En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

/
Economie Publié Le 29/12/2014 à 19h48

Maroc : Rassemblement en solidarité avec les expulsés du Douar Ouled Dlim

Dimanche soir à Rabat, s’est tenu un rassemblement en solidarité avec les habitants du Douar Ouled Dlim, expulsés de force de leurs domiciles le 18 décembre dernier. Ces derniers, femmes, personnes âgées et enfants compris, se sont subitement retrouvés à la rue après que le ministère de l’Intérieur ait décidé de vendre «leurs terres». Explications. 

Dimanche 28 décembre 2014, à Douar Ouled Dlim. Ph : Facebook - Stop à la destruction de Guich Loudaya

Les derniers habitants du Douar Ouled Dlim, situé dans la périphérie de Rabat, n’ont plus de toit sous lequel dormir. Depuis jeudi 18 décembre dernier, ils sont tous à la rue après que les forces de l’ordre ont détruit leurs dernières baraques. «D’un côté, le ministère de l’Intérieur conteste le droit de propriété des habitants qui, eux, avancent le fait que ces terres leur ont été offertes par le sultan Moulay Abderrahmane», rappelle le Huffington Post.

Pour sensibiliser l’opinion publique sur leur situation et dénoncer «la prédation foncière et la répression» dont ils sont victimes, ils ont appelé à un rassemblement dimanche, à 16h30, au Douar Ouled Dlim même. Ce regroupement, soutenu notamment par ATTAC Maroc, l’AMDH et Anfass Démocratique, avait aussi pour objectif de revendiquer leur droit au relogement et à des indemnisations.

Un cadeau de remerciement

Pour comprendre le litige autour de ces terres, il faut revenir des années en arrière. Selon le blog Scrib20.blogspot.fr, celles-ci sont enregistrées à la Conservation foncière sous le numéro 22747/R et exploitées par les Ouled Dlim depuis le XVIIe siècle. 

«Pour remercier la tribu de sa loyauté envers le trône alaouite, le défunt roi Mohammed V a promulgué un dahir datant du 19 janvier 1946 permettant à l’administration des Domaines royaux de céder cette terre héritée de pères en fils aux familles des ‘guich loudaya’, une armée loyale et fidèle qui s'est battue et sacrifiée pour l'indépendance du Maroc et le retour du Sultan. Il lui sera alors attribué un titre foncier global portant le numéro 22747/R d’une superficie de 13 000 hectares s’étendant du quartier Yaacoub El Mansour à Rabat jusqu’au quartier Guich Loudaya à l’entrée de la ville de Témara», explique le blog, documents à l’appui.

Aujourd’hui, «les propriétaires de ces terres et leurs ayants droits s’étonnent  comment, à leur insu et en dehors de toute procédure d’expropriation pour utilité publique, l’administration de la Conservation foncière de la ville de Témara et de Hay Riyad a permis d’enregistrer leur propriété au profit de la Société Tajhiz Riyad aidée en cela par des notaires ayant authentifié des contrats de vente et de cession à des sommes dérisoires», ajoute le bloggeur.

36 familles délogées

En 2003, le ministère de l’Intérieur a, en effet, décidé de vendre ces terres à la Société d’Aménagement Ryad. Un protocole d’accord avait alors été signé, promettant de garantir l’indemnisation de tous les ayants droits. «Or aujourd’hui, les 36 familles délogées du Douar Ouled Dlim n’ont pas bénéficié de l’indemnisation prévue», dénonce le Collectif Droit au Logement Maroc dans un communiqué.

«L’opération d’expulsion a commencé en mars dernier. Des dizaines de logements avaient été détruits par la force, et nombreuses sont les familles qui sont restées sur les terres avec pour seul logis un abri fait de bâches en plastiques et de morceaux de bois amassés ici ou là. (…) Conséquences : des enfants sont déscolarisés et traumatisés, des personnes âgées sont victimes du grand froid, et des femmes et des hommes se retrouvent sans ressource», ajoute-t-on.

Mais les habitants du Douar Ouled Dlim ne comptent pas baisser les bras. Ils «ont décidé de maintenir la résistance en campant devant leurs terres tant qu’une solution de relogement ne leur a pas été offerte». 

1 commentaire
guiche loudaya
Auteur : 123SLAWI
Date : le 30 décembre 2014 à 10h52
Assez et il faut trouver des solutions à ce dilemme le ministère de l'Intérieur doit sortir de l'affaire des terres Guiche et lisser cette terre pour les personnes ayant des droits, de quel droit cette ministère fait passé des terrains pour les sociétés immobilières avec quelques dirhams symbolique, comme si il s'agit d'un désert sans propriétaires .alors que les véritable propriétaires vive dans la pauvreté...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com