Menu

Société Publié

L'extradition d'Ali Aarrass vers le Maroc était illégale selon l'ONU

L’Espagne est encore dans le collimateur de l’ONU dans le cadre de l’affaire Ali Aarrass. Un comité des Nations Unies vient en effet d’affirmer que l’extradition du Belgo-Marocain au Maroc était «illégale» et a demandé aux autorités espagnoles de fournir une compensation adéquate au détenu pour des actes de torture et de mauvais traitements.

Temps de lecture: 2'
DR

L’extradition d’Ali Aarrass vers le Maroc était «illégale», a estimé le Comité des Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies dans une nouvelle résolution. Ce comité vise les autorités espagnoles, estimant qu’elles ont transféré le prisonnier Belgo-Marocain (arrêté à Melilla et accusé de terrorisme) sans prendre en considération les risques de tortures et de mauvais traitement qu’il encourait au Maroc.

«L'Espagne n'a pas évalué adéquatement le risque de torture et de mauvais traitements graves» qui planait sur Ali Aarrass lorsqu’il devait être extradé, a dénoncé ce comité cité par l’avocat du prisonnier, Mohamed Najim, lors d’un point de presse. Et selon EFE qui cite la résolution du Comité, l’extradition d’Aarrass «constituait une violation de l'article 7 du Pacte relatif aux droits civils et politiques», signé à New York en 1954 par de nombreux pays, dont l'Espagne.

Compensation pour Aarrass

En conséquence, les autorités espagnoles devront réparer ’’le tort’’ causé au prisonnier. Le comité demande une compensation adéquate en faveur du prisonnier. L’Espagne est aussi appelée à prendre toutes les mesures pour coopérer avec les autorités marocaines sur le cas Aarrass. Les autorités ibériques devront aussi «assurer une enquête effective du traitement qu’avait reçu Ali Aarrass» afin de «prévenir des violations similaires dans le futur». Depuis fin août, l’Espagne dispose en effet de trois mois pour mener cette enquête.

Pour l’avocat du détenu, l'Espagne avait aussi «ignoré» une résolution du Comité des droits de l'homme de l'ONU publié le 26 novembre 2010, dans laquelle il demandait au gouvernement de prendre des mesures de précaution pour que Ali Aarrass ne soit pas être extradé avant d’étudier son cas. Le prisonnier affirme avoir subi des tortures au Maroc. Plusieurs ONG et associations des droits de l'homme demandent sa libération. 

LE MAROC NIE TOUT EN BLOC!!!!!!!
Auteur : pouic2011
Date : le 02 octobre 2014 à 11h32




LE MAROC PLUS EXACTEMENT TEMARA :

LE MAROC NIE L'EXISTENCE D'UN CENTRE DE DETENTION PRÈS DE RABAT OÙ LA POLICE SECRÈTE ROYALE TORTURE SANS LIMITE......

HASSAN II A NIE l'EXISTENCE DE TAZMAMART ET MOHAMED VI, ROI DES PAUVRES NIE LES TORTURES, LES TRAITEMENTS INHUMAINS ET L'ARBITRAIRE....

LE MAROC POURRAIT S'EN ETONNER UN JOUR.......
Aucun pays n'est au-dessus des lois internationales.....
Auteur : pouic2011
Date : le 02 octobre 2014 à 11h16



Le Maroc, la France, l'Espagne, l'Italie etc......pays du clientélisme.....Donnant=Donnant....

Tu me donnes Ali Aarrass même INNOCENT, je te rendrai Daniel Galvan,pedophile condamné à 30 ans de prison, gracié PAR LE ROI DES PAUVRES au détriment des victimes, familles et du peuple marocain bafoué......
compensation pour une vie dètruite !
Auteur : Benichou idir
Date : le 01 octobre 2014 à 21h00
La torture vise à humilier la victime , à casser ses os et son morale pour la vie ; séquelles indélébiles, le tortionnaire est un démon sadique , un névrosé malade qui prend plaisir à faire souffrir !
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com