Menu

Article

HRW interpelle le Maroc sur sa candidature au Conseil des droits de l'homme de l'ONU

Alors que l’Assemblée générale de l’ONU se prépare à élire les candidats au Conseil des droits de l’homme (CDH), l’organisation Human Rights Watch (HRW) a exhorté le Maroc à respecter ses «obligations», les libertés et les droits des citoyens s’il veut être désigné. Une nouvelle mise en garde au moment où le royaume compte vivement décrocher, pour la zone Afrique, un siège au Conseil en compagnie de trois autres pays entre l’Algérie, la Tunisie, la Namibie, le Tchad et le Sud Soudan.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

A quelques heures de la désignation des nouveaux membres du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le Maroc, candidat aux côtés de ses voisins algérien et tunisien, de la Namibie, du Tchad et du Sud Soudan, pour la zone Afrique, a reçu une mise en garde de Human Rights Watch. L’organisation a interpellé le royaume sur la question des droits humains, en l’exhortant à «s'acquitter de ses obligations et à respecter la liberté et les droits de ses citoyens s'il veut devenir membre du CDH de Nations Unies et promouvoir les valeurs que cet organe défend».

L'Assemblée Générale de l'ONU devra élire de nouveaux membres au Conseil des droits de l'homme ce mardi. Hier, HRW a, dans cette lettre adressée au Chef du gouvernement marocain, Abdelillah Benkirane, rappelé les engagements à respecter une fois l’adhésion au Conseil effective. Selon le directeur adjoint de HWR pour le Proche Orient et l’Afrique du Nord, Eric Goldstein, «si le Maroc veut entrer dans le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, il devra démontrer qu'il est préparé pour accomplir ses propres obligations sur les droits de l'homme».

HRW fait encore allusion au Sahara

Tout ce qu’on peut dire est que HRW charge dès à présent le Maroc. L’organisation réputée  au Maroc pour être très porche du Polisario, est allée beaucoup plus loin en demandant à Rabat de «réviser» les nombreuses condamnations faites lors de jugements qu’elle qualifie d’ «injustes». Elle a souligné que le royaume doit favoriser un système judiciaire «indépendant» qui respecte les «garanties constitutionnelles».

Elle s’est encore exprimée sur des questions hautement sensibles, appelant les autorités du royaume à respecter les critiques contre la monarchie ou contre «l’intégrité territoriale» du pays. L'organisation n’a pas omis d’évoquer la situation de la liberté d’expression, incitant autorités marocaines à la respecter. Au Maroc, HRW est connu pour son action en faveur de l’élargissement du mandat de la Minurso au Sahara pour y intégrer la surveillance des droits de l’homme.

Le Maroc n’est pas le seul pays à avoir été interpellé par HRW. D’autres candidats aux sièges du CDH, comme l’Algérie ou l’Arabie Saoudite ont eu le droit aux mêmes égards que le royaume chérifien. Maintenant il faudra voir si cette missive pourra influencer le processus de désignation des nouveaux membres du CDH.

Un siège pour donner plus d’élan à la diplomatie

Même si les critiques se sont enchainés dernièrement sur la situation des droits humains, le Maroc espère figurer au prochain Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Quatre sièges seront attribués aux six candidats africains lors du vote. Une désignation du Maroc serait une belle victoire pour sa diplomatie qui doit mieux s’exporter sur le plan international.

YABILADI se trompe
Auteur : Allalisme29
Date : le 13 novembre 2013 à 14h29
Pas que je sois d'accord avec HRW, mais le gouvernement Algérien a également reçu un courrier de l'association pour complaire aux exigences en matière des droits de l'homme dans le cadre de se candidature au conseil des droits de l'homme... voir lien ci-dessous :

http://www.hrw.org/news/2013/11/11/joint-letter-algeria-candidacy-human-rights-council
Les loups ne se mangent pas entre eux.
Auteur : Le vrai de vrai
Date : le 12 novembre 2013 à 23h39
Dans ce cas, on trouve le Dealer qui est le Polisario, le financier c'est l'Algérie, et enfin le consommateur qui est l'ONG de Human Rights Watch dirigée par Mme Kerry Kennedy.
Enfin le Maroc fait parti des 14 nouveaux membres du Conseil des Droits de l'Homme à l'ONU.
Auteur : pouic2011
Date : le 12 novembre 2013 à 22h25


L'Algérie aussi.

Voici les 14 nouveaux membres :

Il s'agit de l'Afrique du Sud, l'Algérie, l'Arabie saoudite, la Chine, Cuba, la Fédération de Russie, la France, les Maldives, le Maroc, le Mexique, la Namibie, l'ex-République yougoslave de Macédoine, le Royaume-Uni et le Vietnam.

Quel Monde!
Auteur : LAHSENOBE
Date : le 12 novembre 2013 à 19h56
L'entité "L'Algérie" a perdu de son influence au point de devenir un corps cliniquement mort.

L'Algérie utilise la corruption des fonctionnaires et des états étrangers, ainsi que des ONG comme Human Rights Watch dirigée par Mme Kerry Kennedy, pour attribuer tous les maux de la terre au Royaume du Maroc.

Kerry Kennedy est une droguée fini, a toujours besoin d’argent pour se procurer ses doses journalières de marijuana.

Mme Kerry Kennedy a été plusieurs fois arrêtée par la police américaine pour son état d’ébriété par la consommation de la drogue.

La vidéo sur son incarcération par la FBI, le prouve:

http://www.youtube.com/watch?v=-5aoPBjNHnk#t=83
Crédibilité
Auteur : indigène
Date : le 12 novembre 2013 à 18h21
Énormément de choses restent à améliorer au Maroc en terme de droits de l'homme, c'est un fait et les exemples ne manquent pas. Des petits efforts, certes, sont faits par une infime frange de la société civile pour dénoncer ces tristes cas

Des questions se posent quant à la crédibilité de certaines commissions ou organisations.

Cela s'est passé en janvier 2003!!!!

Tollé après l'élection de Tripoli à la tête de la commission.

C'est un peu comme si un mafioso faisait main basse sur la Cour suprême. La Libye, l'un des pays les moins recommandables du monde, a été élue hier à la présidence de la Commission des droits de l'homme des Nations unies. Une élection en forme de coup de grâce pour cette institution bureaucratique qui avait déjà perdu beaucoup de sa crédibilité ces dernières années en se montrant de plus en plus réticente à condamner fermement les violations de certains pays.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com