs pays respectifs

D’après l’institut britannique Ipsos Mori, les peuples des pays occidentaux surévaluent de loin la proportion de la population musulmane et le nombre de musulmans à l’horizon 2020. Détails.

Temps de lecture: 2'
Si la quasi-totalité des pays est bien loin des statistiques réelles, reste que la France tient le haut du pavé. / Ph. Francisco Osorio, Flickr

«La perception n’est pas la réalité», écrit en préambule de son enquête l’institut britannique Ipsos Mori, comme pour rappeler combien l’imaginaire collectif grossit parfois les contours du réel. Publiée aujourd’hui, l’étude de cet organisme de recherche londonien révèle que les peuples occidentaux surévaluent considérablement la population de confession musulmane dans leurs pays respectifs, ainsi que l’augmentation du nombre de musulmans d’ici 2020.

«Dans l'ensemble des 40 pays étudiés, chaque population fait fausse route sur de nombreuses choses. Nous nous trompons le plus souvent sur les sujets qui sont largement discutés dans les médias, comme la proportion de la population musulmane et l'inégalité des richesses. Nous savons désormais, grâce à des études antérieures, que nous surestimons ce qui nous inquiète», éclaire Bobby Duffy, directeur des recherches sociales d'Ipsos Mori.

L’Indonésie et la Turquie sous-estiment au contraire la réalité

Si la quasi-totalité des pays est bien loin des statistiques réelles, reste que la France tient le haut du pavé : les Français évaluent en moyenne à 31% le taux de musulmans dans l’Hexagone, alors que le centre de recherche américain Pew Research, dont sont en partie tirées les données du rapport, l’estime à 7,5%. Ailleurs, les chiffres ne sont pas plus réalistes : Italiens, Allemands, Belges ou encore Américains considèrent qu’environ 20% de leur population est musulmane, contre respectivement 3,7%, 5%, 7% et 1%.

Paradoxalement, les deux pays à minimiser la part des musulmans dans la population totale, l’Indonésie (80%) et la Turquie (81%) sont en réalité ceux où l’islam concentre de loin le plus grand nombre d’adeptes (87,2% et 98%).

A la question «D’ici 2020, à combien estimez-vous le nombre de musulmans sur 100 personnes ?», les réponses trahissent également de piètres prévisions. Là encore, c’est la France qui se classe en tête de cette méprise : les Français sondés pensent que les fidèles de la deuxième religion du pays représenteront 40% de la population totale dans quatre ans, soit près de cinq fois plus que les calculs du Pew Research (8,3%).  

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate