Menu

Sport Publié

CAN - Mondial 2010 : Match Cameroun - Maroc, quite ou double

La défaite concédée en mars dernier à Casablanca par les Lions de l’Atlas face au Gabon, lors de la première journée du troisième tour des matchs qualificatifs combinés CAN/Mondial 2010, les met devant une bien difficile situation puisque, pour continuer l’aventure, il leur faudra battre les Lions Indomptables du Cameroun, ce 7 juin, à Yaoundé.
Temps de lecture: 3'
DR
Match-couperet ! C’est ce qui attend nos Lions de l’Atlas qui affronteront le 7 juin courant, à Yaoundé, les Lions Indomptables du Cameroun, dans le cadre de la deuxième journée du troisième et dernier tour des éliminatoires jumelées Coupe d’Afrique des Nations / Mondial 2010.

En effet, à l’occasion de ce duel, la défaite est interdite pour chacune des deux sélections, le Cameroun ayant lui aussi raté son premier match (défaite 1-0) contre le Togo d’Emmanuel Adebayor. L’alternative qui reste donc à l’entraîneur Roger Lemerre et à ses poulains reste la victoire sinon, au pire des cas, un match nul pour garder encore un espoir, celui d’être au moins en Angola pour la CAN 2010 (cela aussi dépendra de la suite des événements) …

Les deux équipes logées à la même enseigne !

Comme le football n’a rien de cartésien, nous nous contenterons plutôt de faire le diagnostic de l’état actuel des deux équipes, à commencer par l’équipe nationale.

Alors qu’ils avaient une bonne occasion de se mettre en pole position, parce qu’ils devaient recevoir à domicile le Gabon, les coéquipiers de Marouane Chamakh se sont finalement inclinés devant les Panthères qui sont pourtant considérés comme le "petit poucet" du groupe A. Un faux-pas qui les met aujourd’hui dans une très mauvaise passe. Le Général Hosni Benslimane, alors président de la Fédération royale marocaine de football (poste qu’il occupait depuis 1994) l’aura bien compris, lui qui a finalement décidé de jeter l’éponge (c’est Ali Fassi-Fihri qui lui a succédé, à l’issue de l’Assemblée générale de la fédération tenue le 16 avril).

Pour le déplacement au Cameroun, Lemerre a rendu donc publique sa liste marquée notamment par l’absence du défenseur international de Nancy, Abdeslam Ouaddou, à cause, dit-on, de la liberté de ton de ce dernier qui avait critiqué certains choix de Lemerre.
Cette absence suscite déjà des inquiétudes à propos de la défense centrale – constituée de Talal El Karkouri et d’Amine Erbate - qui avait tangué pour ne pas dire coulé ( !) contre le Gabon, et qui n’est pas du tout rassurante.

Outre la composition de la liste qui ne semble pas convaincre nombre d’observateurs du football national, les absences de Youssef Safri (suspendu un match pour cumul d’avertissements), du stratège d’Anderlecht, Mbarek Boussoufa (récemment blessé et indisponible pendant un mois), ou encore de celle du prodige du club écossais des Queens Park Rangers Adil Taârabt, ne sauraient non plus rassurer, loin de là !

Quid des Lions Indomptables ? Le Cameroun, tout comme le Maroc, est condamné à la victoire, après son faux-pas d’entrée contre le Togo . Et pour mettre tous les atouts du côté de la sélection camerounaise, toute la famille sportive et même politique du pays s’est mobilisée. Une prime d’environ 50.000 dirhams pour chaque match gagné est proposée aux joueurs, en plus d’une quote-part des retombées du sponsoring…
Et le Premier ministre camerounais n’a pas arrêté de lancer haut et fort qu’ «Il n'est pas admissible que le Cameroun soit absent de la première coupe du monde organisée en Afrique».

Malgré tout, le Cameroun ne peut se targuer d’être actuellement plus serein que le Maroc. En effet, la démission la semaine dernière de l’entraîneur Allemand du Cameroun, Otto Pfister, a fortement secoué la tanière qui se trouve actuellement en stage en Belgique. C’est l’ancien gardien de but international et figure du football camerounais, Thomas Nkono, qui a été désigné pour assurer l’intérim.

Alors, Marouane Chamakh, qui a fortement contribué au sacre des Girondins de Bordeaux en championnat de France et qui vient d’être élu meilleur joueur africain évoluant en Ligue 1 par les services de sports de Radio France International (RFI), et Youssef Hadji « l’homme providentiel » de Nancy, sauraient-ils remettre les Lions de l’Atlas en selle contre le Cameroun? Vivement dimanche 7 juin 2009 à Yaoundé !

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com