En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Archive Société Publié

Saint-Valentin au Maroc : Entre schizophrénie et polémique éternelle

Fêter l'amour ou pas ? Chaque année, nous passons du pareil au même. Même débat, même ironie ringarde et plus de bénéfices.

Temps de lecture: 2'
DR

Depuis quelques années la Saint-Valentin réussit à gagner sa place dans les communautés maghrébines et marocaines notamment. Elle devient une fête annuelle où les amants déclarent leurs flammes et fêtent leurs "véritables" émotions et sentiments. Entre les pour et les contre, le débat devient chaud à l'approche de cette fête dont les origines remontent aux fêtes romaines païennes des Lupercales.

Schizophrénie sociale

«La Saint-Valentin est une fête purement commerciale !» Et pourtant, certaines de ces mêmes personnes qui déclarent ça la fêtent.

«Fêter l’amour c’est 365 jours par an et non pas seulement le 14 février uniquement», dixit le monsieur à la caisse de «Beauty Succes», en payant une fragrance féminine Elie Saab. La dernière était Gucci première, qu’il a dû offrir à sa femme il y a exactement un an.

«Pour vous demain c’est la fête de l’amour, pour moi ce n’est qu’un vendredi», dit-elle en route vers le célèbre maitre chocolatier «mondain» de Maârif.

Pourquoi le faire discrètement si vous êtes convaincus que c’est votre droit de fêter ou non la Saint-Valentin ? Chaque jour et chaque moment est une bonne occasion pour faire la fête et s’offrir du plaisir, ceci dit autant le faire fièrement.

Débat et polémique chaque année

Sur les réseaux sociaux et les médias, le débat ressurgit à l’approche de chaque 14 février, concernant la légitimité de cette fête venue d’ailleurs, qui n’a rien à voir avec la bonne pratique de la religion musulmane. Les acteurs de ce débat chaud sont ceux qui rejettent cette fête en s’appuyant sur le référentiel religieux et culturel et leurs opposants qui estiment que c’est une liberté, que la culture marocaine est ouverte et que l’islam n’a pas interdit la célébration de l’amour.

Entre ceux qui estiment que «l’islam est une religion d’amour. Le mot "amour" a été mentionné dans le Livre d’Allah plus de 83 fois, et la Sunna valorise les paroles aimables, et encourage l’expression de joie et de bonheur» et ceux qui pensent que «nous les musulmans nous célébrons uniquement Aid Al Adha et Aid Al Fitr», la polémique est la même chaque année.

Cependant, les gagnants confirmés sont les mêmes. Les offres de dîners aux chandelles, les roses à 15 dirhams, les maîtres chocolatiers, les fleuristes et les grands centres commerciaux explosent leur chiffre d’affaire durant cette période.

Le grand paradoxe est le suivant : Adoptez des fêtes occidentales, initialement religieuses (Noël, Halloween, Pâques et Saint-Valentin) et n’accorder aucun intérêt au nouvel an Hijri ou encore critiquer ceux qui célèbrent la Achoura. Quand même ! 

Fête et un peu d'humour 

«Joyeuse date arbitrairement fixée à tous les restaurateurs, joaillers t fleuristes. Plein de voeux de chiffre d'affaire. Sinon pour les tourtereaux, 365 jours de bonheur». Vu sur Facebook ce matin.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com