Menu

Article  

Sahara : La Turquie contre le Polisario et pour la réouverture des frontières maroco-algériennes

La visite au Maroc du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a été l’occasion, pour les deux pays, d’aborder plusieurs questions d’ordre économique et politique. La question du Sahara en faisait partie. Devant la presse, Recep Tayyip Erdogan a affirmé que son pays restait sur sa position et ne reconnaissait pas le Polisario. 

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

En ce qui concerne la question du Sahara, le Maroc peut compter sur le soutien de la Turquie. C’est ce qui est ressorti de la visite éclair de Recep Tayyip Erdogan au Maroc, programmée en marge d’une tournée du Premier ministre turc en Afrique du Nord. «La position turque vis-à-vis de la question du Sahara reste inchangée», a d’abord affirmé Erdogan, lundi après-midi, à Rabat, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane.

«La Turquie ne reconnaît pas le Polisario et soutient le processus de négociations mené, sous l'égide du Conseil de sécurité de l'Onu, entre le Maroc et l'Algérie», a-t-il souligné. Recep Tayyip Erdogan s’est également dit prêt à aider le Maroc à trouver une solution à ce conflit. «Nous sommes disposés à faire notre devoir pour aider à la résolution de ce problème», a-t-il assuré, regrettant un différend «qui sépare deux pays frères comme le Maroc et l'Algérie».

Réouverture des frontières maroco-algériennes

Le chef de file du Parti de la justice et du développement turc (AKP) n’a pas manqué non plus de mettre sur la table la réouverture des frontières terrestres séparant le Maroc et l’Algérie. Celles-ci sont, pour rappel, fermées par l’Algérie à tout trafic depuis 1994, après que Rabat ait attribué un attentat meurtrier, perpétré alors à Marrakech, aux services secrets algériens.

A la veille de son départ pour l’Algérie, Recep Tayyip Erdogan a, en effet, «émis le souhait de voir les frontières maroco-algériennes rouvertes» et ce «dans les meilleurs délais», rapporte la MAP.

Erdogan et Benkirane sur la même longueur d’ondes

Plusieurs accords de coopération entre le Maroc et la Turquie ont, par la même occasion, été signés, lundi, à Rabat. Abdelilah Benkirane et Recep Tayyip Erdogan ont, entre autres, paraphé une déclaration politique conjointe portant sur la création d'un conseil de haut niveau de partenariat stratégique entre les deux pays. Le ministre de l'Equipement et du Transport Aziz Rabbah et son homologue turc, Binali Yildirim, ont pour leur part signé deux accords de coopération concernant «le domaine du transport et le secteur maritime».

Lors des cinq dernières années, la valeur du commerce extérieur entre le Maroc et la Turquie a enregistré une amélioration estimée à 100%. 75 entreprises turques sont implantées au royaume. Au total, elles ont investi près de 250 millions de dollars pour 6200 emplois générés. «Les bonnes relations entre les deux pays favorisent une coopération bilatérale plus étroite dans tous les secteurs d'activités ainsi que dans les domaines commercial, culturel et politique», a déclaré Benkirane. Erdogan, lui, a estimé que les relations entre les deux pays sont«en croissance continue», atteignant actuellement  «un niveau louable».

Arrivé lundi, dans l’après-midi au Maroc, Erdogan, qui doit faire face à une vive protestation dans son pays, est à présent en Algérie. Sa tournée maghrébine devrait l’emmener par la suite en Tunisie, puis en Libye. 

le reve des humains
Auteur : FARID1433
Date : le 06 juin 2013 à 18h06
Le polisario et dans le meme cas que la palestine de la haine pour rien des humain qui se mange entre eux dieu na rien donner a personne personne ne peu pretendre poseder quoi ce soit la forcr na jamais rien regler c plis facile de faire
Du male que du bien les beau parleurs ferais mieux de reflechire tout les humains son egaux se qui pretendre le contraire et bien quil continu a rever
le mensonge est ephemere ...
Auteur : razak
Date : le 06 juin 2013 à 16h44
pourquoi etre hypocrite le maroc ne devrait absolument rien negocier de ce qui lui appartient de son territoire le sahara occidentale mais aussi tindouf etc avec une dictature fln qui spolis , tue , confisque les richesses le pouvoir du peuple algerien etc surtout qu'une dictature est quelque chose d'injuste en islam ..qui disparaitra tot ou tard bin in allah comme BEN ALI ,KADHAFFI , il viendra le jour de chitane BOUTEFLIKA et de ses maitres les chayatines les generaux ...
l'étau se ressére.
Auteur : sarafansud
Date : le 05 juin 2013 à 11h30
avec le temps, ce sont les algériens eux même qui vont virer le Polisario. ou du moins ce qu'il en reste.
car de plus en plus , des états retirent leur soutien au Polisario, donc a l'algérie.
L'Algérie s'isole
Auteur : Mssoune
Date : le 05 juin 2013 à 08h20
de jour en jours. Plus de cartes à jouer aux jeu de la maternelle.
Dernière modification le 05/06/2013 08:21
quel négociation ????
Auteur : zengariche
Date : le 04 juin 2013 à 22h56
l'algérie n'a rien a négocié avec le maroc. les frontiéres sont fermées et le resteront tout simplement a cause du fait que l'algérie n'y gagne pas et c tout.
nos touristes iront en tunisie comme d'hab cette année et ils seront encore plus apprécié (crise, et peur des européens) et tant mieux pour nos voisins et fréres tunisiens;
le shit on n'en veux pas, le traffic d'essence a la frontiére walou (en vrai un peu voir un peu moins quand ils auront installé les 27 nouveaux postes frontaliers et des barbelés inchallah.
si vous voulez négocier faites le avec le polizario, zengapauvre comme vous l'appelez vous dit non et c son droit. le turc est venu nous supplier de lui donner des marchés (il a eu 5milliard de dollars) et normalement zero tant qu'il n'aura pas fait repentance pour la colonisation de l'algérie (eh oui méme lui ).le prochain président algérien pressenti est un homme connu pour son intégrité et sa dureté,un ancien copain de boumediene donc voila, c'est pas prés de se regler et les conseils de ce salafiste de merde il peut se les garder pour son peuple.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com