Menu

Article

Espagne : Une « amie » du Maroc en bonne position pour diriger le PSOE

Le Maroc avait parié sur Rodriguez Zapatero avant même qu’il n’accède à la présidence du gouvernement en mars 2014. Un choix qui s'est par la suite avéré judicieux et a permis un réchauffement des relations maroco-espagnoles après l'incident de l'îlot Leila. Une autre membre du PSOE, sous les conseils de Felipe Gonzalez, ancien président du gouvernement d'Espagne, est sur la même voie. Susana Diaz est en effet pressentie pour diriger le parti socialiste. La présidente de la région d’Andalousie a déjà donné des gages sur sa disposition à éviter les tensions avec le Maroc.

Publié
Susana Sanchez reçue par Mohammed VI en 2014 / Archive - DR
Temps de lecture: 2'

Pedro Sanchez, secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), jette l’éponge. Ce dernier a remis sa démission hier. Le comité fédéral a rejeté, par 132 voix contre 107, ses choix politiques. Ce revers a mis un terme à 27 mois de «règne» à la tête du PSOE, marqué notamment par deux défaites des socialistes aux législatives de décembre 2015 et juin 2016.

Ce départ permettra de débloquer la crise politique en Espagne. Pedro Sanchez s'était opposé au vote par abstention à la présidence du gouvernement par le Parti populaire (PP). Une position à laquelle était favorable le parrain du parti, Felipe Gonzalez, qu'il a d’ailleurs exprimée cette semaine dans des déclarations à la presse vénézuélienne.

Susana Diaz s’était réunie avec Mohammed VI en septembre 2014

Le principal parti de l’opposition en Espagne se dirige ainsi vers la tenue d’un congrès extraordinaire en vue d’élire un nouveau leader. En attendant ce rendez-vous, un comité de gestion a été mis en place pour expédier les affaires courantes. Une femme est pressentie pour prendre les commandes de la formation socialiste : Susana Diaz, présidente de la région autonome d’Andalousie. Depuis des mois, celle-ci est la porte-parole de la contestation au sein du PSOE.

La démission de Pedro Sanchez à la tête de la formation socialiste constitue, sans aucun doute, une bonne nouvelle pour le Maroc. Sa proximité avec la formation de gauche radicale Podemos, avec laquelle il avait vainement tenté de former un gouvernement au printemps, se positionnait à l’encontre des intérêts du royaume en Espagne.

En revanche, Mme Diaz prône une autre politique vis-à-vis de Rabat. Comme Rodriguez Zapatero en 2002, elle s’était réunie avec le roi Mohammed VI en septembre 2014 à Tétouan. Une audience surprise, qui ne figurait pas sur l’agenda de la présidente de l’Andalousie, alors en voyage officiel au Maroc.

Deux semaines après ses entretiens avec le souverain, elle s’était opposée à un voyage dans les camps de Tindouf du vice-président de la région, Diego Valderas, du parti Izquierda unida (Gauche unie). Aucun gouvernement «ne visitera Tindouf», avait-elle martelé à la presse, ajoutant que son exécutif n’est pas habilité à «intervenir dans des conflits internationaux» et qu’il est tenu de «respecter la position de l’Espagne» sur la question du Sahara occidental.

Dans tous les cas...
Auteur : FATEM95
Date : le 03 octobre 2016 à 14h27
Un ami au pouvoir vaudra mieux qu'un ennemi.

J'enfonce une porte ouverte bien sûr. Les intérêts suprêmes des pays font qu'on converge au final vers la même chose (exemple la France en comparaison de la Gauche et la Droite). Mais avec l'un ça va se faire dans l'entente la bonne humeur. Avec l'autre ça commencera par le conflit et ça se terminera dans la cordialité et la froideur. Pour au final le même résultat.

De ce côté-là d'Obama, ni ami ni ennemi, on ne gardera pas de souvenir impérissable (car c'est Kerry ou plutôt son administration autrement dit Susan Rice qui sont à la manœuvre) . De Hollande un conflit musclé d'une année et plus (lié à la vieille garde socialo encore un peu communiste).
la pérséverance l'emporte.....
Auteur : AigleRoyalair
Date : le 03 octobre 2016 à 10h54
.... une autre " amie " du Maroc bientot à la maison

blanche!!!

méme si la crédibilité de cette amitié est tjrs fondée sur

des intérets seulement,et c'est valable aussi bien ,

méme au niveau d'individus pour lesquels l'adage , un

ami dans l'adversité s'éclipse malheureusement de notre

vie mondaine,où chacun ne vise que ses propres interets.

mais tant que les Marocains sont persévérants et

optimistes ,qu'à la fin ils seront les vrais gagnants,

n'sha allah amen.

Un "danger" potentiel écarté
Auteur : FATEM95
Date : le 03 octobre 2016 à 10h51
Rien n'est moins fiable qu'un(e) politique. Je ne dirai pas qu'une "amie" du Maroc est arrivée à la tête du PSOE mais qu'un danger potentiel qui peut être acheté et récupéré a été écarté. Et c'est déjà pas mal pour un pays qui pèse lourd sur le dossier en Europe, au Conseil de Sécurité et comme ancienne puissance coloniale. On a déjà des soucis avec PODEMOS même s'il est en perte de vitesse. On risque d'avoir des soucis avec les gouvernements régionaux dont certains sont passés à l'extrême gauche et sont séparatiste dans l'âme. C'est tout de même bien d'avoir les deux grands partis du pays de notre côté.

Une chose qui n'a rien à voir, le chef du Polisario va aller du côté de Barcelone en Novembre, invité par une association pro-polisario. Normalement il est poursuivi en Espagne pour viol et torture. On verra bien s'il sera mis aux arrêts et jugé. Il l'était déjà il y a quelques années avant de se réfugier en Algérie. En principe, il doit être arrêté dès qu'il mettra les pieds en Espagne ou en Europe d'ailleurs. Il n'a aucune immunité car sa république est purement imaginaire.
Réact. Espagne. Une "amie" du Maroc
Auteur : yab7mars2017
Date : le 03 octobre 2016 à 01h10
Il faut mettre dans la tête une idée simple et claire : Les puissances européennes n'ont pas d'amis durables. Leurs vrais et réels amis sont leurs intérêts.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com