Menu

Société Publié

France : La chanteuse algérienne Noura décédée à Paris

C’est la première artiste maghrébine à avoir décroché un disque d’or au début des années 70. Dimanche, la chanteuse algérienne Noura, est décédée dans un hôpital de Paris, des suites d’une longue maladie.

Temps de lecture: 1'
DR

La chanteuse algérienne Noura n’est plus. Celle qui a été, au début des années 70, la première artiste maghrébine à avoir décroché un disque d’or en France, est décédée dimanche, dans un hôpital à Paris, à l'âge de 72 ans, suite à une longue maladie. Selon son époux, elle sera inhumée dans son pays natal.

«Elle sera enterrée, pour exaucer son dernier vœu, parmi les siens au cimetière de Sidi Yahia, sur les hauteurs d'Alger», a indiqué Kamel Hamadi, également auteur-compositeur, ayant partagé plus de 55 ans de la vie de la chanteuse, à l’agence de presse APS.

Ambassadrice algérienne

Kamel Hamadi a confié retenir de l’artiste une «voix mélodieuse, digne ambassadrice d'un pays qu'elle chérissait plus que tout». «C'est avec moi qu'elle avait débuté sa carrière d'artiste. Elle a dignement honoré son pays, l'Algérie, qu'elle avait chevillée au cœur», a-t-il souligné. Quant à l’épouse qu’elle était, l’homme affirme garder l’image d’une femme «brave et respectueuse».

«Même si elle ne parlait pas parfaitement ma langue (kabyle), elle a toujours eu du respect pour ma propre famille, qui lui rendait bien», a-t-il assuré.

Noura, Fatima Zohra Badji de son vrai nom, a laissé derrière elle une discographie riche de plus de 500 titres, chantés en arabe, en kabyle et même en français. Parmi ses plus grands succès, on cite «Ya Rabbi Sidi», «Loukane hbibi i weli» et «Adhrar njarjar eghlayene». 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com