En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Religion Publié Le 01/02/2016 à 19h20

France : L'UOIF répond aux critiques concernant son rassemblement dans le Nord

Amar Lasfar, le président de l'UOIF/ Credit Photo: France 3

La manifestation n'a même pas encore eu lieu qu'elle provoque une levée de boucliers. Plusieurs personnalités politiques françaises s'insurgent contre l'invitation de certains orateurs qui selon eux «prêchent la haine» à la 9ème rencontre annuelle des musulmans du Nord (RAMN) dimanche prochain à Lille, rapporte Libération

Déclinaison du rassemblement annuel de l'UOIF, le RAMN devrait accueillir plus de 5 000 visiteurs. Des intervenants comme, le délégué ministériel au parcours d’excellence auprès de Najat Vallaud-Belkacem, Pierre Mathiot, le sociologue Raphaël Liogier ou encore l’islamologue réformateur Ghaleb Bencheikh prendront la parole. Ils côtoieront, le Syrien Mohamed Rateb Al-Nabulsi, le Marocain Abouzaïd Al-Mokri et le Saoudien Abdallah Salah Sana’an, au côté de l’islamologue suisse Tariq Ramadan.

C'est justement contre la présence de ces derniers que les opposants de la manifestation s'offusquent. Parmi ces opposants, le président de «Debout la France», Nicolas Dupont Aignan en appelle au ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve pour interdire à la manifestation. «Soit l’UOIF déprogramme ses intervenants qui prêchent la haine, soit la République devra prendre ses responsabilités et interdire cette manifestation», a-t-il écrit dans un communiqué repris par la presse française. Autre opposante à la tenue de la manifestation, la secrétaire du parti radical de gauche (PRG), Laurence Marchand-Taillade explique ne pas tolérer la présence à la tribune à Lille dimanche prochain de «ces prédicateurs, dont le seul objectif est de déstabiliser notre République».

Du côté, de l'UOIF, le président Amar Lasfar botte les critiques en touche et refuse la «censure au préalable». «On n’a rien à prouver, cela fait 33 ans qu’on organise ce genre de rencontre. Si quelqu’un dérape, il sera rappelé à l’ordre, tout simplement. Nous sommes très vigilants quant à tout discours qui se tient dans la manifestation, mais je ne peux pas me livrer à une censure préalable», a fait savoir Amar Lasfar. Il estime que c'est à la police de «faire son travail si elle estime qu'untel ou untel pose problème à la République». «Les musulmans de France, c’est le rempart contre le terrorisme et l’intégrisme, et l’UOIF est un partenaire de l’administration française dans cette démarche», a-t-il conclu. 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com